La bourse ferme dans 38 min
  • CAC 40

    6 768,22
    +55,35 (+0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 227,54
    +39,23 (+0,94 %)
     
  • Dow Jones

    35 843,57
    +102,42 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1608
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 788,00
    -18,80 (-1,04 %)
     
  • BTC-EUR

    53 451,11
    -1 395,89 (-2,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 489,21
    -15,94 (-1,06 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,12
    +0,36 (+0,43 %)
     
  • DAX

    15 768,73
    +169,50 (+1,09 %)
     
  • FTSE 100

    7 269,64
    +46,82 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    15 378,32
    +151,61 (+1,00 %)
     
  • S&P 500

    4 596,29
    +29,81 (+0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    29 106,01
    +505,60 (+1,77 %)
     
  • HANG SENG

    26 038,27
    -93,76 (-0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,3796
    +0,0027 (+0,20 %)
     

Victime de violences conjugales, elle doit rembourser les loyers impayés de son ex

·2 min de lecture

Même si son ancien compagnon est en prison, la mère de famille est en colère car elle doit rembourser près de 32.000 euros.

Cette mère de famille quadragénaire vit la situation comme une seconde peine. Car elle revient de loin, nous racontent nos confrères de France Bleu. En décembre 2018, elle est pour ainsi dire considérée comme "miraculée". Après avoir fui le foyer conjugal quelques mois plus tôt pour des violences conjugales, elle est attaquée par son ancien compagnon devant l'école de leur fils de 59 coups de couteau. Grièvement blessée, elle s'en sortira, et l'homme a finalement été condamné à vingt-cinq ans de prison fin septembre de cette année, bien qu'il ait fait appel.

Sauf que ce sont des impayés de son ancien compagnon qui la rattrapent aujourd'hui, précise France Bleu. Alors qu'elle s'était déjà "désolidarisée" du bail du logement après les premières violences début 2018, le bailleur du HLM lui réclame 32.000 euros parce qu'il n'a jamais résilié le bail. Une situation qui désempare la mère de 44 ans et la met en colère.

>> A lire aussi - La somme faramineuse demandée par des locataires à leur bailleur

Dans son courrier envoyé au bailleur en mars 2018, elle se dit "libérée" en expliquant les violences qu'elle a subies, ses plaintes, son relogement, etc. "La première chose de ma vie concrète sans lui", rappelle-t-elle à France Bleu. Le bailleur lui confirme que les changements sont pris en compte. Mais aujourd'hui, il revient à la charge et menace de saisir ses affaires et celles de ses enfants. "C'est comme si j'étais victime une seconde fois", témoigne-t-elle auprès de nos confrères. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prolongation du Pinel et du prêt à taux zéro : les remords tardifs du gouvernement pour soutenir le logement
Immobilier : “un dégonflement de la bulle de la Chine à la France ?” La chute des prix jusqu’où ?
Prêt à taux zéro : les conditions d'éligibilité resteront finalement identiques en 2022
Découvrez en vidéo le futur plus haut gratte-ciel de France à La Défense
Un million de logements... cédés gratuitement : que vaut la proposition choc d’Arnaud Montebourg ?

VIDÉO - Violences conjugales : la France récompensée par le prix de la "Balance de cristal" pour le dépôt de plainte à l’hôpital

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles