La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1979
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    -2,90 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    46 826,82
    -4 719,35 (-9,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,06 (-0,10 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,45 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,67 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,61 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3831
    +0,0047 (+0,34 %)
     

La voiture autonome est-elle une catastrophe pour la planète?

·2 min de lecture

Annoncée comme un progrès majeur des décennies à venir dans le domaine des transports, la voiture autonome pourrait avoir des conséquences néfastes sur l’avenir. Une étude tire la sonnette d’alarme.

Certes, la voiture autonome initialement promise pour le début des années 2020 n’est toujours pas là. Les raisons du retard sont multiples (lire notre article ) mais il s’agit d’un progrès technologique majeur, qui promet de faciliter la vie des automobilistes. Ce ne serait pas son seul argument : selon ses partisans, la voiture autonome pourrait avoir un impact bénéfique sur l’environnement. D’une part parce que la conduite par un robot serait plus souple et consommerait moins de carburant que la conduite par un humain. Aussi parce que la voiture autonome, en normalisant les situations de conduite, pourrait s’approcher du zéro accident. Par conséquent, les structures des voitures n’auraient plus à résister à des chocs et pourraient s’alléger.

L’argument écologique de la voiture autonome, une étude réalisée en commun par les associations La Fabrique Ecologique et Forum Vies Mobiles le balaie. Il apparaît difficile de chiffrer précisément l’usage et les divers impacts d’une technologie encore en suspens du fait de nombreuses inconnues techniques et juridiques. Mais les divers scénarios explorés par l’étude soulignent plusieurs points qui ont toutes les probabilités de plomber le bilan écologique de la voiture autonome. Cela commence par une multiplication des trajets, du fait d’une plus grand facilité de déplacement : on peut imaginer qu’à l’avenir, des personnes ne possédant pas le permis de conduire pourraient se déplacer seules à bord d’un véhicule autonome. Egalement, étant donné que le conducteur peut se concentrer sur d’autres activités que la conduite, les déplacements seront jugés moins contraignants. Voilà qui pourrait contribuer à une explosion des distances parcourues en voiture, avec évidemment un impact écologique et énergétique. Sans compter que cela pourrait contribuer à un urbanisme qui miserait sur l'extension des agglomération. Un cercle vicieux.

Un quantité de données énorme

L’augmentation de distance parcourue serait particulièrement significative[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi