La bourse ferme dans 8 h 21 min
  • CAC 40

    6 622,59
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 169,87
    +23,93 (+0,58 %)
     
  • Dow Jones

    34 751,32
    -63,07 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,1783
    +0,0011 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    1 763,70
    +7,00 (+0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    40 835,82
    -579,56 (-1,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 230,54
    -2,75 (-0,22 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,36
    -0,25 (-0,34 %)
     
  • DAX

    15 651,75
    0,00 (0,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,48
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    15 181,92
    +20,39 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 473,75
    -6,95 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 799,07
    +131,22 (+0,53 %)
     
  • GBP/USD

    1,3797
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Vidéo. Un clip controversé fait parler en deepfake des victimes de l’explosion de Beyrouth

·1 min de lecture

À une semaine de l’anniversaire des explosions de Beyrouth, la chaîne MTV Liban a diffusé une campagne vidéo utilisant l’image de disparus pour adresser un message au système judiciaire libanais. Ces deepfakes posthumes sont loin de faire l’unanimité.

“Je suis le martyr de Beyrouth Ralph Mallahi. Je suis le martyr de Beyrouth Amin Al-Zahed.” À quelques jours du premier anniversaire des explosions meurtrières survenues dans la capitale libanaise, une campagne vidéo diffusée à l’antenne au Liban par la chaîne MTV suscite la controverse. Titrée “Lettre au système judiciaire”, elle comporte “des vidéos en deepfake”, utilisant l’intelligence artificielle pour faire parler des victimes des explosions du 4 août 2020, “qui s’adressent directement à la caméra tandis que des photos et des vidéos de la déflagration défilent pour contextualiser”, décrit Arab News. Le quotidien saoudien en publie ci-dessous une version sous-titrée en anglais :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

“Notre message est adressé au système judiciaire libanais, fait dire la vidéo à ces voix d’outre-tombe. Et plus particulièrement au juge [Tarek] Bitar.” Ce dernier a récemment relancé les poursuites contre les responsables politiques libanais, annonçant début juillet son intention d’interroger le Premier ministre démissionnaire Hassane Diab, déjà inculpé, ainsi que quatre anciens ministres et des responsables de la sécurité.

“Nos âmes flottent au-dessus du port de Beyrouth”

“Votre Honneur, invective le clip, nos corps ont été délivrés mais nos âmes sont toujours en souffrance. C’est pourquoi nous avons eu

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles