Marchés français ouverture 3 h 44 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 621,83
    +75,65 (+0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2158
    -0,0010 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    29 454,02
    +62,76 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    26 051,01
    -740,46 (-2,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    637,87
    -9,46 (-1,46 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

La vice-présidente de la CPME : "A la fin de ce tunnel, un certain nombre de PME ne vont pas rouvrir"

·1 min de lecture

Les très petites entreprises (TPE) et petites et moyennes entreprises (PME) sont particulièrement soutenues par l'Etat depuis le début de la crise économique engendrée par l'épidémie de coronavirus. Malgré tout, une partie d'entre elles, en première ligne, risquent la faillite en 2021. Bénédicte Caron, vice-présidente en charge des affaires économiques de la CPME - l'organisation patronale représentative de ce type d'entreprises au sein des partenaires sociaux -, explique au JDD pourquoi il y a toutefois d'importantes disparités entre ses adhérents.

"

On a des catastrophes humaines à venir qui sont impensables

"

Qu'implique la persistance de l'épidémie pour les PME-TPE?
La crise économique va forcément prendre plus d'ampleur car le problème pour les PME-TPE, c'est l'incertitude. Elles réclament depuis longtemps une stabilité fiscale. Là, non seulement nous ne l'avons pas, mais nous avons une très forte instabilité économique. Vous avez alors deux cas de figure : les PME qui se portent bien mais n'ont aucune visibilité sur l'avenir - et donc n'investissent pas - et les PME en première ligne, comme les restaurants, qui ne peuvent pas exercer. Quand on va arriver à la fin de ce tunnel, un certain nombre ne vont pas rouvrir. On a des catastrophes humaines à venir qui sont impensables.

Lire aussi - Crise économique : voici pourquoi la vague des faillites et plans sociaux arrive

Malgré les 570 milliards d'euros mis sur la table en 2020 par l'Etat (470 milliards de mesures d'urgence ...


Lire la suite sur LeJDD