La bourse ferme dans 43 min
  • CAC 40

    5 571,91
    +0,62 (+0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 518,15
    +6,25 (+0,18 %)
     
  • Dow Jones

    29 872,47
    -173,77 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1908
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • Gold future

    1 813,80
    +2,60 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    14 404,97
    -682,59 (-4,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    335,00
    -35,52 (-9,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,14
    -0,57 (-1,25 %)
     
  • DAX

    13 311,03
    +21,23 (+0,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 358,61
    -32,48 (-0,51 %)
     
  • Nasdaq

    12 094,40
    +57,62 (+0,48 %)
     
  • S&P 500

    3 629,65
    -5,76 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 537,31
    +240,45 (+0,91 %)
     
  • HANG SENG

    26 819,45
    +149,70 (+0,56 %)
     
  • GBP/USD

    1,3334
    -0,0049 (-0,36 %)
     

VIDÉO - « Non, je vous en supplie » : Maïwenn esquive une question dans C à vous

·1 min de lecture

Ses propos cashs sur le féminisme, Maïwenn ne veut plus en entendre parler. Et Anne-Elisabeth Lemoine, qui a non seulement mal prononcé son prénom mais aussi mené son chroniqueur Antoine Genton à en dévoiler trop sur le dernier long-métrage de son interlocutrice, l'a appris à ses dépends. Invitée sur le plateau de C à Vous ce mardi 27 octobre afin de présenter son film ADN, en salles ce mercredi 28 octobre, la réalisatrice et comédienne a fait savoir qu'elle ne répondrait à aucune question au sujet de ses récentes déclarations au magazine Paris Match. "Le féminisme", a annoncé la présentatrice phare de France 5. "Non, je vous en supplie", lui a alors répondu la cinéaste, visiblement exaspérée.

Face à ce refus catégorique, Anne-Elisabeth Lemoine n'a pu que se résoudre à éviter ce sujet épineux. "On m'a dit : 'on peut y aller' (...) alors on n'y va pas." L'animatrice souhaitait évoquer la prise de position anti-féministe, assumée et martelée de Maïwenn. Dans le dernier numéro du magazine Paris Match, paru en kiosque ce jeudi 22 octobre, elle proférait des propos violents à l'encontre des militantes féministes, "des femmes qui n'aiment pas les hommes." Dans son viseur également : Adèle Haenel qui, révoltée par la triple victoire de Roman Polanski, réalisateur accusé de viol par douze femmes, à la 45ème édition des César, avait quitté la Salle Pleyel, suivie d'autres personnalités du septième art, toutes aussi indignées.

La vague #MeToo n'a rien changé à ses opinions. En août 2017, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le saviez-vous ? Jean-Marie Périer est le beau-frère de Michel Sardou
VIDÉO - « Vous avez spoilé » : Maiwenn dispute l’équipe d’Anne-Elisabeth Lemoine
Marina Carrère d’Encausse en remet une couche sur Didier Raoult
Le prince Harry encouragé à boire “en grande quantité” par William dès l’adolescence
Donald Trump goujat : il a demandé le divorce “par une simple lettre”