Publicité
La bourse ferme dans 2 h 47 min
  • CAC 40

    7 635,70
    +64,89 (+0,86 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 914,21
    +22,75 (+0,47 %)
     
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,0934
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    2 470,70
    +10,80 (+0,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 410,72
    +163,41 (+0,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 345,55
    +16,05 (+1,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,79
    -0,06 (-0,07 %)
     
  • DAX

    18 490,30
    +53,00 (+0,29 %)
     
  • FTSE 100

    8 248,34
    +60,88 (+0,74 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     
  • Nikkei 225

    40 126,35
    -971,34 (-2,36 %)
     
  • HANG SENG

    17 778,41
    +39,00 (+0,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2984
    -0,0025 (-0,19 %)
     

Dans cette ville, les parents payent une amende si leurs enfants ne se présentent pas à la cantine

LIGHTFIELD STUDIOS/Adobe Stock

Face au gâchis alimentaire, la municipalité d’Orléans, dans le Loiret, a décidé de durcir le ton vis-à-vis des élèves qui font la cantine buissonnière. Une amende de 5 euros sera désormais infligée aux parents dont les chérubins ont raté la pause méridienne dans les restaurants scolaires de toutes les écoles publiques de la ville, rapportait France Bleu lundi 4 septembre. La règle est d’ores et déjà appliquée, depuis le premier jour de la rentrée 2023.

Une absence injustifiée à la cantine équivaut désormais à 5 euros d’amende, mais ce n’est pas tout : le délai de prévenance passe quant à lui de deux à cinq jours. Cela “correspond aux délais de commande de notre prestataire”, précise Régine Bréant, adjointe chargée de l’Éducation de la ville. “Nous perdons 50.000 repas chaque année dans les différentes écoles d’Orléans”, justifie-t-elle auprès de nos confrères. Cela revient à 200 repas jetés quotidiennement. “Et nous ne pouvons pas les redistribuer à cause de la chaîne de froid et de la logistique trop importante que cela nécessiterait”, ajoute l’élue. Pour la municipalité, il s’agit donc d’une mesure anti-gaspi “et de respect, aussi”.

Le but étant de pouvoir prévoir à l’avance l’effectif nécessaire à la préparation des repas et à leur encadrement en fonction du nombre d’enfants inscrits. “Ce n’est pas une punition, mais nous avons besoin de nous ajuster”, estime Régine Bréant, qui admet que la mesure est un peu rude. D’autant qu’elle est aussi valable pour les temps périscolaires (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite