Publicité
Marchés français ouverture 5 h 35 min
  • Dow Jones

    38 503,69
    +263,71 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    15 696,64
    +245,33 (+1,59 %)
     
  • Nikkei 225

    38 310,68
    +758,52 (+2,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,0714
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    16 828,93
    +317,24 (+1,92 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 282,47
    -265,98 (-0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 437,14
    +22,38 (+1,58 %)
     
  • S&P 500

    5 070,55
    +59,95 (+1,20 %)
     

Vladimir Poutine en Crimée, le jour du 9ème anniversaire de l'annexion de la péninsule

Vladimir Poutine en Crimée, le jour du 9ème anniversaire de l'annexion de la péninsule

Le président russe Vladimir Poutine est arrivé samedi en Crimée, le jour du neuvième anniversaire de l'annexion de cette péninsule ukrainienne par la Russie en 2014, a annoncé la télévision publique russe.

En déplacement surprise à Sébastopol, port d'attache de la Flotte russe de la mer Noire en Crimée, Vladimir Poutine a notamment visité une école des arts en compagnie du gouverneur local, Mikhaïl Razvojaïev, selon les images diffusées par la chaîne de télévision Rossia-1. "Vladimir Vladimirovitch est venu en personne. Lui-même. Au volant. Parce que lors d'une journée historique comme aujourd'hui, il est toujours avec Sébastopol et ses habitants", a affirmé Mikhaïl Razvojaïev.

La Russie a annexé la Crimée le 18 mars 2014, à la suite d'un référendum non reconnu par Kyiv et la communauté internationale. Si le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé en janvier qu'il entendait reprendre la Crimée - "notre terre" - avec des armes, Moscou ne cesse de marteler que la "Crimée est russe", en refusant d'en faire l'objet d'éventuelles négociations de paix.

Vladimir Poutine visé par un mandat d'arrêt de la CPI

Vladimir Poutine, dont la dernière visite en Crimée remonte à novembre 2021, est visé depuis vendredi par un mandat d'arrêt émis à son encontre par la Cour pénale internationale (CPI), qui l'accuse de crime de guerre de "déportation illégale" d'enfants ukrainiens.

PUBLICITÉ

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué une décision "historique, qui marque le début d'une responsabilité historique", le Kremlin juge de son côté qu'elle n'a aucune valeur juridique.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a salué "une décision importante" et le Royaume-Uni une mesure qui va "obliger ceux qui sont au sommet du régime russe, y compris Vladimir Poutine, à rendre des comptes."

Plus de 16 000 enfants ukrainiens ont été déportés vers la Russie depuis l'invasion le 24 février 2022, selon Kyiv, et beaucoup auraient été placés dans des institutions et des foyers d'accueil.

Rencontre Poutine-Xi Jinping la semaine prochaine

Le Kremlin a jugé "nul et non avenu" ce mandat, dont l'émission a été annoncée le même jour où Moscou et Pékin ont dévoilé la visite du dirigeant chinois Xi Jinping en Russie la semaine prochaine, censée ouvrir une "nouvelle ère" dans les relations entre deux alliés.

Cette visite aura lieu du 20 au 22 mars, un peu plus d'un an après le lancement de l'offensive russe en Ukraine qui a conduit le Kremlin à se réorienter vers la Chine, sur fond de tensions avec l'Occident qui soutient l'Ukraine.

Le mois dernier, la Chine a cherché à s'imposer comme médiateur dans le conflit ukrainien en publiant un document exhortant Moscou et Kyiv à tenir des pourparlers de paix.

Jeudi, le ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue ukrainien Dmytro Kouleba, a une nouvelle fois exhorté Kyiv et Moscou à reprendre "au plus vite" des pourparlers de paix.

AFP