La bourse ferme dans 7 h 13 min
  • CAC 40

    6 243,67
    +9,53 (+0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 002,03
    +8,60 (+0,22 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1990
    +0,0014 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    1 765,00
    -1,80 (-0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    51 462,49
    -1 681,30 (-3,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 373,47
    -7,48 (-0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,43
    -0,03 (-0,05 %)
     
  • DAX

    15 335,68
    +80,35 (+0,53 %)
     
  • FTSE 100

    6 998,07
    +14,57 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    29 007,87
    +214,73 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Violences conjugales : les bracelets anti-rapprochement déployés à Marseille

·1 min de lecture

Afin de protéger les femmes victimes de violences conjugales, les bracelets anti-rapprochement se développent de plus en plus en France. Leur principe, déterminer des zones dans lesquelles l'ex-conjoint ne peut plus se rendre pour empêcher toute rencontre avec les victimes. À Marseille notamment, ce dispositif est en plein déploiement et a déjà changé le quotidien de nombreuses femmes, qui retrouvent enfin le goût d'une vie normale.

"Mon petit ange Gabriel"

C'est le cas d'Anne, qui ne se balade plus sans son boitier GPS glissé dans son sac à main. "Je l'ai appelé mon petit Gabi, pour l'ange Gabriel. Avec ce boitier, je peux envoyer un SOS ou demander un rappel", explique-t-elle. Son ancien compagnon est également équipé d'un GPS similaire, ainsi que d'un bracelet électronique à la cheville. Des appareils qui réagissent graduellement en cas de franchissement de deux périmètres d'alerte. 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"C'est très sécurisant. Ça fait deux semaines que je recommence à faire des nuits complètes et que je réussis à dormir. Je n'ai plus de boule au ventre et je réapprends à vivre normalement", reconnaît Anne. "J'étais suivie, traquée. Mais tout ça, c'est du passé".

Difficile de s'en séparer

Ce dispositif est une alternative à l'emprisonnement et est mis en place pour une durée de six mois, renouvelable plusieurs fois, puisque sa durée maximale est de deux ans.

A LIRE AUSSI >> Violences conjugales : comment fonctionne le bracele...


Lire la suite sur Europe1