La bourse ferme dans 8 h 26 min
  • CAC 40

    6 622,59
    +38,97 (+0,59 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 169,87
    +23,93 (+0,58 %)
     
  • Dow Jones

    34 751,32
    -63,07 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,1780
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    1 764,00
    +7,30 (+0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    40 860,98
    -547,11 (-1,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 231,81
    -1,48 (-0,12 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,28
    -0,33 (-0,45 %)
     
  • DAX

    15 651,75
    +35,75 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,48
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    15 181,92
    +20,39 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 473,75
    -6,95 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 788,82
    +120,97 (+0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,3794
    -0,0003 (-0,02 %)
     

"On vit au jour le jour" : en Corse, face au Covid, la pression hospitalière se renforce

·1 min de lecture

L'île de Beauté est confrontée à une augmentation inquiétante des cas de coronavirus. Selon le dernier bulletin d'information de l'Agence régionale de santé Corse, 21 nouvelles hospitalisations sont à déplorer ces trois derniers jours. Soixante-neuf patients sont hospitalisés, dont 14 personnes en réanimation et soins intensifs. A l'hôpital de Bastia, la situation est particulièrement tendue : en moyenne neuf personnes positives sont hospitalisées chaque jour et il reste moins de cinq lits Covid. Les soignants craignent le pire dans les prochains jours.

>>Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"Les soignants sont de plus en plus épuisés" 

"C'est de plus en plus tendu, les soignants sont de plus en plus épuisés. On fait appel aux heures supplémentaires sur une période de congé, très attendu par l'ensemble du personnel", confie Sophie, soignante au pôle chirurgie. "On vit au jour le jour, en fonction de ce qui nous tombe dessus."

Sans compter qu'avec l'afflux de touristes, en pleine période estivale, la charge de travail s'intensifie également aux urgences. La situation devient intenable selon Sophie et certains soignants sont même tentés de rendre la blouse. "Moi la première et pourtant cela fait 26 ans que je suis soignante. C'est horrible", déplore-t-elle.

Le manque de lits, un problème récurrent 

Cette nouvelle vague ravive les souvenirs de la première vague. Les leçons n'ont pas été retenues selon Séverine Mazon, co-secrétaire CGT à l'Hôpital de Bas...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles