Vinci : campe sur ses positions

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA28,96-1,13
VCISF74,50+2,60

Encore peu de réaction sur le dossier Vinci (Other OTC: VCISF - actualité) , stable à 35,70 euros dans un marché déserté ce lundi en Bourse de Paris. Rappelons que le groupe donné favori pour la privatisation des aéroports portugais ANA a emporté la mise avec une proposition de 3,08 milliards d'euros, pour une concession de 50 ans.

La signature du contrat de cession est prévue dans le courant du mois de janvier 2013 et l'opération sera soumise à l'approbation des autorités de la concurrence concernées... CM-CIC a réitéré son avis à l'achat sur le dossier en soulignant la "légitimité acquise sur l'aéroportuaire". Le (Paris: FR0000072399 - actualité) broker vise un cours de 42 euros sur Vinci.

ANA gère les 10 aéroports du Portugal sur le continent (Lisbonne, Porto, Faro, Beja), aux Açores (Ponta Delgada, Horta, Flores et Sainta Maria) et à Madère (Funchal et Porto Santo). ANA constitue un ensemble de plateformes aéroportuaires avec plus de 30 millions de passagers, en majorité internationaux, accueillis en 2012, et une croissance du trafic supérieure à 4% en moyenne au cours des 10 dernières années. Vinci explique que le "hub" de Lisbonne constitue un atout majeur grâce à sa position stratégique sur des destinations à forte croissance (Brésil, Afrique lusophone - Angola et Mozambique). Les activités d'ANA recouvrent la gestion des plateformes aéroportuaires et de leurs espaces commerciaux, ainsi que des services d'assistance au sol.

"Avec l'acquisition d'ANA, Vinci Airports, filiale de Vinci Concessions, deviendrait un acteur international de premier plan des concessions aéroportuaires, avec 23 aéroports gérés au Portugal, en France et au Cambodge, accueillant plus de 40 millions de passagers par an - dont un 'hub' de plus de 15 millions de passagers - et un chiffre d'affaires global de plus de 600 millions d'euros pour un EBITDA de 270 millions d'euros environ", explique Vinci.

Du coté des analystes, certains soulignent malgré tout le "prix fort" payé par Vinci pour s'offrir cet actif... En terme de valeur d'entreprise rapportée à l'EBITDA, Vinci a ainsi payé ANA sur la base d'un multiple quasiment deux fois supérieurs à celui des Aéroports de Paris. L'intérêt stratégique de l'opération est toutefois unanimement salué par les brokers.