La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +0,70 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    47 415,51
    -1 541,24 (-3,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,29 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    -0,08 (-0,12 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,95 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,42 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Voiture électrique: pourquoi la charge rapide sera de plus en plus chère

·2 min de lecture

Les services de charge rapide, indispensables pour assurer les longs trajets en voiture électrique, en sont encore à leurs débuts mais affichent déjà des tarifs élevés. Une situation qui pourrait empirer à l’avenir, selon un spécialiste de la question.

A moins de disposer d’un abonnement spécifique, charger une voiture électrique sur une borne rapide coûte cher. Très cher, même. Ionity, un des réseaux les plus denses, propose aux clients des marques du consortium fondateur (Groupe Volkswagen, Daimler, Ford, BMW et Hyundai/Kia) la possibilité de souscrire un abonnement mensuel, pour profiter d’un tarif aux environs de 0,30 € la minute. Pour les autres, c’est plein pot: 0,79 € la minute. Résultat: parcourir 100 km sur autoroute avec une Renault Zoé, en utilisant ce réseau de charge, revient aussi cher que de rouler en Porsche Cayenne Turbo. Un paradoxe, alors même que le gouvernement veut favoriser la voiture électrique!

Et la situation n’est pas près de s’arranger, comme nous l’a confié Lyonel Gilli, directeur du Développement des Projets Industriels SOREGIES, qui gère un réseau de charge en région Nouvelle-Aquitaine. Cela vient en particulier du coût très élevé de ces installations. "Il faut compter environ 1.000 € pour chaque kW. Une borne de 50 kW coûte donc aux alentours de 50.000 €, une borne de 175 kW, 175.000 €. C’est une approximation, mais elle est assez juste". Le principal souci est donc de rentabiliser les infrastructures, surtout quand elles ne sont utilisées en moyenne que pour trois charges par jour.

Inutile d’espérer à l’avenir voir les tarifs de charge baisser, et encore moins continuer à profiter dans certains cas de . "Nous avions des charges gratuites tant qu’il n’y avait pas de système de facturation efficace: il était alors moins cher de faire gratuit", reprend Lyonel Gilli. "Les prix n’évolueront pas à la baisse pendant un certain temps". Il convient de plus de rappeler que ces tarifs sont plus élevés que les carburants fossiles au kilomètre alors même que l’électricité est beaucoup moins taxée que l’essence ou le gasoil! Qu’adviendra-t-il si le gouvernement compte récupérer les revenus du pétrole en créant une nouvelle taxe sur l’électricité automobile?

Impossible de rentabiliser un terminal[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi