Marchés français ouverture 4 h 10 min
  • Dow Jones

    29 260,81
    -329,60 (-1,11 %)
     
  • Nasdaq

    10 802,92
    -65,00 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    26 651,60
    +220,05 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    0,9636
    +0,0024 (+0,25 %)
     
  • HANG SENG

    17 750,54
    -104,60 (-0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    20 500,99
    +753,70 (+3,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    452,53
    +19,43 (+4,49 %)
     
  • S&P 500

    3 655,04
    -38,19 (-1,03 %)
     

Voiture électrique : décollage imminent pour le rétrofit des utilitaires Diesel

Image © Challenges — E. Bergerolle

Après deux années de doutes, les pionniers de la conversion électrique voient affluer les demandes de devis. Pour la plupart en provenance d’entreprises qui cherchent à conserver à moindre coût le droit de circuler en ZFE-m.

Au commencement, les pionniers de la conversion électrique (autrement appelée “rétrofit électrique”) misaient sur les amateurs de voitures de collection. Mais la demande s’avère nettement plus importante et plus pressante de la part des artisans et des livreurs, qui voudraient conserver le droit de circuler dans les . A compter du 1er janvier 2025, ces vastes périmètres couvrant les agglomérations d’au moins 150.000 habitants ne tolèreront plus les véhicules à motorisation Diesel. Une incitation forte à passer à la traction électrique, que vient renforcer le quota de motorisations propres imposé par la loi d’orientation des mobilités (décembre 2019) aux entreprises qui possèdent plus de 100 véhicules.

Tout véhicule de plus de 5 ans peut être converti à l’électrique. A condition qu’un kit homologué existe

La dépense n’est hélas pas anodine. D’où l’idée de convertir les véhicules plutôt que les remplacer par du neuf. Comment ? En retirant leur moteur Diesel d’origine (ainsi que son réservoir à carburant et son échappement), pour le remplacer par une machine électrique et son électronique de supervision, les deux étant associées à une batterie au lithium-ion et à un redresseur de courant pour gérer la charge.

Lire aussi

Voilà qui s’avère bon pour le porte-monnaie comme pour la planète, car la fabrication d’un véhicule neuf émet des tonnes de gaz à effet de serre. “Notre analyse du cycle de vie conclut à une économie de 40 % de CO2 par rapport à un fourgon électrique neuf et de 80 % par rapport à un Diesel”, révèle Antoine Desferet, cofondateur de Phoenix Mobility. L’Ademe parle d’une économie de 61 % pour une camionnette et de 87 % pour un autobus.

Le fourgon Diesel converti aux électrons coûte moitié moins cher qu’un fourgon électrique tout neuf

Ainsi transformé, un fourgon Renault Trafic de la génération 2000 à 2010 s’affiche au tarif hors taxes de 28.000 euros, voire 19.000 euros une fois les subventions déduites. Voilà qui revient “environ deux fois moins cher q[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Rétrofit: deux ans après le décret, seulement dix voitures immatriculées!Retrofit: Convertir sa voiture thermique en électrique, à quel prix?Rétrofit électrique : pourquoi le fourgon est plus rentable que la berlineRétrofit électrique : des batteries Renault dans les bateauxRétrofit : la prime gouvernementale est là, pas les voitures