Publicité
La bourse ferme dans 1 h 25 min
  • CAC 40

    8 108,09
    +15,98 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 044,67
    +19,50 (+0,39 %)
     
  • Dow Jones

    39 462,86
    -208,18 (-0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    2 358,00
    -34,90 (-1,46 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 706,14
    -1 492,56 (-2,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 478,55
    -24,11 (-1,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,27
    +0,70 (+0,90 %)
     
  • DAX

    18 677,47
    -2,73 (-0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 348,31
    -22,02 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 890,33
    +88,79 (+0,53 %)
     
  • S&P 500

    5 311,84
    +4,83 (+0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,2717
    -0,0002 (-0,02 %)
     

Voiture électrique : la nouvelle fausse-bonne idée du gouvernement pour favoriser la France

Étudier le bilan carbone de l’ensemble de la production de la voiture semble une démarche légitime pour distribuer le bonus écologique aux bons élèves. Est-ce pour autant le meilleur moyen pour mettre en place le protectionnisme souhaité par certains acteurs de la filière ? Probablement pas.

Le gouvernement cherche une manière de favoriser les constructeurs de voitures électriques implantés en Europe, voire carrément en France, pour contrer l’offensive chinoise. Alors que l’on pensait quasiment acté l’idée que seuls les véhicules produits en Europe obtiendraient le précieux bonus, Le Figaro a publié, le 8 mai, une autre hypothèse de travail du gouvernement français. Le bonus pourrait dépendre du type d’énergie utilisé pendant la production de la voiture et de la batterie. Si le principe redonnerait un sens au terme « bonus écologique », c’est sûrement bien vite oublier quel pays fabrique les panneaux photovoltaïques en quantité industrielle.

Les constructeurs automobiles ont déjà pris de nombreux engagements pour faire baisser la part d’émission de CO2 de la production des véhicules électriques. Cela ne concerne d’ailleurs pas que les constructeurs européens. Doit-on préciser au gouvernement que Tesla ou BYD ne les ont pas attendus pour s’engager très activement sur ces sujets ?

Le type d’énergie d’un pays n’est pas celle de la production d’une usine

En basant la réflexion sur le type d’énergie employé pour la production, le gouvernement a probablement fait quelques raccourcis à l’échelle des pays.

[Lire la suite]