La bourse est fermée

Vin de Bordeaux : la crise s’aggrave fortement, manque de main d'oeuvre en vue

Déjà malmenés par le Brexit et les aléas de la politique de Donald Trump, les vins de Bordeaux devraient considérablement souffrir des conséquences de la pandémie de coronavirus. Alors que les ventes en France chutaient déjà et que les exportations plongeaient, la fermeture des restaurants et le confinement des consommateurs accentue la crise du monde viticole bordelais, tandis que se profile un manque de main d'oeuvre pour les travaux de printemps. Pour la filière, qui regroupe en Gironde quelque 6.000 exploitations, "à ce jour, la crainte est plus économique et financière que technique", constate Laurent Vaché, directeur de la Cave des vignerons d'Uni-Médoc regroupant 140 viticulteurs et 25 salariés, dont une partie placée au chômage technique.

Il rappelle les difficultés qui s'amoncellent sur la région depuis 2017 : "Les conditions climatiques très délicates de ces dernières années", avec le gel, la grêle puis le mildiou, "la baisse des ventes" aux Etat-Unis avec la guerre tarifaire lancée par Donald Trump et en Chine, où les vins australiens et chiliens se taillent des parts de marché, "la baisse de la consommation en France", où le Bordeaux doit renouveler son image, "et les mauvais résultats des foires aux vins notamment".

>> A lire aussi - Bordeaux : la chute des prix des vins se poursuit

A cela s'ajoute, depuis le 14 mars, la fermeture des bars et restaurants en France, mais aussi dans d'autres pays, un débouché important. "On n'avait aucun voyant au vert en termes de commerce. Ca va peut-être faire beaucoup s'il est arrêté pendant trois mois", souligne-t-il tout en voulant relativiser face à "la crise sanitaire à régler". "La crise économique, elle était déjà là avant et pour ceux qui seront encore là après, prédit le vice-président des Crus bourgeois du Médoc, un classement de près de 250 vins. Ils la retrouveront et ça va être encore plus difficile". Dans l'immédiat, des vignerons du Bordelais terminent la taille des vignes, en tentant de respecter les consignes

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pouvez-vous suspendre votre assurance auto ? Airbnb vous dédommage si vous hébergez du personnel soignant… Le flash éco du jour
PMU : l'arrêt de l'activité met 1.250 salariés au chômage partiel
En Pologne, les contaminés doivent envoyer un selfie pour prouver qu’ils sont chez eux
SFR place 40% de ses troupes au chômage partiel
Le préfet de l'Aisne interdit la vente d'alcool... puis y renonce dans la journée