La bourse ferme dans 5 h 37 min

“Visa et Mastercard auraient pu nous ralentir” assure le patron de Libra

Capital : Qu’ont décidé les membres de l’association Libra lors de leur premier conseil ?

Bertrand Perez : 21 membres extrêmement motivés ont officiellement rejoint l’association et leur première action a été d’élire un board de cinq personnes, composé de Katie Haun (Andreessen Horowitz), David Marcus (Calibra, la filiale de Facebook), Matthew Davie (Kiva Microfunds), Patrick Ellis (PayU) et Wences Casares (Xapo). Ce sera l’organe de pilotage opérationnel du projet. Il donnera les consignes à l’équipe dirigeante pour l’exécution des tâches quotidiennes. J’ai quant à moi été élu secrétaire général du conseil et du board.

Capital : Comment analysez-vous le départ de sept grandes sociétés (PayPal, Visa, Mastercard, Booking, etc.) juste avant ce conseil ?

Bertrand Perez : Il vaut mieux qu’elles l’aient fait maintenant que plus tard. Les 21 membres officiels sont motivés à 2.000%, croient vraiment au projet et ont la volonté de le faire avancer. Au sujet de ceux qui nous ont quitté, certains ont peut-être reçu des pressions et ont pris leur décision en connaissance de cause. Elles nous ont toutes dit qu’elles étaient mal à l’aise avec le fait que toutes les cases réglementaires n’étaient pas encore cochés. Cela ne remet pas du tout en cause le projet.

Capital : L’expérience des géants du paiement ne risque-t-elle pas de vous manquer ?

Bertrand Perez : Leur expérience est valable dans des systèmes de paiement qui ont 50 ans et qui n’ont rien à voir avec la blockchain et les registres distribués. Bien sûr ce sont des grands noms du paiement, je les respecte. Mais il valait mieux partir maintenant plutôt qu'à la veille du lancement officiel. Cela aurait pu ralentir le projet alors que nos membres attendent beaucoup de Libra.

Capital : Cela va désormais être plus dur de gommer l’influence de Facebook sur Libra...

Bertrand Perez : Même quand PayPal, Visa ou Mastercard étaient parmi nous, les observateurs faisaient la même réflexion. Pour nous la situation n’a pas changé et on ne va pas

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bertrand Perez, patron de Libra : "Si des États souhaitent faire partie de la gouvernance on l’étudiera"
Paypal pourrait jeter l’éponge sur la libra, le projet de cryptomonnaie de Facebook
Le patron de Nissan jette l’éponge
737 MAX : le patron de Boeing bientôt débarqué ?
La France met le holà à la Libra, le projet de monnaie virtuelle de Facebook