Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 224,87
    +821,02 (+1,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 438,32
    -29,78 (-2,03 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Vigilance orange à la canicule : sur quels critères Météo France délenche les alertes en cas de fortes chaleurs

Météo France a déclecnhé une vigilance orange canicule pour la première fois en septembre.
NurPhoto / NurPhoto via Getty Images

MÉTÉO - Cela n’était jamais arrivé en 19 ans. Météo France a déclenché ce jeudi 7 septembre une vigilance orange à la canicule qui prendra effet vendredi 8 à la mi-journée pour une quinzaine de départements, dont ceux de l’Île-de-France. C’est la première fois depuis la création de ces vigilances en 2004 qu’un tel niveau est atteint en dehors des mois de juin, juillet et août.

Cela faisait plusieurs jours que la moitié du pays était en vigilance jaune en raison d’un épisode de chaleur intense qui fait monter le thermomètre bien au-delà des 30 degrés, faisant tomber au passage des records à travers le pays. « Les fortes chaleurs persistent en journée depuis le début de la semaine et les températures nocturnes augmentent au cours des prochains jours », pointe désormais Météo France.

Alors qu’est-ce qui fait basculer un département de jaune au orange ? Pourquoi 35 degrés en septembre ne suffisent pas toujours à déclencher l’alerte orange ? Avec qui les météorologues travaillent-ils pour définir les seuils d’alerte ? Les précisions de Météo France.

La santé avant tout

Depuis la canicule de 2003 qui a fait 15 000 morts dans l’Hexagone, Météo France note la dangerosité des vagues de chaleur par quatre couleurs (vert, jaune, orange, rouge) et travaille conjointement avec les autorités de santé pour prévenir les hôpitaux, et donner des conseils aux populations.

PUBLICITÉ

Parce qu’une vigilance canicule est surtout une affaire de santé publique, les météorologues confrontent ainsi leurs prévisions avec les seuils établis - les « indices biométéorologiques » - par Santé publique France. Ce sont donc les conséquences sanitaires des épisodes chaleurs, « fondés sur des études épidémiologiques des événements passés », qui déterminent avant tout le niveau de vigilance canicule.

Le vert correspond à une absence de danger sanitaire pour les populations. Le jaune à un pic de chaleur à risque pour « les populations fragiles ou surexposées (conditions de travail ou activité physique) ». Ou alors, à un épisode de chaleur remarquable sur plusieurs jours, comme c’est le cas actuellement en France.

Ensuite, le niveau orange correspond à une canicule (trois nuits et trois jours consécutifs d’une chaleur intense). Le risque sanitaire pour les populations est élevé. Quant au rouge, c’est une canicule extrême, exceptionnelle par sa durée, qui peut être dangereuse même pour les personnes en bonne santé.

Pas la même vigilance selon les départements

Le seuil de déclenchement de l’alerte orange canicule varie par ailleurs d’un département à l’autre. Dans le Rhône, Météo France estime que la canicule sera avérée lorsque des températures atteignent 35 °C le jour et 20 °C trois jours durant. Dans le Nord en revanche, la canicule est décrétée quand les températures franchissent 33 °C le jour et 18 °C la nuit pendant trois jours. Dans les Côtes-d’Armor, c’est 31 °C le jour, 18 °C la nuit.

Quant au passage de l’orange ou rouge, il dépend surtout de facteurs extérieurs qui rendent la canicule extrême et dangereuse pour la population, comme la sécheresse, le départ de feux, l’approvisionnement en eau potable, ou encore la fréquentation des structures de santé. Les températures sont donc loin d’être le seul indicateur pour émettre une vigilance.

À voir également sur Le HuffPost :

L’été 2023 a été « de loin » le plus chaud jamais enregistré, selon l’observatoire Copernicus

Canicule : Le « blocage en oméga » provoque chaleur suffocante en France et les pluies torrentielles en Espagne