La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 812,50
    -18,70 (-1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    35 668,56
    +152,52 (+0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Les voitures électriques seront-elles vraiment prêtes en 2035?

·2 min de lecture

Dans son "Green Deal", la Commission Européenne a annoncé l’interdiction de la vente de voitures thermiques à l’horizon 2035. A cette échéance, il y a fort à parier que la technologie aura fait d’énormes progrès… Mais cela risque de coûter cher aux automobilistes.

L’échéance est désormais fixée: en voulant imposer une réduction de 100% des émissions de CO2 à l’échappement à l’horizon, la Commission Européenne a sonné le glas des moteurs thermiques sur le Vieux Continent. La conséquence est claire. Cela signifie que toutes les voitures neuves immatriculées en Europe à partir du 1er janvier 2035 devront être animées par un moteur électrique. En bref, le législateur a choisi une voie technologique unique pour le futur de l’automobile. Voilà qui ne manque pas de faire grincer des dents. Michael Frick, le patron de l’équipementier allemand Mahle estime ainsi dommageable que le principe de neutralité technologique ait été balayé par la Commission Européenne: "La prescription d’une technologie spécifique est en contradiction avec le principe d’un marché libre et menace la création de valeur tout autant que l’emploi". Difficile d’accuser l’entreprise d’être opposée à la voiture électrique, puisqu’elle réalise aujourd’hui déjà 60% de son chiffre d’affaires avec des composants qui ne dépendent pas des motorisations thermiques.

Le principe de neutralité technologique qu’évoque Michael Frick est en effet laissé de côté par la Commission Européenne. Il aurait consisté à calculer l’empreinte carbone d’un véhicule sur la totalité de son cycle de vie. En s’intéressant simplement aux émissions de CO2 à l’échappement, le législateur oublie une partie de l’équation: si l’énergie qui sert à faire tourner les roues d’une voiture est transformée à l’intérieur du moteur dans le cas d’une voiture thermique, ce n’est pas le cas pour une voiture électrique, pour qui la transformation a lieu au sein d’une centrale électrique… Dont le rendement est peu ou prou celui d’un moteur thermique! Dans un communiqué de presse, Mahle déplore que ce choix à la vision partielle ferme la porte à "d’autres alternatives durables comme les hybrides rechargeables ou les ". La Commission Européenne a fait le choix autoritaire de n’ouvrir la porte qu’aux modèles électriqu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Pourquoi Porsche se lance dans la production d’essence à l'ère de l'électriqueAutonomie, charge rapide... Que valent les voitures électriques sur autoroute ?Stellantis veut dominer le marché de la voiture électriqueVoiture électrique: Renault casse les prix et annonce le retour de la 4LPourquoi le prix des voitures va augmenter

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles