La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 783,24
    -47,41 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,52
    -35,33 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    30 852,88
    -71,26 (-0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,1915
    -0,0064 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 693,20
    -7,50 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    39 797,99
    -1 991,06 (-4,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    947,24
    +4,06 (+0,43 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,77
    +1,94 (+3,04 %)
     
  • DAX

    13 926,11
    -130,23 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    6 625,73
    -25,15 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    12 534,90
    -188,57 (-1,48 %)
     
  • S&P 500

    3 748,89
    -19,58 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,79 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3807
    -0,0087 (-0,63 %)
     

Violences conjugales : l'opérateur du 3919 vent debout contre sa mise en concurrence

·1 min de lecture

Quel avenir pour le 3919 ? Le numéro dédié aux femmes victimes de violences conjugales, grande cause du quinquennat d'Emmanuel Macron, fait l’objet d’un bras de fer entre le gouvernement et l’association qui gère la ligne d’écoute depuis 1992. Le président de la République souhaite rendre ce numéro accessible 24h/24 et 7j/7, y compris dans les territoires ultra-marins. Pour cela, le gouvernement a lancé mi-décembre un appel d’offres. Problème : la Fédération nationale Solidarité Femmes (FNSF), opérateur historique, n'est pas d'accord avec les conditions imposées par l'Etat. 

Elle a annoncé mercredi qu'elle saisirait la justice pour demander l'annulation de la procédure de mise en concurrence qui doit décider de l'avenir de ce service. "En conséquence", la FNSF a décidé de ne pas être candidat à l'appel d'offres du gouvernement, ajoute la fédération, soutenue par plusieurs organisations féministes et par une pétition ayant recueilli plus de 65.000 signatures.

"Un édifice menacé", selon l'association

Deux philosophies s'opposent. D'abord, celle de l'Etat, qui veut reprendre la main et faire du 3919 un service public, vitrine de la lutte contre les violences conjugales. Le gouvernement a donc fixé des objectifs : 120.000 appels à traiter par an, en 20 minutes en moyenne. Un cahier des charges qui exaspère l'association Solidarité Femmes. "Se baser uniquement sur du quantitatif, ce n'est pas supportable. On n'est pas dans un système de marchandisation, nous travaillons avec des h...


Lire la suite sur Europe1