La bourse ferme dans 1 h 5 min
  • CAC 40

    6 709,36
    +72,36 (+1,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 197,72
    +47,53 (+1,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 729,54
    +471,22 (+1,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,1745
    +0,0049 (+0,42 %)
     
  • Gold future

    1 753,10
    -25,70 (-1,44 %)
     
  • BTC-EUR

    37 637,29
    +1 232,88 (+3,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 110,03
    +1,11 (+0,10 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,90
    +0,67 (+0,93 %)
     
  • DAX

    15 653,31
    +146,57 (+0,95 %)
     
  • FTSE 100

    7 088,80
    +5,43 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    15 048,16
    +151,31 (+1,02 %)
     
  • S&P 500

    4 450,61
    +54,97 (+1,25 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • HANG SENG

    24 510,98
    +289,44 (+1,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3744
    +0,0124 (+0,91 %)
     

Comme Volkswagen, Cupra rêve d’une électrique pour la ville

·2 min de lecture

La Cupra UrbanRebel Concept cache derrière son allure de mini bolide pour jeu vidéo la physionomie de la prochaine voiture de ville électrique du Groupe Volkswagen. Un petit gabarit pour un grand pari, celui de la batterie bon marché.

Quand la plupart des constructeurs européens renoncent au marché de la petite voiture des villes, sobre et bon marché, le Groupe Volkswagen continue de croire en son potentiel. L’objectif est de sauter la phase intermédiaire de l’hybridation essence-électrique, jugée trop coûteuse pour une auto de cette taille, pour passer directement à la traction 100 % électrique. Un peu comme Renault avec ses futures R5 et 4Ever à électrons, deux projets qui n’arriveront à maturité qu’à la condition de diminuer encore le prix de revient de la batterie.

Sachant l’importance des enjeux de ce nouveau pari industriel, l’observateur verra avec un intérêt nouveau la petite teigne aux muscles hypertrophiés que Cupra présente à l’approche du Salon de Munich. Longue de 4,08 mètres, cette Cupra UrbanRebel Concept n’est rien moins que la préfiguration de la variante espagnole de celle que la presse allemande s’autorise déjà à appeler la Volkswagen ID.2, future rivale des Opel e-Corsa, Peugeot e-208 et Renault ZOE.

Le Groupe Volkswagen a besoin de vendre des petites voitures électriques pour abaisser sa moyenne CO2

Selon toute vraisemblance, cette future petite voiture électrique (attendue en 2024 ou 2025) devrait reposer sur la plateforme MEB raccourcie des Volkswagen ID.3 et ID.4, déjà rhabillée chez Seat, Skoda et Audi. Le cabinet d’analystes Inovev envisage un prix de vente de vente aux alentours de 30.000 euros, qui pourrait être diminué de dix mille euros pour une éventuelle variante simplifiée, baptisée ID.1 chez Volkswagen. Ce serait elle qui succéderait alors à la Volkswagen e-Up!, qui fut déclinée chez Skoda et Seat.

La clé de l’équilibre économique de ces petites voitures électriques tient en le choix de la bonne chimie pour la batterie au lithium, qui détermine son prix de revient. En mars dernier, la banque d’investissement UBS jugeait le Groupe Volkswagen bien engagé dans cette course à la rentabilité : “Avec moins de 100 dollars le kilowattheure, le prix de revient de la ba[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Le paradoxe de la toute petite voiture : si séduisantes mais si chèresPourquoi Toyota persiste dans la petite voiture quand Renault renonce à la TwingoCupra Formentor TSI 150: la Cupra qui devrait s'appeler SeatCupra Formentor hybride: l'écologie efface la sportivitéCitroën dévoilera en mai sa petite voiture à bas prix pour l'Inde et le Brésil

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles