La bourse est fermée

Vico, la recette des chips made in Picardie

Les camions remplis de pommes de terre se succèdent devant le fronton de l'usine. Une douzaine chaque jour. Quelques mètres plus loin, les tubercules sont déversés dans d'immenses bacs. Après un nettoyage complet, les pommes de terre sont acheminées par convoyeurs. Là, elles subissent les pires sévices. En quelques secondes, elles se retrouvent râpées puis tranchées. Direction ensuite l'atelier de cuisson, où une friteuse les attend. Une fois cuites, les chips sont salées et aromatisées dans des tambours, avant d'être conditionnées. Un processus presque immuable pour Vico. Habituellement très secrète, la marque a décidé exceptionnellement de nous ouvrir ses portes.

Lire aussi - Pomme de terre, une crise qui coûte cher

Depuis 1955, l'ancienne coopérative de Vic-sur-Aisne (Aisne) fait partie du quotidien des familles françaises. D'abord avec des pommes de terre en filet, puis au fil des ans avec des chips et de la purée. En 1998, la marque connaît des difficultés financières. Elle est rachetée par l'allemand Intersnack. Ce groupe familial de plus de 2,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires est le leader européen des produits salés pour l'apéritif. Se voyant renforcé, Vico élargit sa gamme.

Numéro deux en France derrière l'américain Lay's

Le roi de la pomme de terre acquiert son concurrent Lorenz Bahlsen France en 2007. Il se retrouve à la tête de marques iconiques comme Curly, Monster Munch et Apérifruits, devenant le champion tricolore du snacking salé. "L'évolution de Vico ...


Lire la suite sur LeJDD