Marchés français ouverture 2 h 33 min
  • Dow Jones

    34 160,78
    -7,31 (-0,02 %)
     
  • Nasdaq

    13 352,78
    -189,34 (-1,40 %)
     
  • Nikkei 225

    26 709,49
    +539,19 (+2,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,1158
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    23 585,16
    -221,84 (-0,93 %)
     
  • BTC-EUR

    33 329,98
    +790,42 (+2,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    842,61
    +23,11 (+2,82 %)
     
  • S&P 500

    4 326,51
    -23,42 (-0,54 %)
     

Vignettes Crit’Air: pourquoi le PV n’est pas encore automatique

·2 min de lecture

EXCLUSIF. C’est officiel, la vidéoverbalisation automatique des Franciliens qui conduisent des voitures classées Crit’Air 4 ou 5 n'arrivera qu'en 2023. Restait à connaître la raison de ce sursis : cafouillage administratif, défaillance technique ou bien obstacle d’ordre juridique ?

La nouvelle est tombée l’avant-veille de Noël. Mais les rares titres de presse à l’avoir reprise ne se sont pas donnés la peine de tenter de comprendre les raisons qui motivaient la décision de la Métropole du Grand Paris de repousser d’un an la mise en œuvre du “contrôle sanction automatisé”, dans sa zone à faibles émissions mobilités (ZFE-m).

Quelque 244.000 propriétaires de voitures et camionnettes classés Crit’Air 4 (ou plus ancien) sont pourtant menacés d’une amende depuis le 1er juin 2021, s’ils pénètrent sur le territoire des 79 communes de la Métropole du Grand Paris, qui composent la plus grande ZFE-m de France. Le procès-verbal dressé par un agent des forces de l’ordre présent sur les lieux de l’infraction est toujours possible, mais la probabilité de se faire contrôler en direct est faible. La vidéoverbalisation est nettement plus fréquente, mais elle est très chronophage pour les agents plantés devant leurs écrans.

Objectif de l'automatisation, décharger les agents de la tâche de verbaliser à distance

Voilà pourquoi, dès le début du projet, les promoteurs de la ZFE-m de la Métropole du Grand Paris espéraient pouvoir s’en remettre rapidement à des contrôles intégralement automatisés, qui donnent lieu à des sanctions quasi systématiques. Leur pouvoir dissuasif est jugé donc nettement supérieur.

“A la différence de la vidéoverbalisation qui suppose l’intervention d’un agent assermenté qui surveille un écran, et qui zoome sur l’image pour relever le numéro d’immatriculation du véhicule, le contrôle sanction entièrement automatisé ne requiert aucune intervention humaine”, détaille Bruno Levilly, Responsable du secteur d’activité ITS, trafics et régulation au Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement).

Avec tout de même cette nuance : “Au sein de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI), un agent assermenté est chargé de vérifier l’absence d’erreur dans le message d’infr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

ZFE: pourquoi les restrictions de circulation en ville sont une situation potentiellement explosiveZFE, vignettes Crit'Air: Les diesels modernes ne doivent pas être discriminés, selon l'Institut MontaigneZFE : pas de report de l’interdiction des voitures Crit’Air 3Pourquoi le diesel est banni des auto-écolesLoi climat : vers un “passeport vaccinal” pour nos autos dans les ZFE

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles