Marchés français ouverture 6 h 50 min
  • Dow Jones

    34 258,32
    +338,48 (+1,00 %)
     
  • Nasdaq

    14 896,85
    +150,45 (+1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,1692
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    37 253,46
    +2 049,88 (+5,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 095,09
    +54,61 (+5,25 %)
     
  • S&P 500

    4 395,64
    +41,45 (+0,95 %)
     

Vignes brûlées, troncs calcinés: scènes de désolation après l'incendie du Var

·2 min de lecture

L'incendie qui fait rage depuis lundi 16 août dans le massif des Maures, au-dessus du Golfe de Saint-Tropez (Var), a laissé derrière lui un paysage de désolation, poussant de nombreux touristes à fuir.

Vignes brûlées, chênes verts partiellement calcinés, poteaux électriques à terre: dans le massif des Maures, au-dessus du Golfe de Saint-Tropez (Var), a laissé derrière lui un paysage de désolation, poussant de nombreux touristes à fuir leurs campings. Au coeur de la Réserve naturelle nationale de la Plaine des Maures, là où l'incendie a débuté lundi vers 17H45, sur la commune de Gonfaron, des pompiers hagards tentent de récupérer après une nuit passée à lutter contre les flammes, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Si des fumeroles et une odeur âcre s'échappent de nombreuses parcelles de vigne dévorées par le feu, d'autres sont restées intactes: "C'est sans doute à cause de la vitesse du feu", explique à l'AFP Hubert Falco, maire de Toulon et président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée. Un peu plus loin, des chênes-liège, végétation typique de cette région, exhibent leurs troncs brûlés, mais leurs branches semblent avoir été préservées. Le long d'une des routes départementales qui traverse le massif des Maures, des lignes électriques sont au sol, les poteaux calcinés.

"La vitesse de propagation de ce feu, c'est du jamais vu": Mardi matin, le maire de La-Garde-Freinet, était encore sous le choc après que l'incendie a frôlé dans la nuit son village de quelques 2.000 habitants niché dans la forêt. "Nous n'avions jamais vu une telle vitesse, elle était trois à quatre fois supérieure à d'habitude", explique Thomas Dombry. La Garde-Freinet avait déjà été durement frappé par les flammes à l'été 2003, lors d'un sinistre qui avait provoqué la mort de trois pompiers.

Selon la commandante Delphine Vienco, des pompiers du Var, les flammes progressaient effectivement à 4 km/h dans la nuit, contre 1 km/h d'habitude, en raison d'un fort vent.

"Papiers, doudous, coussins"

"Ce matin, mardi 17 août, le vent est bien tombé, cela n'a rien à voir avec hier soir", souffle M. Dombry, toujours auprès de l'AFP, après avoir passé la nuit éveillé auprès de ses concitoyens,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles