La bourse ferme dans 7 h 31 min
  • CAC 40

    6 581,20
    +11,25 (+0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 796,16
    +6,54 (+0,17 %)
     
  • Dow Jones

    33 912,44
    +151,39 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0163
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 793,60
    -4,50 (-0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    23 624,94
    -221,08 (-0,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    569,28
    -21,48 (-3,64 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,73
    -0,68 (-0,76 %)
     
  • DAX

    13 844,16
    +27,55 (+0,20 %)
     
  • FTSE 100

    7 529,20
    +20,05 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    13 128,05
    +80,87 (+0,62 %)
     
  • S&P 500

    4 297,14
    +16,99 (+0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,87 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    19 759,42
    -281,44 (-1,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2057
    -0,0002 (-0,01 %)
     

VIcat : Résultats du premier semestre 2022

L’ISLE-D'ABEAU, France, July 27, 2022--(BUSINESS WIRE)--Regulatory News:

Vicat (Paris:VCT) :

  • Solide progression du chiffre d’affaires : la demande se maintient à des niveaux élevés, forte progression des prix de vente

  • Rentabilité impactée par la hausse sensible de l’énergie et des coûts industriels non récurrents aux Etats-Unis, en France et en Inde

  • Solide génération de cash-flows et bilan solide en dépit de l’inflation du besoin en fonds de roulement

Compte de résultat simplifié approuvé par le Conseil d’Administration du 26 juillet 2022

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et
taux de change
constants)

Chiffre d’affaires consolidé

1 755

1 560

+12,5%

+14,5%

EBITDA

269

300

-10,4%

-9,8%

Taux de marge (en %)

15,3%

19,2%

EBIT

128

171

-24,9 %

-23,5%

Taux de marge (en %)

7,3%

11,0%

Résultat net consolidé

88

102

-13,8%

-20,0%

Taux de marge (en %)

5,0%

6,5%

Résultat net part du Groupe

78

94

-16,8%

-22,7%

Capacité d’autofinancement

218

240

-9,1%

-9,9%

Dans le cadre de cette publication, Guy Sidos, Président-Directeur Général a déclaré : « Ce premier semestre a été marqué par une base de comparaison très défavorable compte tenu des niveaux d’activité et de profitabilité atteints l’année dernière sur la même période. Dans un environnement marqué par une forte inflation des coûts de l’énergie, et des coûts industriels non récurrents aux Etats-Unis, en France et en Inde, avec des hausses importantes de prix passées sur l’ensemble des pays, et dont l’impact progressif a presque intégralement compensé, à ce stade, les effets de l’inflation des coûts. La rentabilité opérationnelle reste très supérieure au niveau d’avant crise sanitaire (229 millions d’euros au premier semestre 2019).

Dans ce contexte, le Groupe s’adapte en diversifiant ses sources d’approvisionnements, en travaillant sur l’efficience énergétique de son outil de production et en menant une stratégie de prix adaptée à chaque région dans laquelle il opère. Le Groupe poursuit par ailleurs sa politique de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre en s’appuyant sur des solutions existantes et en investissant sur les technologies qui lui permettront d’atteindre ses objectifs 2030 et 2050 ».

Avertissements :

  • Dans ce communiqué, et sauf indication contraire, toutes les variations sont exprimées sur une base annuelle (2022/2021), et à périmètre et taux de change constants.

  • Les indicateurs alternatifs de performance (IAP), tels que les notions de « périmètre et change constants », de « chiffre d’affaires opérationnel », « d’EBITDA », « d’EBIT », « d’endettement net », de « gearing » ou encore de « leverage », font l’objet d’une définition accessible dans ce communiqué de presse en page d’annexe.

  • Ce communiqué de presse peut contenir des informations de nature prévisionnelle. Ces informations constituent soit des tendances, soit des objectifs, et ne sauraient être regardées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Ces informations sont soumises par nature à des risques et incertitudes, tels que décrits dans le Document de Référence de la Société disponible sur son site Internet (www.vicat.fr). Elles ne reflètent donc pas les performances futures de la Société, qui peuvent en différer sensiblement. La Société ne prend aucun engagement quant à la mise à jour de ces informations.

Des informations plus complètes sur Vicat sont disponibles sur son site Internet www.vicat.fr.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans un environnement marqué par une très forte inflation des coûts, le chiffre d’affaires du Groupe au premier semestre 2022 affiche une forte progression, fruit d’une hausse sensible des prix de vente, qui a largement compensé la baisse des volumes livrés.

Cette évolution résulte essentiellement :

  • d’une base de comparaison particulièrement élevée au premier semestre 2021, notamment en France, en Inde, au Brésil et au Kazakhstan ;

  • d’une forte baisse des volumes livrés en Turquie pour limiter l’impact de la hausse des coûts de l’énergie ;

  • de l’impact de coûts non récurrents aux États-Unis, en France et en Inde ;

  • et enfin, des conséquences de l’environnement géopolitique au Mali.

Dans ce contexte, le chiffre d’affaires consolidé du Groupe s’établit à 1 755 millions d’euros, contre 1 560 millions d’euros au premier semestre 2021, soit une progression de +12,5% en base publiée et de +14,5% à périmètre et change constants. L’évolution du chiffre d’affaires consolidé en base publiée résulte :

  • d’un effet périmètre de -1,4% (-25 millions d’euros), lié pour l’essentiel à la cession de l’activité préfabrication légère en Suisse, finalisée le 30 juin 2021 ;

  • d’un effet de change défavorable de -0,4%, correspondant à un impact négatif de -6 millions d’euros sur le semestre en raison de la dépréciation de la livre turque et égyptienne compensée par celle de l’euro vis-à-vis des autres monnaies, ;

  • et enfin, d’une croissance organique de +12,9% (+227 millions d’euros), alimentée principalement par les hausses des prix de vente sur l’ensemble des zones.

Le chiffre d’affaires opérationnel du Groupe s’établit à 1 779 millions d’euros, en croissance de +12,1% en base publiée et de +14,1% à périmètre et change constants. Chacune des activités du Groupe a contribué à cette évolution favorable. En effet, l’activité Ciment (1 095 millions d’euros) affiche une hausse de +17,3% à périmètre et taux de change constants. Le chiffre d’affaires opérationnel de l’activité Béton & Granulats (675 millions d’euros) progresse de +14,8% à périmètre et change constants. Enfin, l’activité Autres Produits et Services (226 millions d’euros) est en baisse de -9,0% en base publiée compte tenu de la cession d’une partie de cette activité en Suisse au premier semestre 2021 et en croissance +8,2% à périmètre et change constants.

L’EBITDA consolidé du Groupe atteint 269 millions d’euros au cours du premier semestre 2022, en baisse de -10,4% en base publiée et de -9,8% à périmètre et change constants. La marge d’EBITDA s’établit à 15,3%, soit une baisse de -390 points par rapport à la base de comparaison défavorable que constitue le premier semestre 2021. L’évolution de l’EBITDA publié tient compte d’un effet de change défavorable de -1 million d’euros et d’une baisse organique de -29 millions d’euros. On peut souligner que malgré ce repli, la rentabilité opérationnelle reste très supérieure au niveau d’avant crise (229 millions d’euros au premier semestre 2019).

A périmètre et change constants, la baisse de l’EBITDA résulte d’une base de comparaison défavorable par rapport au 1er semestre 2021, de la très forte inflation des coûts de production, notamment de l’énergie, observée depuis le second semestre 2021 et qui s’est sensiblement accélérée en 2022. Ainsi, par rapport au premier semestre 2021, la hausse des coûts de l’énergie s’élève à +64,7%. La progression a été particulièrement sensible en Egypte, en Inde, au Brésil, en France et en Suisse. Sur le semestre, l’impact sensible de l’inflation, notamment en France, sur la zone Amériques, en Afrique et en Inde, a été presque intégralement compensé par la hausse globale des prix de vente. L’EBITDA a par ailleurs été affecté par plusieurs opérations industrielles non récurrentes pour un montant d’environ 25 millions d’euros qui ont pesé sur la période : le démarrage du nouveau four de Ragland aux Etats-Unis, des opérations de maintenance exceptionnelles de l’usine de Montalieu après deux ans de crise Covid, la préparation de l’augmentation de capacité de l’usine de Kalburgi Cement (investissement de dégoulottage).

L’EBIT atteint 128 millions d’euros contre 171 millions d’euros à la même période en 2021, une baisse de -24,9% en base publiée et de -23,4% à périmètre et taux de change constants. La marge d’EBIT sur le chiffre d’affaires consolidé atteint 7,3%.

Le résultat d’exploitation s’établit à 128 millions d’euros, en baisse de -20,5% en base publiée et de -18,3% à périmètre et change constants. Cette baisse résulte pour l’essentiel de la contraction de la rentabilité opérationnelle.

La variation du résultat financier de +8 millions d’euros par rapport au premier semestre 2021 est liée à la variation positive de la juste-valeur des instruments dérivés de taux, à la suite de l’augmentation des taux d’intérêts (+18 millions d’euros). Cette variation a été partiellement compensée par la hausse de la dette moyenne du Groupe (-4 millions d’euros). L’augmentation des autres charges financières est principalement générée par l’application de la norme IAS29 en Turquie, décrite ci-dessous.

La situation macro-économique et d’inflation enregistrée en Turquie répond aux critères de la norme IAS 29 entrainant une qualification de situation hyper inflationniste. Cette norme impose un retraitement des éléments non monétaires sur la base de la variation de l’indice général des prix entre la date à laquelle ces éléments ont été enregistrés et celui de la fin de la période de référence afin de refléter leur « valeur réelle » à la date de clôture, convertis au taux de clôture. Ainsi, dans le cas de la Turquie, l’application de la norme entraîne :

  • la réévaluation du bilan d’ouverture au 1er janvier 2022 avec un impact sur les capitaux propres part Groupe de +85 millions d’euros ;

  • un impact sur le compte de résultat sur le premier semestre 2022 de -4,3 millions d’euros au niveau du résultat financier.

La charge d’impôts diminue de 10 millions d’euros par rapport au premier semestre 2021. Le taux apparent s’établit à 29,6%, en diminution par rapport au 30 juin 2021 (31,1%). Cette réduction du taux d’impôt provient essentiellement d’un mix pays favorable par rapport au premier semestre 2021 et d’une baisse du taux d’impôt en France de 28,41% à 25,83%.

Le résultat net consolidé s’élève à 88 millions d’euros en baisse de -20,0% à périmètre et change constants et de -13,8% en base publiée.

Le résultat net part du Groupe recule de -22,7% à périmètre et taux de change constants et -16,8% en base publiée, à 78 millions d’euros.

La capacité d’autofinancement s’établit à 218 millions d’euros, en baisse de -9,1% en base publiée et de -9,9% à périmètre et taux de change constants, compte tenu de la baisse de l’EBITDA généré au cours de ce semestre.

1. Compte de résultat par zones géographiques

1.1. Compte de résultat France

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et
taux de change
constants)

Chiffre d’affaires consolidé

606

562

+7,9%

+5,1%

EBITDA

80

104

-22,5%

-23,8%

EBIT

31

66

-52,8%

-53,7%

Au cours du premier semestre 2022, le chiffre d’affaires du Groupe en France progresse, en dépit d’une légère baisse de la demande compte tenu des niveaux records enregistrés au premier semestre 2021. La consommation cimentière se maintient à un niveau élevé. Dans un contexte de forte inflation, les prix de vente sont en nette progression sur l’ensemble des activités du Groupe.

En revanche, compte tenu de la hausse particulièrement sensible des coûts opérationnels, et plus particulièrement de l’énergie, et d’une base de comparaison 2021 défavorable, l’EBITDA en France est en recul sensible sur la période.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel est en hausse de +6,8% à périmètre constant. Compte tenu de la base de comparaison défavorable liée au dynamisme du marché français sur la même période de l’année dernière, cette performance traduit une légère contraction de la demande compensée par une forte progression des prix de vente en ce début d’année.

Néanmoins, les hausses successives des prix enregistrées en début d’année et en fin de second trimestre n’ont, à ce stade, qu’en partie compensé la très forte hausse des coûts de l’énergie, et plus particulièrement de l’électricité. Par ailleurs, des opérations de maintenance exceptionnelle, conduites dans une période d’activité soutenue après deux années de crise Covid, ont provoqué des coûts non récurrents. L’EBITDA généré par l’activité Ciment est donc en baisse de -25,8% sur cette période.

  • Le chiffre d’affaires opérationnel de l’activité Béton & Granulats est en hausse de +5,2% à périmètre constant. Cette évolution résulte de prix de vente en nette amélioration sur le semestre. La demande est restée solide dans le béton, mais recule dans les granulats.

Compte tenu de l’augmentation des coûts, l’EBITDA généré par cette activité est en retrait de -24,3% à périmètre constant sur la période.

  • Dans l’activité Autres Produits & Services, le chiffre d’affaires opérationnel est en progression de +7,8% à périmètre constant sur la période. Il est à noter que le Groupe a finalisé l’augmentation de capacité du site d’Auneau, en région parisienne, spécialisé dans la chimie du bâtiment (VPI). Cet investissement, qui augmente la capacité de production de mortiers de 150 mille tonnes par an, permettra de répondre à la forte demande du marché parisien et de réduire sensiblement les coûts de logistique. L’EBITDA de cette activité recule de -12,3% sur la période.

1.2 Compte de résultat Europe (hors France)

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et

taux de change
constants)

Chiffre d’affaires consolidé

184

203

-9,6%

+5,7%

EBITDA

41

39

+6,1%

+5,8%

EBIT

25

19

+27,9%

+18,9%

L’activité en Europe (hors France) est bien orientée sur le premier semestre 2022, soutenue par un environnement favorable. En base publiée, le recul du chiffre d’affaires s’explique par un effet périmètre lié à la cession de l’activité préfabrication Créabéton en Suisse, finalisée le 30 juin 2021. L’EBITDA sur l’ensemble de la région progresse de +6,1% en base publiée et de +5,8% à périmètre et change constants.

En Suisse, le chiffre d’affaires consolidé du Groupe est en progression de +3,7% à périmètre et change constants (-12,5% en base publiée). L’EBITDA est en progression de +2,0% à périmètre et change constants. La marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires consolidé progresse pour s’établir à 22,8% contre 19,5% au premier semestre 2021 compte tenu de l’impact relutif de la cession de Créabeton sur la marge du Groupe.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel augmente de +2,6% à périmètre et change constants. Cette performance est le résultat d’une contraction de la demande sur le semestre, largement compensée par une solide progression des prix de vente.

Compte tenu de ces éléments, et en dépit de la forte augmentation des coûts de l’énergie, et plus particulièrement de l’électricité, l’EBITDA généré par cette activité progresse de +7,1% à périmètre et change constants.

  • Dans l’activité Béton & Granulats, le chiffre d’affaires opérationnel recule de -1,3% à périmètre et change constants. Les prix de vente dans le béton progressent mais restent stables dans les granulats. Si les volumes reculent dans le béton, ils sont en nette progression dans les granulats.

Compte tenu de ces éléments, l’EBITDA généré par cette activité recule de -12,6% à périmètre et taux de change constants.

  • L’activité Autres Produits et Services enregistre un chiffre d’affaires opérationnel en hausse de +1,3% à périmètre et change constants, soutenu par un bon niveau de livraisons dans l’activité Rail et d’un mix produits favorable. L’EBITDA généré par cette activité est en très nette progression sur ce premier semestre, de +31,8% à périmètre et change constants.

En Italie, le chiffre d’affaires consolidé progresse de +39,2%. La demande et les prix de vente sont en nette augmentation sur l’ensemble de la période. Sur ces bases, l’EBITDA progresse de +110,2% sur le semestre.

1.3 Compte de résultat Amériques

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et
taux de change
constants)

Chiffre d’affaires consolidé

401

319

+25,8%

+12,1%

EBITDA

55

70

-22,1%

-30,7%

EBIT

22

43

-48,3%

-54,6%

Sur l’ensemble de la zone Amériques, la demande dans le secteur de la construction est restée solide. L’impact de la hausse sensible des prix de l’énergie, ainsi que les coûts non récurrents engendrés par le démarrage du nouveau four de Ragland, n’ont pu être que partiellement compensés par la hausse des prix de vente. Sur ces bases, l’EBITDA est en net recul sur le semestre, par comparaison avec une base 2021 élevée.

Aux États-Unis, l’environnement sectoriel est resté favorablement orienté au premier semestre. Il est à noter que le second trimestre a été impacté en Alabama par le démarrage du nouveau four de Ragland qui a affecté pendant plusieurs semaines la capacité de production et les livraisons dans cette zone. Dans cet environnement, le Groupe a été contraint d’effectuer des achats externes de clinker pour faire face à ses engagements commerciaux. En dépit de ce facteur exceptionnel, le chiffre d’affaires consolidé atteint 273 millions d’euros, en progression de +4,2% à périmètre et change constants et l’EBITDA s’établit à 35 millions d’euros, en baisse de -31,4% à périmètre et change constants.

La construction de la nouvelle ligne de cuisson de 5 000 tonnes jour dans l’usine de Ragland en Alabama s’est achevée au cours du deuxième trimestre. Cette installation permet d’accroitre la capacité de l’usine actuelle pour répondre à la forte demande du marché, de réduire sensiblement les coûts de production et de participer activement aux objectifs du Groupe en termes de réductions d’émissions de CO2. L’outil reste en phase d’ajustement pour permettre la montée en puissance progressive au cours du second semestre 2022.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +5,3% à périmètre et change constants sur la période, traduisant à la fois la solidité du marché de la construction dans les zones sur lesquelles le Groupe opère et une augmentation sensible des prix de vente.

Néanmoins, compte tenu de la hausse des coûts de l’énergie, et de coûts d’ajustements supplémentaires non récurrents liés au démarrage du nouveau four de Ragland (déstockage, achat de clinker), l’EBITDA généré par cette activité recule de -25,8% à périmètre et change constants.

  • Dans l’activité Béton, le chiffre d’affaires opérationnel est en hausse de +4,3% à périmètre et taux de change constants, l’activité bénéficiant d’une tendance de marché toujours bien orientée. Dans ce contexte, les prix de vente progressent nettement. Néanmoins, l’EBITDA est en retrait de -47,6% à périmètre et change constants sur la période compte tenu de la hausse des coûts. Il est à noter que dans un contexte d’approvisionnement en ciment tendu en Alabama, la rentabilité de cette activité sur cette zone a été indirectement impactée par le démarrage du nouveau four de Ragland.

Au Brésil, le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 128 millions d’euros en progression de +35,1% à périmètre et change constants. En dépit d’une base de comparaison défavorable, d’une remontée des taux d’intérêts, et de la forte inflation dans le pays, la demande est restée bien orientée sur les marchés du Groupe. Cependant, la hausse des prix enregistrée n’a permis, à ce stade, que de compenser partiellement la hausse des coûts de production. Sur ces bases, l’EBITDA recule de -29,5% à périmètre et change constants sur le semestre, à 20 millions d’euros.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel s’établit à 101 millions d’euros, en hausse de +29,6% à périmètre et change constants, soutenue par une demande dynamique et des prix de vente en nette progression. Néanmoins, la hausse des prix de vente n’a permis que de partiellement compenser la très forte hausse des coûts de l’énergie. Sur ces bases, l’EBITDA est en baisse de -41,5% à périmètre et change constants

  • Dans l’activité Béton et Granulats, en ligne avec la tendance observée dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel s’élève à 41 millions d’euros, en progression de +53,8% à périmètre et change constants. Les conditions de marché sont restées bien orientées sur la période, accompagnées par une progression des prix de vente, tant dans le béton que dans les granulats. Ainsi, l’EBITDA généré sur la période progresse sensiblement de +69,8% à périmètre et change constants.

1.4 Asie (Inde et Kazakhstan)

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et
taux de change
constants)

Chiffre d’affaires consolidé

249

206

+20,7%

+14,0%

EBITDA

52

58

-9,6%

-14,4%

EBIT

35

40

-14,4%

-18,7%

L’activité en Inde est en progression sur l’ensemble de la période, avec un chiffre d’affaires consolidé de 214 millions d’euros au 30 juin 2022, en hausse de +14,0% à périmètre et taux de change constants. Cette performance résulte d’une demande, notamment publique, qui est restée solide sur la période. Dans un contexte de très forte inflation, la hausse des prix de vente n’a permis que de partiellement compenser la forte inflation des coûts de l’énergie. Par ailleurs, dans un contexte d’activité soutenue, la préparation de l’augmentation de capacité de l’usine de Kalburgi Cement, sous la forme d’un dégoulottage, a généré des charges opérationnelles non récurrentes. Sur ces bases, l’EBITDA s’établit à 38 millions d’euros, en baisse de -27,2% à périmètre et change constants.

Au Kazakhstan, le Groupe enregistre un chiffre d’affaires consolidé de 35 millions d’euros, en hausse de +14,4% à périmètre et change constants. Cette performance résulte d’une progression sensible des prix de vente qui a largement compensé le recul des volumes livrés sur cette période et l’inflation des coûts. L’EBITDA généré au cours du semestre progresse de +55,4% à périmètre et taux de change constants et s’élève à 15 millions d’euros.

1.5 Compte de résultat Méditerranée (Égypte et Turquie)

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et
taux de change
constants)

Chiffre d’affaires consolidé

145

103

+41,4%

+113,9%

EBITDA

16

-6

n.s

n.s

EBIT

9

-16

n.s

n.s

Dans la zone Méditerranée, dans un contexte qui manque encore de visibilité, le chiffre d’affaires progresse fortement dans les deux pays grâce notamment à une forte augmentation des prix de vente, permettant un redressement de la rentabilité opérationnelle avec des situations contrastées.

En Turquie, si l’environnement macro-économique et sectoriel reste soutenu en dépit de l’hyperinflation qui se développe, les conditions hivernales ont sensiblement affecté la demande au cours du premier trimestre. Compte tenu de la forte progression de prix de vente, le chiffre d’affaires consolidé au 30 juin 2022 s’établit à 91 millions d’euros (contre 69 millions d’euros au premier semestre 2021), en progression de +140,4% à périmètre et taux de change constants.

L’EBITDA est en nette progression sur le semestre, s’établissant à 15 millions d’euros, contre 2 millions d’euros au premier semestre 2021.

  • Dans l’activité Ciment, l’activité a été marquée par des conditions climatiques très sensiblement moins favorables qu’au premier trimestre 2021. Par ailleurs, dans un contexte d’hyperinflation, le Groupe a limité l’utilisation de son outil de production le moins efficient d’un point de vue énergétique afin de réduire l’impact de la hausse des coûts. Dans ces conditions, alors que la demande reste solide, les volumes livrés sont en très net repli sur cette période. La baisse des volumes a été très largement compensée par les très fortes hausses de prix. Sur ces bases, le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +135,3% à périmètre et change constants, à 65 millions d’euros.

Compte tenu de ces éléments l’EBITDA généré par cette activité s’élève à plus de 10 millions d’euros, contre un peu moins de 2 millions d’euros au premier semestre 2021.

  • Le chiffre d’affaires opérationnel de l’activité Béton & Granulats est en hausse de +163,7% à périmètre et change constants, à 45 millions d’euros. A l’instar de l’activité Ciment, les conditions météorologiques difficiles du début d’année ont réduit les livraisons de béton et de granulats au cours du semestre, même si les conséquences de ces réductions ont été très largement compensées par la hausse significative des prix de vente.

L’EBITDA généré par cette activité sur le premier semestre s’établit à 4 millions d’euros, à comparer à un EBITDA à l’équilibre sur cette même période en 2021.

En Égypte, le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 54 millions d’euros, en hausse de +60,2% à périmètre et taux de change constants. À la suite de la conclusion d’un accord de régulation du marché entre le gouvernement égyptien et l’ensemble des producteurs, entré en vigueur en juillet 2021, l’amélioration des prix de vente sur le marché domestique s’est poursuivie au cours du premier semestre.

Dans ce contexte, et en ligne avec la tendance observée depuis le second semestre 2021, l’EBITDA généré en Egypte s’établit à plus de 1 million d’euros sur ce semestre (contre une perte de -8 millions d’euros au premier semestre 2021).

1.6 Compte de résultat Afrique (Sénégal, Mali, Mauritanie)

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et
taux de change
constants)

Chiffre d’affaires consolidé

170

167

+1,7%

+1,1%

EBITDA

24

35

-32,7%

-33,4%

EBIT

6

18

-66,1%

-67,1%

Dans la zone Afrique, le Groupe bénéficie toujours d’une demande sectorielle dynamique, en dépit des effets de la crise géopolitique au Mali.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel de la zone Afrique recule de -4,2% à périmètre et change constants. Si l’activité est stable au Sénégal, la forte baisse du marché malien, compte tenu de l’environnement géopolitique, n’a pu être pleinement compensée par la progression enregistrée en Mauritanie. Les prix de vente sont en progression sur chacun des marchés, mais au Sénégal, les augmentations ont été fortement limitées par les autorités dans un contexte électoral.

Compte tenu de la très forte inflation des coûts de production, l’EBITDA généré par cette activité régresse de -37,8% sur la période.

  • Au Sénégal, l’activité Granulats, portée par la demande dans le secteur privé, affiche un chiffre d’affaires opérationnel de 18 millions d’euros, en hausse de +19,5% à périmètre et change constants. Les prix de vente sont en baisse compte tenu d’un mix produits et clients défavorable.

Compte tenu de ces éléments, l’EBITDA est en baisse de -7,2%.

2. Évolution de la situation financière au 30 juin 2022

Au 30 juin 2022, le Groupe maintient une structure financière solide avec des capitaux propres en hausse sensible et un endettement net maîtrisé. Ainsi, à cette date, les capitaux propres s’élèvent à 2 896 millions d’euros contre 2 606 millions au 31 décembre 2021.

La dette financière nette s’élève à 1 671 millions d’euros au 30 juin 2022 contre 1 318 au 31 décembre 2021 et 1 271 millions au 30 juin 2021. Cette augmentation résulte pour l’essentiel d’une forte progression du besoin en fonds de roulement de 120 millions d’euros par rapport au 30 juin 2021 et de 193 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2021. Cette forte variation du besoin en fonds de roulement résulte à la fois de la hausse du chiffre d’affaires mais aussi de l’effet de l’inflation sur les stocks.

Sur ces bases, les ratios financiers du Groupe au 30 juin 2022 s’établissent à 2,84x pour le « leverage » (contre 2,49x au 30 juin 2021) et à 57,7% pour le « gearing » (contre 53,9% au 30 juin 2021).

Le taux d’intérêt moyen de l’endettement brut au 30 juin 2022 est de 3,2%, en hausse par rapport au 31 décembre 2021 en raison de la hausse des taux de marché. La maturité moyenne de la dette au 30 juin 2022 s’établit à 4,6 années.

Les contrats de financement à moyen ou long terme contiennent des clauses particulières (covenants) imposant notamment le respect de ratios financiers. Compte tenu du niveau de l’endettement net et de la liquidité du bilan du Groupe, l’existence de ces « covenants » ne constitue pas un risque sur la situation financière du Groupe. Au 30 juin 2022, le Groupe respecte l’ensemble des ratios visés par les « covenants » contenus dans les contrats de financement.

3. Investissements industriels et cash flows libres

Au premier semestre 2022, le total des investissements industriels décaissés s’élève à 178 millions d’euros, contre 170 millions d’euros au 30 juin 2021, et une partie importante concerne le nouveau four de Ragland.

Sur cette base, les cash-flows libres s’élèvent à -202,6 millions d’euros, contre -52,5 millions au 30 juin 2021. Cette baisse des cash-flows libres résulte de la baisse de l’EBITDA et surtout de l’augmentation sensible du besoin en fonds de roulement induite par l’inflation des coûts des matières premières.

4. Evènements récents

4.1 Démarrage du four de Ragland aux États-Unis

La construction d’une nouvelle ligne de cuisson de 5 000 tonnes par jour dans l’usine de Ragland en Alabama, démarrée en 2019, s’est achevée au cours du deuxième trimestre 2022. La mise en route a nécessité une période de réglages et d’ajustements qui a pris fin début juillet et devrait permettre une montée en production progressive dès le troisième trimestre.

Il s’agit d’une réalisation industrielle à dimensions multiples :

  • ce nouveau four va apporter les capacités additionnelles nécessaires pour répondre aux besoins des marchés du Groupe dans la région du Sud Est des États-Unis, en portant la capacité de cette usine à 1,8 million de tonnes par an, contre 1,2 million précédemment ;

  • la technologie utilisée, particulièrement efficace d’un point de vue énergétique, permettra de réduire les coûts de production de l’ordre de 30% par tonne produite ;

  • enfin, ce nouveau four va participer activement aux objectifs du Groupe en terme de réduction de ses émissions de CO2, du fait d’une efficience électrique accrue et de la substitution du charbon par des combustibles alternatifs.

4.2 Construction d’un nouveau four au Sénégal

Le Groupe, via sa filiale SOCOCIM Industries, a lancé fin 2021 un plan d’investissement de 240 millions d’euros en vue de la construction d’une nouvelle ligne de cuisson pour atteindre les objectifs suivants :

  • augmentation significative de la capacité clinker du Groupe sur la sous-région;

  • très nette amélioration de la performance industrielle de l’ensemble de son dispositif au Sénégal ;

  • participation active aux objectifs du Groupe en terme de réduction de ses émissions de CO2, avec notamment la capacité d’utiliser massivement des combustibles alternatifs.

La mise en service de ce nouveau dispositif industriel est prévue en 2024.

4.3 Nouvelle étape dans le développement du premier liant zéro carbone, dénommé « CARAT »

Le groupe Vicat a annoncé le 12 janvier dernier avoir développé un liant permettant de conserver l’ensemble des propriétés et des usages d’un ciment traditionnel tout en bénéficiant d’un bilan carbone correspondant à un niveau d’émissions nettes inférieur à 0 kg de CO2 équivalent par tonne.

