La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 424,65
    -1 229,94 (-3,77 %)
     
  • Nasdaq

    11 416,88
    -567,65 (-4,74 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0472
    -0,0083 (-0,79 %)
     
  • HANG SENG

    20 644,28
    +41,76 (+0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    27 976,08
    -1 065,64 (-3,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    655,39
    -15,29 (-2,28 %)
     
  • S&P 500

    3 918,74
    -170,11 (-4,16 %)
     

Virement instantané : le prix facturé par votre banque est-il scandaleux ?

Paiement en ligne par carte bancaire avec authentification forte
Paiement en ligne par carte bancaire avec authentification forte

Le 19 avril dernier, la Banque de France conviait quelques journalistes spécialisés à un point presse. Son sujet : le virement instantané. Lancé en 2019, ce nouveau moyen de paiement permet d'envoyer de l'argent d'un compte bancaire européen à un autre (1), avec un énorme atout par rapport au virement classique : le délai pour disposer des fonds n'est pas de 24 à 72 heures, mais... de 10 secondes au maximum. Du temps réel, donc, parfaitement adapté à l'âge du smartphone et de la fibre internet.

Pourtant, trois ans après son ouverture au grand public (2), le virement instantané ne représente que 3% de l'ensemble des virements en France, contre 10% en moyenne dans l'ensemble des pays de la zone SEPA. Un « petit retard », euphémise la Banque de France, que l'institution attribue à un « déficit de notoriété ».

Pourtant, difficile de ne pas attribuer aussi cette responsabilité à la manière dont les banques françaises ont accueilli ce moyen de paiement. Seule une poignée d'entre elles - le Crédit Mutuel Arkéa (Crédit Mutuel de Bretagne, Fortuneo, etc.), Boursorama Banque, La Banque Postale depuis peu - a résolument décidé de mettre en avant le virement instantané, en le proposant à leurs clients par défaut et gratuitement. Les autres ont pris un autre parti : celui de le faire payer, et cher : 0,96 euro, en moyenne, selon notre relevé tarifaire. Près d'un euro, donc, d'un côté ; zéro de l'autre, puisque les virements traditionnels sont, à de rares exceptions près, gratuits lorsqu'ils sont initiés en ligne ou sur mobile. On peut comprendre le choix des consommateurs qui, hors situation d'urgence, continuent à préférer le virement traditionnel.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Crédit immobilier : passer par un courtier, plus qu'une affaire de meilleur taux
- Age de départ, santé, chômage... Les inégalités des retraités selon le métier exercé
- Impôts 2022 : foyers non imposables, en quoi la déclaration vous est utile

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles