Publicité
Marchés français ouverture 8 h 9 min
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0891
    +0,0021 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,08 (+2,59 %)
     
  • Bitcoin EUR

    55 856,68
    +1 737,70 (+3,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 269,83
    +71,26 (+5,95 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     

Victime de menaces de mort et d’injures homophobes, une maire de Haute-Saône démissionne

©OceanProd

Le mercredi 17 mai, Lou Bailly-Biichlé, maire de Vandelans, une commune de Haute-Saône a décidé de se retirer de la vie politique et de démissionner de son poste.

Depuis quelques semaines, les élus de la République sont la cible de nombreux actes malveillants. Anne-Françoise Piedallu, maire de Plougrescant dans les Côtes-d’Armor, a décidé de porter plainte après une tentative de sabotage de sa voiture alors qu’elle se rendait le 8 mai dernier à une commémoration. Le 10 mai dernier, Yannick Morez, maire de Saint-Brevin-les-Pins avait annoncé sa démission après qu’un incendie criminel a ravagé sa maison. C’est cette fois Lou Bailly-Biichlé, maire de Vandelans, une commune des Haute-Saône qui a décidé de se retirer de la vie politique et de renoncer à ses fonctions. Une décision qui a été acceptée par le préfet.

Lire aussi >> Les violences envers les élus sont en hausse de 32% en 2022

« Un soulagement » pour la maire

Les raisons de sa démission précipitée ? Des menaces de mort, des violences et des insultes homophobes comme le rapporte « L’Est Républicain ». Le 8 mars dernier, un technicien d’Enedis lui avait expliqué ainsi qu’à son premier adjoint qu’il venait couper l’électricité chez une habitante qui ne payait plus ses factures depuis deux ans. Cette dernière, armée d’un couteau, s’est alors jetée sur le premier adjoint avant d’agresser l’édile en lui lançant des insultes à caractère homophobes. « Je vais t’égorger sale gouine », avait-elle dit. D’après Lou Bailly-Biichlé, « cette locataire qui squattait l’appartement de sa fille » lui avait déjà...

PUBLICITÉ

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi