Publicité
Marchés français ouverture 6 h 39 min
  • Dow Jones

    38 612,24
    +48,44 (+0,13 %)
     
  • Nasdaq

    15 580,87
    -49,91 (-0,32 %)
     
  • Nikkei 225

    38 840,05
    +577,89 (+1,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,0832
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    16 503,10
    0,00 (0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 638,55
    -594,17 (-1,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    4 981,80
    +6,29 (+0,13 %)
     

Viol collectif : une jeune femme placée en garde à vue pour dénonciation mensongère

Franz P. Sauerteig

C’est un dénouement qui a surpris. Le 9 mai 2023, une jeune femme de 27 ans s’est rendue au commissariat afin de déposer plainte contre trois hommes. Face aux gendarmes, cette dernière avait mentionné un possible viol collectif. Elle avait tout d’abord expliqué qu’elle venait d'assister à un concert de jazz dans le XVIIIe arrondissement parisien. Une fois sortie des transports en commun aux alentours de 00h30, la jeune femme avait indiqué s’être réveillée torse nu, robe descendue jusqu’aux hanches, sans sous-vêtements. Mardi 16 mai 2023, le Parisien a indiqué que la principale concernée avait été placée en garde à vue pour dénonciation calomnieuse. La jeune femme aurait reconnu avoir menti sur le déroulé de cette soirée. Le journal déclare que ce sont des "incohérences dans les recherches sur son téléphone et le visionnage des images de vidéoprotection" qui ont alerté les policiers puisque cette affaire était prise très au sérieux. "Devant ces incohérences, la victime supposée a d’abord changé une partie de ses explications", peut-on lire. Il est précisé que c’est "face à toutes ces contradictions" que celle-ci a "reconnu avoir tout inventé".

Lorsque la jeune femme de 27 ans s’est présentée au commissariat, cette dernière avait fait part d’un témoignage très bouleversant. Selon ses propos, c’est à la sortie du métro, en arrivant à Vincennes, qu’elle aurait été agressée par trois hommes. Elle avait expliqué avoir senti qu’un d’entre eux lui aurait "mis un objet dans le dos, qui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite