Marchés français ouverture 7 h 6 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 680,68
    +714,67 (+2,47 %)
     
  • EUR/USD

    1,2096
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,99 (-3,64 %)
     
  • BTC-EUR

    38 310,18
    -268,81 (-0,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    927,26
    -5,88 (-0,63 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Vivendi-Prisa: mais qu'est-ce qui fait courir Bolloré en Espagne?

·2 min de lecture

Avec son offensive sur Prisa en Espagne, l'actionnaire majoritaire de Vivendi fait coup double. L'affaire devrait le servir des deux côtés des Pyrénées, pour accroître son assise... et son influence. Analyse.

fait feu de tout bois. Un mois après l’offensive sur Prisma Media (Bertelsmann), l'homme d'affaires s’attaque au marché espagnol. , dont il est actionnaire majoritaire, vient de . Juste en dessous du seuil de 10% autorisé pour un investissement étranger par Madrid en temps de crise sanitaire, afin de protéger les actifs stratégiques du pays.

Mais une fois passée la pandémie... il sera au premier rang. Vincent Bolloré devrait d'ailleurs demander un siège au conseil de Prisa, que préside Joseph Oughourlian, fondateur d’Amber Capital, son "allié" chez Lagardère. Ce dernier, actionnaire à 30% de Prisa, peine à imposer ses envies de rentabilité au conseil du groupe ibérique. Sollicité par Oughourlian, l’homme d’affaires a profité de la vente du bloc détenu par la banque HSBC pour entrer en lice. "Et comme chacun sait, mieux vaut toujours un “ami” à ses côtés qu’un banquier", s’amuse un proche.

Une belle affaire à bon prix

Un "ami" bien placé, le jour où Oughourlian sortira… Vincent Bolloré réalise une bonne affaire : il débourse environ 60 millions d’euros, une paille au regard d'un trésor de guerre de 6 milliards, pour son ticket dans Prisa. Et comble son envie de bâtir un groupe de médias en Europe du Sud et en espagnol. Propriétaire notamment du journal El País, de la radio Cadena SER et du quotidien sportif As, Prisa est aussi dans l’édition scolaire, un domaine où Vivendi possède notamment, via Editis, les marques Bordas et Nathan.

L’opération ferait également ses affaires en France. En épaulant Amber Capital en Espagne, il consolide l’entente cordiale et de circonstances chez Lagardère. Avec Prisma, et peut-être demain Prisa, il pèse de plus en plus lourd face à Bernard Arnault dans ce dossier. Enfin, Prisa, , reste actionnaire à 20 % du Monde Libre, l’entité de contrôle du quotidien du soir. Ultime outil pour peser dans l’Hexagone... Sauf si la situation évolue. Le 18 janvier, le site espagnol Vozpópuli affirmait que Prisa était en train de boucler la cession de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi