La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 965,88
    -57,92 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 136,91
    -48,06 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 725,47
    +564,69 (+1,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1152
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 792,30
    -2,70 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    33 879,99
    +768,50 (+2,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    863,83
    +21,37 (+2,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,29
    +0,68 (+0,79 %)
     
  • DAX

    15 318,95
    -205,32 (-1,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 466,07
    -88,24 (-1,17 %)
     
  • Nasdaq

    13 770,57
    +417,79 (+3,13 %)
     
  • S&P 500

    4 431,85
    +105,34 (+2,43 %)
     
  • Nikkei 225

    26 717,34
    +547,04 (+2,09 %)
     
  • HANG SENG

    23 550,08
    -256,92 (-1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3401
    +0,0019 (+0,14 %)
     

Vingt ans après, Renault évoque les “défaillances” de sa Laguna

·2 min de lecture

La Laguna II est à Renault ce que 737 Max est à Boeing : une suite d’erreurs de conception menant à un désastre médiatique. La firme au Losange fait amende honorable à l’occasion du vingtième anniversaire de la naissance de la carte mains libres, source de déboires mémorables.

Remontez le temps jusqu’à l’orée des années 2000. Souvenez-vous. En ce temps-là, hurler dans un téléphone portable vous valait des regards envieux, plutôt que les reproches de vos compagnons de voyage. A l’époque, les automobiles étaient loin d’être toutes équipées du verrouillage à distance des portières. Le dragueur des terrasses feignait donc l’oubli : il attendait d’avoir traversé la rue pour se retourner et actionner sa télécommande d’un geste théâtral. Un art de la mise en scène aujourd’hui disparu.

Songez alors combien fut grand l’émoi, au printemps de l’an 2000, lorsque Renault annonça que sa prochaine berline Laguna serait la seconde voiture européenne — après la prestigieuse Mercedes Classe S — à proposer l’accès sans clé et le verrouillage sans télécommande. On croyait rêver : le futur était enfin à portée de main de Monsieur Tout-le-Monde.

En 2021, la carte mains libres équipe 2 Renault sur 3. Vingt ans plus tôt, le succès n’était pas assuré

Hélas ! Mille fois hélas, la fameuse “carte mains libres Renault” fut source de bien des déconvenues, pour les premiers propriétaires de Laguna II. Cette rivale des Citroën Xantia, Peugeot 406 et 407, Ford Mondeo, Opel Vectra et autres Audi A4 et BMW Série 3 fut victime de nombreux déboires mécaniques et électroniques. Aucun cependant n’aura marqué aussi durablement les esprits que le flop du plip du second millénaire.

Dans les années 1980, Renault avait rapporté du Japon et popularisé le “plip”, sa fameuse télécommande à infrarouge pour verrouiller les portières à distance. Le constructeur se sentait donc quelque légitimité à porter le concept au degré supérieur, en s’appropriant un système d’accès mains libres vu chez Mercedes, en 1999. Intriguant et spectaculaire, ce gadget interpellerait à coup sûr la populace, qui se précipiterait en concession pour découvrir la nouvelle Laguna — une berline qui désespérait de trouver le moyen de faire parler d’elle.

Souhaitée pour faire vendre, l’électronique a fini par fai[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles