La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 807,55
    -308,85 (-0,88 %)
     
  • Nasdaq

    14 769,21
    +7,92 (+0,05 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,08
    -57,75 (-0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1840
    -0,0028 (-0,24 %)
     
  • HANG SENG

    26 426,55
    +231,73 (+0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    33 242,54
    +797,03 (+2,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    972,16
    +45,39 (+4,90 %)
     
  • S&P 500

    4 405,09
    -18,06 (-0,41 %)
     

Voitures électriques: après Renault, Nissan favorise les usines chinoises de batteries en Europe

·2 min de lecture

C'est le Chinois Envision qui implantera une usine de batteries pour Renault à Douai, pour son allié Nissan à Sunderland. La maîtrise technologique de l'Europe est menacée par une transition énergétique dont... tirent profit les Asiatiques. Mais Carlos Tavares, patron de Stellantis, croit dans l'avenir de l'Airbus européen des batteries.

L’Airbus européen des batteries est mal parti. Ce qui devait être le grand projet industriel pour échapper à la suprématie asiatique aura reçu cette semaine deux coups majeurs. Nissan annonce en effet jeudi un accord pour l’implantation d’une usine géante de batteries... chinoises près de son site anglais de Sunderland. Envision AESC va en effet investir 450 millions de livres (525 millions d’euros) dans cette usine qui permettra d'équiper 100.000 véhicules électriques du groupe nippon par an. Le Premier ministre Boris Johnson s’est félicité de cet investissement. Lundi 28 juin, c’était qui annonçait un site de batteries du même énergéticien chinois pour Renault près de Douai (Nord). Accompagné de tout un aréopage de ministres –Gérald Darmanin (Intérieur), Agnès Pannier-Runacher (Industrie) et Franck Riester (Commerce extérieur)–, le président de la République avait vanté un total de deux milliards d'euros d’investissement sur le nouveau pôle Renault ElectriCity pour créer 1.000 emplois d'ici à 2025 et 2.500 d'ici à 2028. Avec "plus de 200 millions d'euros d'argent public aux côtés des industriels".

Défaite pour le Français ACC

Au-delà des congratulations politiques ingénues, c’est une vraie La décision des deux alliés Nissan et Renault de faire bâtir deux usines d'un conglomérat chinois est certes logique dans leur optique. Envision a en effet racheté en 2018 le pôle batteries AESC de Nissan, qui l’avait créé avec son compatriote NEC. Envision AESC est du coup le fournisseur de la firme de Yokohama. Et Renault, qui équipe depuis 2011 ses Zoé électriques de batteries du Coréen LG Chem, a décidé d’unifier ses sources d’approvisionnement avec son allié. Il n’empêche. D’un point de vue géostratégique européen, cette double décision ne fait qu’affaiblir la maîtrise technologique du Vieux continent et renforcer la mainmise chinoise.

Un coup dur en tout cas pour de Total et Stellantis, dont le seul client annoncé à ce jour est l’ex-PSA (devenu Stellantis début janvier).[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles