La bourse ferme dans 2 h 47 min
  • CAC 40

    5 950,81
    +14,39 (+0,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 431,73
    -1,72 (-0,05 %)
     
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • EUR/USD

    0,9762
    -0,0033 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 714,70
    -6,10 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    20 334,83
    -619,81 (-2,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    450,82
    -12,31 (-2,66 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,66
    +1,21 (+1,37 %)
     
  • DAX

    12 483,95
    +13,17 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,44
    +21,17 (+0,30 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 116,11
    -195,19 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    17 740,05
    -272,10 (-1,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,1141
    -0,0027 (-0,24 %)
     

Victime de l’arnaque à l’amour, un retraité perd 175 000 euros

Victime de l’arnaque à l’amour, un retraité perd 175 000 euros (Crédit : Getty Images)
Victime de l’arnaque à l’amour, un retraité perd 175 000 euros (Crédit : Getty Images)

Dupé par deux petites mains, un retraité du Var a été dépouillé de 175 000 euros.

On l’appelle "l’arnaque à l’amour", "l’escroquerie à la romance" ou encore "la fraude aux sentiments" mais peu importe le nom utilisé, elle continue de faire des dégâts. Cette escroquerie de plus en plus répandue depuis la crise sanitaire vise à duper les coeurs en mal d’amour. Organisés en réseau, les cybercriminels jouent les amoureux parfaits derrière leur écran d’ordinateur pour gagner la confiance de leur cible avant de passer à l’action. Aveuglées par les prémices complices d’une relation virtuelle, les victimes sont trompées par leur désir d’aimer et d’être aimé.

"Cela vous fait quoi d’être là ? Sans les autres qui se sont servis de vous ?"

Délesté de 175 000 euros, un retraité varois vient s’ajouter à la longue liste des victimes, raconte Var-Matin. Alors qu’il croyait parler sur internet avec une femme, l’homme a en réalité été trompé par deux petites mains. Malheureusement, le ou les "cerveaux" de l’opération courent toujours. Les deux intermédiaires (un homme et une femme) ont été jugés pour avoir fait transiter les fonds sur des comptes en banque. Ils prétendent ignorer le nom du donneur d’ordre.

"Si j’avais des noms, je donnerais des noms. Je gardais 100 euros sur 1 000 euros versés. Le maximum, c’était 200', s’exclame la prévenue. "Cela vous fait quoi d’être là ? Sans les autres qui se sont servis de vous ? Est-ce que vous réalisez que sans des petites mains comme vous, cela ne marcherait pas", s’agace le procureur lors du procès. Selon le magistrat, il est probable que les individus à la tête de cette arnaque en bande organisée soient domiciliés en Côte d’Ivoire.

Trompée par de faux documents "ornés d’une fleur de lys, à en-tête du ministère de la Justice", la victime "était censée débloquer un héritage de 679 000 euros". Les deux escrocs ont été condamnés à deux ans de prison avec un an de sursis pour l’un et huit mois avec sursis pour l’autre.

VIDÉO - "Votre colis a été envoyé" : ce qu'il faut savoir sur cette arnaque par SMS