Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,53 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 925,30
    -173,36 (-0,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 322,06
    -38,27 (-2,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,68 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,24 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,53 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,78 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2650
    -0,0010 (-0,08 %)
     

Visite d’agents du renseignement à l’université après un article sur le “recul démocratique”

photo TAUSEEF MUSTAFA/AFP

“Dans un développement aux conséquences inquiétantes pour la liberté académique en Inde, le Bureau du renseignement a commencé à examiner l’article scientifique d’un ancien professeur de l’université Ashoka sur ‘le recul démocratique dans la plus grande démocratie du monde’ et cherche à interroger son auteur ainsi que les membres du corps professoral du département d’économie sur le sujet”, apprend-on dans The Wire.

Selon les informations du site indien, les agents du renseignement ont débarqué dans les locaux de l’université à Sonipat, au nord de Delhi, le 21 août, “armés de coupures de presse”, cherchant à rencontrer l’auteur de l’article universitaire qui suscite la polémique en Inde depuis sa publication, le mois dernier.

L’article de Sabyasachi Das, un économiste, suggère qu’une forme de manipulation électorale aurait pu bénéficier au Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du peuple indien) du Premier ministre, Narendra Modi, et lui aurait fait remporter certains sièges lors des dernières élections générales, en 2019. S’est ensuivie une attaque contre le professeur sur les réseaux sociaux. Face au manque de soutien de l’université Ashoka, Sabyasachi Das a finalement démissionné.

Outil de pression

Selon The Wire, “certains des hommes d’affaires qui ont investi dans Ashoka [une université privée] et qui siègent à son conseil d’administration ont reçu des appels exprimant la colère du bureau du Premier ministre ainsi que du ministre de l’Éducation”. Après la première visite des agents du renseignement, “il a été conseillé à certains membres du corps professoral de se tenir prêts pour toute question” si les agents revenaient.

PUBLICITÉ

Cette visite a lieu alors que la licence permettant à l’université Ashoka de percevoir des fonds étrangers doit être renouvelée en septembre. Le renouvellement de ce type de licence “est souvent utilisé par le ministère de l’Intérieur comme moyen de pression sur les institutions qui ne sont pas entièrement alignées avec le gouvernement ou le BJP”.

L’université suscite des inquiétudes croissantes en matière de liberté académique. Le département d’économie et d’autres membres du corps professoral ont publié des déclarations de solidarité avec Das et ont appelé l’administration de l’université à prendre des mesures pour garantir le respect de la liberté académique des professeurs et des étudiants.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :