La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    29 111,75
    +136,49 (+0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Violences conjugales : "Le jour où j’ai reçu ma première claque, j’ai pensé que je l'avais méritée"

franceinfo
·1 min de lecture

C'était son "premier amour", rencontré au lycée. Pendant des années, elle n'a pas mesuré ce qu'elle vivait, ni reconnu l'évidence : Marie Gervais était victime de violences conjugales. Dans son livre "Il me tue cet amour", elle témoigne des huit années de violences qu'elle a subies, de 16 à 24 ans. Son récit rappelle que les violences conjugales peuvent débuter très tôt, lors des premières relations amoureuses. Les 15-25 ans sont d'ailleurs difficiles à identifier par les structures d'aide et beaucoup de jeunes femmes ont du mal à se reconnaître comme des victimes.

Marie Gervais a à peine 16 ans en 1995 lorsqu'elle rencontre Thomas. Ils sont en première quand ils commencent à sortir ensemble. Rapidement, les violences débutent. "Ça commençait toujours par de l'emprise psychologique", se souvient-elle. Marie Gervais ces petites choses "très insidieuses", comme l'écouter aux toilettes, lui faire peur en l'étouffant sous la couette, se moquer de ses lectures, de ses goûts. La jeune femme se met à douter d'elle-même. "Il me répétait tellement que j'étais à la fois la meilleure et en même temps que j'étais tellement nulle pour aimer, que je ne savais pas m'occuper de lui, que je me suis noyée dans ces deux extrêmes".

On est tellement noyée là-dedans qu’on finit par entendre la voix de l’autre et par croire que c’est nous qui avons un problème.

Marie Gervais, victime de violences conjugales

à franceinfo

Lorsque survient (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi