La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 654,59
    +431,17 (+1,34 %)
     
  • Nasdaq

    11 984,52
    +321,73 (+2,76 %)
     
  • Nikkei 225

    26 659,75
    +112,70 (+0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0554
    +0,0116 (+1,11 %)
     
  • HANG SENG

    20 602,52
    +652,31 (+3,27 %)
     
  • BTC-EUR

    28 813,66
    +98,35 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    677,94
    +435,26 (+179,36 %)
     
  • S&P 500

    4 088,85
    +80,84 (+2,02 %)
     

La voiture hydrogène, un véhicule aux nombreux adversaires

HORS-SERIE - D'Elon Musk aux écologistes, les opposants au véhicule hydrogène critiquent son efficacité et le recours massif à l'électricité.

L'hydrogène ne manque pas d'adversaires, historiques comme récents. Ils rappellent à l'envi que cela fait soixante ans qu'il est présenté comme l'énergie de demain. Dans les années 1970, au moment des chocs pétroliers, le gouvernement français avait même demandé à une armée de hauts fonctionnaires de préparer la transformation de l'économie française en une économie de l'hydrogène… Le projet est resté dans des cartons.

Dans les années 2000, avec la montée en puissance des enjeux climatiques, la voiture à hydrogène a vu le jour. Mais faute de prix compétitif et de réseaux de distribution, elle s'est fait largement damner le pion par la voiture électrique à batterie. C'est dans cette industrie qu'on trouve les plus farouches adversaires de l'hydrogène. On comprend bien pourquoi.

"Un choix particulièrement stupide", juge Elon Musk

Les adversaires de l'hydrogène soulignent que son rendement énergétique est faible quand il est produit par électrolyse à partir d'électricité décarbonée. Il diminue encore beaucoup quand l'hydrogène est converti à nouveau en électricité via une pile à combustible pour faire avancer un véhicule. Moins de 30% de l'énergie provenant de l'électricité initiale est utilisée… Les constructeurs automobiles qui ont investi des dizaines de milliards dans les véhicules électriques à batterie ne veulent pas entendre parler d'une telle concurrence.

, est le plus féroce. Il ne cesse de répéter qu'il s'agit "d'un choix particulièrement stupide… Si vous prenez un panneau solaire et utilisez l'électricité pour recharger une batterie et vous comparez cela à séparer les molécules d'eau, prendre l'hydrogène, compresser l'hydrogène à très haute pression ou le liquéfier et le mettre dans une voiture et faire fonctionner une pile à combustible, la différence d'efficacité est considérable. Pourquoi faire cela? Ça n'a aucun sens". Herbert Diess, le PDG de Volkswa-gen, est à peine plus nuancé: "Il est temps pour les politiciens d'accepter la science . L'hydrogène ver[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles