La bourse ferme dans 1 h 9 min
  • CAC 40

    6 256,06
    +45,51 (+0,73 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 003,79
    +27,38 (+0,69 %)
     
  • Dow Jones

    33 984,31
    -153,00 (-0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,2011
    -0,0029 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 786,10
    -7,00 (-0,39 %)
     
  • BTC-EUR

    45 644,89
    -868,39 (-1,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 276,13
    +33,07 (+2,66 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,12
    -0,23 (-0,37 %)
     
  • DAX

    15 266,57
    +70,60 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    6 912,04
    +16,75 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    13 929,24
    -20,98 (-0,15 %)
     
  • S&P 500

    4 162,44
    -10,98 (-0,26 %)
     
  • Nikkei 225

    29 188,17
    +679,62 (+2,38 %)
     
  • HANG SENG

    28 755,34
    +133,42 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3833
    -0,0099 (-0,71 %)
     

"Le vocabulaire de l'open space tient plus de la puériculture que du management"

·1 min de lecture

En ce moment, tout le monde crie à l’infantilisation. Les Français s’estiment déresponsabilisés par les mesures anti-Covid du gouvernement. Le gouvernement refuse de vacciner le président de la République devant les caméras pour ne pas «infantiliser» ses administrés. Le sentiment d’être traité comme un enfant se répand partout, même dans les affaires. Surtout dans les affaires

Aujourd’hui, règne dans l’open space un vocabulaire qui tient plus de la puériculture que du management : «Kiképalà ?», «Belle journée», «Merki», «Voili voilou»… Mais pourquoi ce ton niais ?

Tout a commencé dans l’univers du conseil. Dans les années 1980 est née chez les Big Five, les cinq plus gros cabinets d'audit, cette idée folle qu’il fallait «faire grandir les salariés». En présentant le travail comme une suite d’apprentissages, ces sociétés-écoles ne vendaient plus une carrière mais une promesse de progression individuelle. Elles ont inventé un monde qui rend les collaborateurs autonomes grâce à des évaluations douces et des mots affectueux. «Rien de grave, tu es viré, c’est une opportunité… pour rebondir.»

>> A lire aussi - La chronique de David Abiker : "rendez-moi l'open space !"

L’infantilisation est maintenant partout. Les bureaux sont équipés de baby-foot, comme à la fac. Les salles de créativité ont leurs Post-it fluo et leurs Lego, comme en maternelle. «Le manager doit développer ses capacités à materner ses équipes : les choyer, les protéger, les rassurer, les écouter, les apaiser, les égayer», (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Classes fermées : les arrêts de travail auxquels vous avez droit en tant que parents
Compte personnel de formation : la piste d'un reste à charge pour les salariés
Télétravail et vie privée : comment trouver le juste équilibre ?
8 méthodes éprouvées pour être un super manager dans le "monde d'après"
Le grand bide de l'allocation chômage des indépendants