Vinci: lanterne rouge du CAC sur ses perspectives 2013.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
SQU.BE54,010,00
BELI.PA29,400,30
GLE.PA43,810,22
VCISF74,500,00
^FCHI4 473,86-10,35

(CercleFinance.com) - L'action Vinci (Other OTC: VCISF - actualité) réagissait très négativement aux comptes 2012 publiés hier soir, et suivis de réunions ce matin. Mercredi midi, l'action Vinci reculait de 3,2% à 35,4 euros, soit la plus forte baisse des composants de l'indice CAC 40 (Paris: ^FCHI - actualité) à cette heure. Si les chiffres publiés ressortent en ligne, sinon un peu au-dessus des attentes, les perspectives fournies se caractérisent par une grande prudence : elles ne concernent cette année que le chiffre d'affaires, pas les résultats, et rien n'a filtré concernant la dernière grande acquisition, ANA.

L'an dernier, le groupe de BTP et de concessions a donc enregistré un CA de 38,6 milliards d'euros (+ 4,5%), mais son résultat opérationnel s'est tassé (- 1,4%), d'où une marge correspondante en légère baisse de 9,7 à 9,5%. A 1.917 millions d'euros, le résultat net part du groupe ressort pratiquement stable (+ 0,7%), bien qu'il progresse un peu plus vite en données par action (3,54 euros par titre, + 1,6%). Ces résultats apparaissent légèrement supérieurs aux attentes moyennes du consensus.

En revanche, et comme c'est de coutume chez Vinci, les éléments prospectifs fournis se caractérisent par une grande prudence dictée notamment par le contexte macroéconomique. Ainsi le dividende, souvent utilisé par les boursiers comme indicateur de la manière dont le management perçoit l'avenir, restera inchangé au titre de 2012 à son niveau record de l'exercice 2011, soit 1,77 euro. Comme prévu. Notons qu'un acompte inchangé de 0,55 euro a déjà été payé en novembre dernier.

Toujours du côté prospectif, le montant du côté du carnet de commandes, à 31,3 milliards d'euros au 31 décembre 2012, a augmenté de 2,3% sur un an. Mais en valeur absolue, il reste inférieur au record absolu atteint au 1er semestre 2012, soit 33,2 milliards d'euros, ainsi qu'aux 32,8 milliards indiqués au 3ème trimestre.

Enfin, les prévisions ('guidances') formulées par Vinci sont résolument réservées : ?en 2013, l'environnement économique devrait rester difficile, notamment en Europe?. Et Vinci d'ajouter que ?les perspectives d'évolution du trafic des concessions de Vinci Autoroutes (...) sont incertaines à ce stade et pourraient conduire à une nouvelle baisse du trafic de l'ordre de celle enregistrée en 2012?, soit - 1,7% à réseau stable. Précision importante car la branche Autouroutes, si elle ne concentrait que 11,5% des ventes 2012, contribuait à elle seule à 55% du ?résultat opérationnel sur activité? du groupe.

Vinci est également prudent quant au ?Contracting?, la branche BTP dominante en CA : ?un ralentissement des prises de commandes ne peut être exclu, sous l'effet de la politique de sélectivité du groupe privilégiant les marges sur les volumes?, pronostique le groupe.

Bref, cette année, le groupe s'attend à une ?stabilisation? de ses ventes (hors acquisitions, dont ANA), sans fournir d'indications quant à ses résultats, ce qui était le cas l'an dernier.

Passons maintenant en revue le jugement de quatre grands bureaux d'études sur cette publication. Concernant 2012, l'opinion est presque unanime : 'une solide performance 2012 témoignant de la bonne résistance du groupe', estime Société Générale (Paris: FR0000130809 - actualité) (SG), puisque la croissance des ventes dépasse légèrement les prévisions-maison (+4%), et que le bénéfice net excède de quelques millions les prévisions du consensus, le repli des marges étant attendu.

Tout en notant la 'prudence' des prévisions du groupe, les analystes de SG notent : 'nous n'anticipons pas de forte révisions du consensus pour 2013'. 'L'intérêt des investisseurs devrait, à notre avis, être concentré sur le potentiel de croissance de ANA (aéroports portugais) et les acquisitions potentielles à venir', estimait SG ce matin avant la réunion d'analystes. Ils restent à l'achat sur le titre, leur valeur préférée dans le secteur, et visent toujours une cible de 47 euros.

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) ton est plus prudent chez CM-CIC : reconnaissant des 'résultats 2012 en ligne et de qualité', les analystes soulignent la résistance du résultat d'exploitation (REX) de Vinci Autoroutes, malgré la baisse du trafic, ainsi que celle du REX du Contracting, qui a 'mieux résisté qu'attendu'.

Mais attention, '2013 reste à confirmer', selon CM-CIC : 'formellement Vinci n'a pas communiqué de 'guidance' sur les bénéfices 2013, même si le niveau actuel de 1.900 millions d'euros est difficile à dépasser en cette période de forte contrainte', écrivent les spécialistes. Mais 'nous conservons l'intime conviction que si baisse des résultats il devait y avoir, elle devrait être limitée'. Le conseil d'achat de CM-CIC et la cible de 44 euros sont donc maintenus.

Chez Aurel BGC, avant la réunion de ce matin, on parlait aussi de 'résultats 2012 satisfaisants' en mettant en avant la résistance des marges, même si le carnet de commandes se tasse. Les prudentes perspectives 2013 sont également soulignées et qualifiées de 'scénario prudent et plausible, Vinci ayant pour politique de privilégier les marges aux volumes, avec des résultats plutôt bons jusqu'à présent'. Ils restent à 'conserver' sur le titre et visent 37 euros.

Enfin, leurs confrères de Bryan Garnier soulignent que le groupe attend un CA stable en 2013 (hors acquisitions) 'dans un contexte difficile'. Ils s'étonnent que l'acquisition d'ANA, une opération toute récente de taille importante (prix payé : 3 milliards d'euros, pour un peu plus de 600 millions de CA 2012 et 270 millions d'excédent brut d'exploitation), n'ait fait l'objet d'aucun commentaire. Mais l'accord ne semble pas encore signé.

Bryan Garnier souligne aussi l'absence d'indication pour les marges, et le fait que 'le carnet de commandes du groupe a reculé de 5% depuis le 30 septembre, ce qui pourrait susciter les inquiétudes des investisseurs'. Mais ils l'attribuent à la sélectivité dont la direction sait faire preuve. Bref, le bureau d'études reste à l'achat sur la valeur, leur valeur d'équilibre se situant à 45 euros.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.