La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0563
    -0,0025 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    1 843,90
    +2,70 (+0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    27 736,04
    -900,49 (-3,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    653,05
    -20,33 (-3,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    112,70
    +0,49 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0021 (+0,17 %)
     

Victimes d’une attaque informatique, des cabinets dentaires ont dû payer une rançon

·1 min de lecture

C'est le cauchemar des entreprises, de municipalités ou de services administratifs depuis des mois : être victime d'une cyberattaque et voir son activité réduite au néant. La dernière victime en date, ou plutôt les dernières sont des cabinets médicaux de Gironde, explique France 3 Nouvelle Aquitaine. Au moins une dizaine de cabinets ont été victimes de pirates du Web peu scrupuleux en novembre dernier. Une période de chaos et de stress, comme l'évoquent deux orthodontistes d'un cabinet de Pessac (Gironde) auprès de nos confrères. "On n'avait plus aucune trace non seulement des rendez-vous, mais aussi des règlements, des remboursements, de l'historique des patients, leurs radios, etc. On avait tout perdu", raconte l'une d'elles.

Toute leur activité, qui fonctionne grâce à l'informatique, était donc au point mort. "Quand on a ouvert, c'était un gruyère, il y avait des trous dans les plannings, on n'avait plus accès aux rendez-vous", abonde la secrétaire médicale du cabinet. Pour les orthodontistes, il a fallu gérer l'attente et la colère des clients parfois là "en doublon ou en triplon" sans compter les nuits à se demander comment la situation allait s'arranger. Son associée ajoute qu'il leur était impossible de consulter les antécédents clients, ce qui est primordial dans leur métier.

Une situation qui a duré une dizaine de jours jusqu'à ce que les deux professionnelles ne mettent fin au désordre. Comme elles l'expliquent sur France 3, elles ont cédé devant les cybercriminels et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Russie et la Chine développent des armes pour détruire les satellites américains
Une PlayStation sème la panique dans un aéroport
Faux SMS de l’Assurance maladie : voici le mode opératoire des arnaqueurs
Elle écope d'une amende pour nuisance sonore à cause de... son réveil
Guerre en Ukraine : l'Europe doit-elle craindre une pénurie de céréales ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles