Marchés français ouverture 38 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0384
    -0,0021 (-0,20 %)
     
  • HANG SENG

    17 283,34
    -290,24 (-1,65 %)
     
  • BTC-EUR

    15 606,40
    -455,50 (-2,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,98
    -2,68 (-0,70 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Violences faites aux femmes: mais pourquoi Mélenchon n’entend rien!

AFP - Thomas SAMSON

Jean-Luc Mélenchon a jugé bon d’intervenir et de donner son avis sur twitter, lui qui explique volontiers, non sans fanfaronner d’ailleurs, que "les mots sont comme des obus". Un "obus" en effet. Tiré contre son parti- LFI-, et contre sa "chose" politique- la Nupes. Avec des dégâts considérables.

. C’est lui-même qui l’a révélé. Il allait de soi que, dans ce contexte de violence conjugale reconnue, le député du Nord ne pouvait plus "diriger" le parti puisque LFI s’était rangé aux côtés de #Me Too dès l’émergence du mouvement. Quatennens l’avait d’ailleurs compris et anticipé puisqu’il avait aussitot quitté son poste de "coordinateur national". C’est dans ce contexte, plutôt clair, que Jean-Luc Mélenchon a jugé bon d’intervenir et de donner son avis sur twitter, lui qui explique volontiers, non sans fanfaronner d’ailleurs, que "les mots sont comme des obus". Ses mots, les siens… Voilà qu’à propos de son lieutenant et de sa situation politico-familiale, i. Adrien décide de tout prendre sur lui. Je salue sa dignité et son courage. Je lui dis ma confiance et mon affection". Un "obus" en effet. Tiré contre son parti- LFI-, et contre sa "chose" politique- la Nupes. Avec des dégâts considérables.

Dithyrambe

Car ce tweet, sans un mot "sympathique" envers la victime, , ces "pourris", ces "maudits" qui ont pour objectif perpétuel la destruction de LFI, ce tweet donc sonne et résonne comme une faute politique majeure même si, trois heures plus tard, le "lider maximo" consentait à corriger (un peu): "je ne suis pas indifférent à Céline, une gifle est inacceptable". Trop tard! Dignité-courage- confiance-affection, ça fait beaucoup. Et Mélenchon, interrogé quelques jours plus tard par Léa Salamé, de poursuivre dans la dithyrambe, décrivant "un jeune homme extraordinairement brillant qu’on ne peut lui interdire d’aimer". Les Français ne savaient pas le chef politique à ce point sentimental…

On pouvait donc s’attendre à ce que la première ministre Élisabeth Borne . C’était bien le moins. Quand le député LFI de Marseille Manuel Bompard, un autre proche "lieutenant" de Mélenchon, a lui aussi «dérapé»("la gifle n’est jamais acceptable, mais elle n’est pas égale à un homme qui bat sa femme tous les jours»), Isabelle Rome, ministre en charge de l’égalité femmes-hommes, a eu beau[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi