La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 068,59
    -125,57 (-1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 229,56
    -70,05 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,37
    -450,02 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1348
    +0,0031 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 836,10
    -6,50 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    31 143,37
    +191,53 (+0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    870,86
    +628,18 (+258,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,83
    -0,72 (-0,84 %)
     
  • DAX

    15 603,88
    -308,45 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,13
    -90,88 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 768,92
    -385,10 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 397,94
    -84,79 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3555
    -0,0045 (-0,33 %)
     

Voiture électrique : quand d’autres paient pour votre recharge

·2 min de lecture

Objectif ultime pour les opérateurs de recharge : des bornes qui se financent toutes seules. Certains se résignent donc à diffuser de la publicité, quand d'autres accueillent des services de proximité parfois inattendus.

Si la rentabilité des stations-services n’est pas fameuse, celle des bornes de recharge pour voitures électriques n'est guère plus reluisante. En moyenne, les distributeurs de carburants ne prélèvent que 10 centimes d’euro par litre de super et de gazole vendu, selon une étude de la DATAR. Voilà qui explique pourquoi trois stations sur quatre ont mis la clé sous la porte depuis 1980. De son côté, Michael Hajesch, directeur général de Ionity (leader européen de la charge électrique sur autoroute) estimait en 2019 — avant la pandémie et les pénuries — qu’il faudrait 8 à 10 années d’investissements et de développement de son réseau pour atteindre la rentabilité financière. Mais c’était avant la pandémie, l’envolée du cours du cuivre et les pénuries de composants électroniques.

Objectif pour les opérateurs de recharge : des bornes qui se financent toutes seules

Les soubresauts de l’économie mondiale rendent très difficile le moindre pronostic quant à la rentabilité des opérateurs de recharge. Tous ne peuvent compter sur les largesses des constructeurs auto membres fondateurs du consortium Ionity, qui viennent de concéder une rallonge de 700 millions d’euros pour “accélérer l’expansion du premier réseau de charge haute puissance en Europe”. Michael Hajesch concède que la longue phase d’investissement sans retour immédiat se poursuivra tant que le parc de véhicules électriques n’aura pas atteint sa taille critique. C’est l’éternelle histoire de l’œuf et de la poule : pour vendre davantage de voitures électriques, il faut financer l’installation de stations qui ne seront pas rentables avant longtemps.

L’ampleur des incertitudes ne décourage pas les entrepreneurs — innombrables — qui se lancent sur le marché prometteur de la recharge électrique, certains l’échelle d’une ville, d’autres d’un pays. Les jeunes pousses qui n’ont pas la chance d’être soutenues par un énergéticien ou par un constructeur d’automobiles cherchent l’approche originale qui leur permettra de se rému[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Voitures électriques: bientôt des embouteillages sur les bornes de charge rapide?Le logiciel, talon d’Achille de la charge de la voiture électriqueTesla: même ouvert à tous, le Supercharger reste moins cher que IonityMalgré les nouveaux Superchargeurs, les Tesla chargent moins viteParis compte toujours défendre les hybrides rechargeables à Bruxelles

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles