La bourse ferme dans 6 h 37 min
  • CAC 40

    6 736,43
    -2,12 (-0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 975,17
    +10,45 (+0,26 %)
     
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0441
    +0,0033 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    1 790,20
    +30,30 (+1,72 %)
     
  • BTC-EUR

    16 393,22
    +110,09 (+0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    405,19
    +4,50 (+1,12 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,65
    +0,10 (+0,12 %)
     
  • DAX

    14 439,35
    +42,31 (+0,29 %)
     
  • FTSE 100

    7 575,40
    +2,35 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 226,08
    +257,09 (+0,92 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2146
    +0,0084 (+0,70 %)
     

La Ville de Paris vise 40% de "logement public" pour 2035

La Ville de Paris se fixe un objectif de 40% de "logement public", comprenant 30% de logement social et 10% de logement intermédiaire, à l'horizon 2035, grâce à la révision du Plan local d'urbanisme (PLU) et la création d'une foncière.

L'objectif de 25% de logements sociaux dans la capitale, fixé par l'ancien maire socialiste Bertrand Delanoë au début des années 2000, est "dès aujourd'hui quasi atteint", s'est félicité l'adjoint PCF au logement Ian Brossat dans un entretien accordé à l'AFP.

Début 2021, la capitale comptait déjà en effet 24,8% de logements sociaux financés et "on atteindra les 25% livrés en 2025", précise-t-il.

"Il reste des besoins non satisfaits", reconnaît cependant l'élu communiste, malgré cet effort sur le parc social, et malgré l'arrêté en attente de publication qui doit donner à la Ville la compétence pour sanctionner les propriétaires qui ne respectent pas l'encadrement des loyers, soit 31% des cas du parc privé selon la Fondation Abbé-Pierre.

La capitale - où le prix moyen du m2 à l'achat avoisine les 10.000 euros, et où un 50 m2 coûte à la location 1.200 euros par mois en moyenne, selon l'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap) - perd près de 10.000 habitants par an depuis une décennie, selon l'Insee.

Afin d'enrayer cette tendance, Ian Brossat compte donc, outre porter à 30% le total de logements sociaux à l'horizon 2030, développer à hauteur de 10% le logement "abordable, c'est-à-dire 20% en-deçà du prix du marché, pour les classes moyennes".

Il compte ainsi sur la révision en cours du plan local d'urbanisme (PLU) pour y insérer une obligation à intégrer une part de logement dans toute nouvelle construction, y compris les bureaux.

"Le seuil n'est pas encore fixé, ce ne sera pas forcément 30% sur les bureaux" comme sur les logements neufs, une obligation en vigueur depuis 2015, souligne Ian Brossat. Mais "tout mètre carré construit à Paris doit nous permettre de faire du logement supplémentaire", insiste-t-il.

L'adjoint d'Anne Hidalgo entend aussi lancer une "foncière du logement social et abordable, spécifiquement dédiée à la transformation d'immeubles", dont le rôle sera de "racheter des immeubles de bureaux, garages aériens, hôtels pour les convertir en immeubles de logement locatif, soit sociaux soit abordables".

L'élu communiste entend que cette foncière, pour lequel il n'a pas de budget à ce stade, soit "sur pied dès 2023".

Pour l'opposant LR Jean-Baptiste Olivier, ces propositions ne contiennent "rien de nouveau: c'est ce qu'il passe depuis des années et ce qu'on qualifie, nous, de bétonnisation" de la capitale.

"On ne fait plus que du logement au détriment de tout autre activité", déplore cet élu du groupe de Rachida Dati pour qui la création d'une "foncière de plus" va permettre à la majorité de gauche de "maquiller un peu les futures préemptions".

Créée en 2019, la Foncière de la Ville de Paris vise à faciliter l'accession à la propriété des classes moyennes via le bail réel solidaire (BRS), où le foncier reste propriété de la foncière.

pyv/lbx/swi