La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1604
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 768,50
    -29,40 (-1,64 %)
     
  • BTC-EUR

    53 860,23
    +3 929,63 (+7,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,36
    +1,05 (+1,29 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3745
    +0,0068 (+0,50 %)
     

Violences conjugales: La justice expérimente la réalité virtuelle contre la récidive

·2 min de lecture

Le ministère de la Justice lance une expérimentation pour lutter contre la récidive chez les hommes condamnés pour violence conjugale.

La réalité virtuelle, pour "se mettre à la place de la victime": le ministère de la Justice lance une expérimentation pour lutter contre la récidive chez les hommes condamnés pour violence conjugale, a appris l'AFP vendredi auprès de la Chancellerie. Le dispositif, déjà testé en Espagne, prévoit une "immersion totale" grâce à un casque de réalité virtuelle dans l'histoire d'une famille, divisée en sept séquences, sur plusieurs années. Le spectateur se met tour à tour dans la peau de l'homme, de la femme, puis de leur enfant, dans différentes scènes de vie quotidienne.

Le scénario a été élaboré en lien avec des experts spécialisés en violence conjugale pour aborder différentes thématiques: emprise, violence psychologique, violence physique... "C'est une sorte de machine à empathie", qui permet de faire vivre les émotions ressenties par les victimes, et notamment "de faire comprendre la peur" à des hommes qui sont souvent dans le déni, explique Guillaume Clere, fondateur de la star-up Reverto, qui a collaboré avec le ministère pour ce projet. L’expérimentation doit commencer début octobre et durer un an à Lyon, Meaux (avec des personnes condamnées et suivies en milieu ouvert) et Villepinte (avec des détenus). "C'est un outil, un moyen d'ouvrir le dialogue", qui sera utilisé dans le cadre du travail fait avec les services d'insertion pénitentiaire qui suivent ces personnes, précise la Chancellerie.

"On a privilégié les profils qui ont le plus de chance de récidiver"

Les hommes choisis, six à Villepinte, dix à Lyon et douze à Meaux, sont volontaires. "On a privilégié les profils qui ont le plus de chance de récidiver", précise la Chancellerie. Le projet sera évalué de manière indépendante, avant son éventuelle(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles