Marchés français ouverture 1 h 16 min
  • Dow Jones

    31 802,44
    +306,14 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 609,16
    -310,99 (-2,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 027,94
    +284,69 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,1864
    +0,0011 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 693,42
    +152,59 (+0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    45 683,35
    +2 631,71 (+6,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 090,54
    +66,33 (+6,48 %)
     
  • S&P 500

    3 821,35
    -20,59 (-0,54 %)
     

Violences au Darfour: le bilan continue de s'alourdir

·2 min de lecture

Au Soudan, le bilan continue de s’alourdir après les violences du week-end dernier dans l’ouest du Darfour. Selon le syndicat local des médecins ont atteint désormais 159 morts, 203 blessés et 90 000 déplacés. Les tueries ont commencé après le meurtre d’un membre de tribu arabe par une personne non arabe. S’en est suivie un cycle de représailles sanglantes. Et si les violences se sont calmées, la situation reste précaire.

Avec notre correspondant à Nairobi, Sébastien Németh

Selon plusieurs témoins, des miliciens seraient toujours à l’intérieur du camp de déplacés de Krinding, principal lieu visé par les attaques. Des vidéos ont circulé, montrant des maisons détruites et réduites en cendres. Il y aurait encore des corps à l’intérieur, faisant craindre un bilan plus lourd encore…

Les déplacés résidant au camp ont quant à eux fui dans les environs. Un peu plus de la moitié serait dans la ville d’El Geneina, abrités dans des écoles et bâtiments divers, les autres auraient trouvé refuge dans les villages alentours.

Une quinzaine de blessés ont été transférés à Khartoum qui en retour a dépêché une équipe de spécialistes et de chirurgiens à El Geneina pour soutenir les agents de santé locaux.

Les comités de résistance issue de la révolution eux ont créé une cellule d’urgence pour organiser l’aide aux victimes. Ils ont appelé les organisations humanitaires à intervenir rapidement.

Preuve de la tension qui continue de planer, mardi soir, des hommes armés ont attaqué la résidence sécurisée du gouverneur Mohammed Abdalla Al Douma. Après une heure de fusillade, ils ont pu être repoussés sans qu’il y ait de victime. Mohammed Abdalla Al Douma a dénoncé « un assaut destiné à créer l’instabilité et le chaos ».

Ces violences constituent un test majeur pour la transition qui a poussé pour que la force onusienne au Darfour termine son mandat le 31 décembre. Les Soudanais sont donc désormais seuls pour assurer la sécurité de tous.