Marchés français ouverture 1 h 16 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    29 544,00
    +681,23 (+2,36 %)
     
  • BTC-EUR

    30 343,64
    +170,65 (+0,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    721,52
    -13,62 (-1,85 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Voiture électrique : pourquoi GM prête à Honda une mécanique contestée

·2 min de lecture

Le premier SUV électrique de Cadillac sera cloné par le Japonais Honda. Un motif de fierté pour l’Américain, qui peine pourtant à convaincre ses concessionnaires de la pertinence de sa conversion au tout-électrique : un sur six renonce à distribuer sa marque. De mauvais augure pour Honda ?

Ce qui semblait relever de la simple formalité s’est révélé être un point d’achoppement entre Cadillac et ses concessionnaires. Contre toute attente, l’ambition de la division luxe de General Motors de ne plus vendre que des voitures 100 % électriques à l’horizon 2030 n’a pas suscité l’enthousiasme attendu chez ses distributeurs. Ces derniers sont pourtant nombreux à déplorer l’absence de produits adaptés pour lutter à armes égales avec Tesla.

Les espoirs étaient grands en janvier 2019, lorsque Cadillac leva le voile sur la maquette du Lyriq, un crossover tueur de Tesla. Mais l’enthousiasme était déjà moins net lorsque la bête apparut sous la forme d’un prototype roulant en août 2020. C’est qu’entretemps, les concessionnaires avaient appris qu’il leur faudrait investir quelque 200.000 dollars pour moderniser leurs ateliers, acquérir un nouvel outillage, installer des chargeurs et former leur personnel. Condition sine qua non avant d’être autorisés à distribuer le Cadillac Lyriq, dont le lancement est programmé avant la fin de l’année 2022.

Cadillac est tombé loin de son pic de ventes, qui remonte à 2005

Les quelque 870 concessionnaires américains de Cadillac avaient jusqu’à la fin de l’année 2020 pour se prononcer. A la fin, entre 170 et 180 d’entre eux (soit environ 20 %, selon le quotidien Detroit Free Press) ont préféré renoncer à leur franchise et au panonceau Cadillac. La presse a fait gorge chaude de ce fort taux de défection : elle y voit la preuve de l'incapacité d’un General Motors prétendument arthritique à suivre le rythme imposé par le furet Tesla paré de toutes les vertus par les investisseurs en bourse.

Lire aussi

Sauf que les apparences sont trompeuses. Certes, les ventes de voitures électriques aux États-Unis augmentent moins vite qu’attendu. Audi, Mercedes et Jaguar peuvent en dire quelque chose, eux qui espéraient donner une bonne leçon à Tesla mais qui se voient déjà contraints de concéder des remises sur leurs électriques. C’est comme si les A[...]

Lire la suite sur challenges.fr

L'alliance paradoxale de Honda et General Motors en Amérique du NordÉchange de crédits carbone : Tesla cède à Honda et à Fiat un “droit à polluer” Honda Jazz: la douce rivale hybride des Renault Clio et Toyota YarisHonda CR-V 4x2: Un SUV nippon hybride pour les vacances en familleHonda e: une mignonne mini-électrique à très faible autonomie