Vicat enrichit ainsi son offre de solutions bas carbone DECA avec le premier liant carbo-négatif, dénommé « CARAT », permettant d’obtenir des bétons très bas carbone, avec une réduction de près de 90% de l’empreinte carbone par m3 de béton. Grâce à cette innovation, le Groupe apporte une réponse concrète à la nouvelle réglementation française RE2020.

Afin d’atteindre ces performances, l'équipe innovation de Vicat a développé des techniques (certaines faisant l'objet de dépôt de brevets en cours) permettant de créer des ciments formulés avec deux ingrédients clés :

  • le clinker du Groupe le plus décarboné possible ;

  • du biochar, une solution reconnue pour fixer durablement le carbone, fabriquée à partir de résidus forestiers et agricoles. Cette matière remplace une partie du clinker dans le liant et contribue donc à son très faible poids carbone.

Pour l’approvisionnement en biochar, Vicat travaille avec le groupe Soler et sa filiale Carbonex. Grâce à ce composant "puits de carbone", « CARAT » atteint les niveaux d’émissions nettes de CO₂ suivants :

  • le liant 0133H, dont les performances techniques se rapprochent d’un ciment 42,5 R a une valeur de -15 kg CO₂ /tonne ;

  • le liant 2402H, dont les performances techniques se rapprochent d’un ciment 32,5 R a une valeur de -310 kg CO₂ /tonne.

Après la réalisation de tests d’ouvrages permettant de qualifier le comportement des bétons formulés avec ce liant et de valider sa mise en œuvre, le groupe Vicat a réalisé des démonstrateurs à plus grande échelle. Les chantiers accomplis en mars et avril 2022 ont permis de valider les performances à basse température. Les appréciations techniques d’expérimentation (ATEx) sont en cours d’étude pour une obtention prévue courant 2023. Le Groupe ambitionne une mise sur le marché dans la foulée.

« CARAT » sera pour le moment produit dans la cimenterie de Montalieu-Vercieu en France et disponible, dans un premier temps, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Vicat envisage à terme de le produire sur d’autres sites du Groupe pour répondre aux demandes des marchés.

5. Perspectives 2022

En 2022, le Groupe s’attend à une hausse sensible de son chiffre d’affaires soutenue par la progression de son activité et la forte augmentation des prix de vente. L’EBITDA généré par le Groupe en 2022 devrait croître mais de façon moins sensible qu’en 2021. Compte tenu de ces éléments, le Groupe s’attend à une érosion de sa marge d’EBITDA en 2022.

Le second semestre 2022 devrait être marqué par :

  • une base de comparaison moins défavorable, notamment en termes de coûts énergétiques ;

  • le plein effet des hausses de prix successives passées notamment en France et en Suisse à la fin du premier semestre, et aux États-Unis, au début du troisième trimestre ;

  • la poursuite des hausses de prix régulières dans les pays émergents, à l’exception du Sénégal et de l’Egypte dont leurs applications resteront soumises aux décisions gouvernementales ;

  • la montée en puissance progressive du nouveau four de Ragland,

  • l’augmentation de capacité de Kalburgi Cement après les opérations de dégoulottage,

  • la montée en puissance de la nouvelle ligne de production de l’usine VPI d’Auneau..

Au cours du second semestre 2022, le Groupe poursuivra ses efforts d’investissements, qui concerneront pour l’essentiel :

  • les travaux de construction du nouveau four au Sénégal ;

  • la poursuite de projets liés aux objectifs de réduction de son empreinte carbone (par exemple le projet Argilor en France où la construction d’une « Waste Heat Recovery System » en Turquie;

  • des travaux de dégoulottage en Inde afin d’augmenter la capacité de Kalburgi, et des investissements dans de nouveaux terminaux afin d’élargir son marché et de réduire ses coûts logistiques.

Sur ces bases, les investissements industriels sont attendus en hausse par rapport à 2021 et devraient s’établir autour de 400 millions d’euros, dont environ 130 millions d’euros d’investissements de « maintien » et 270 millions d’investissements « stratégiques ».

Concernant les évolutions attendues par pays, le Groupe souhaite apporter les éléments d’appréciations suivants, qui resteront néanmoins très dépendants de l’évolution de la crise sanitaire et des conséquences du conflit en Ukraine :

  • En France, l’activité devrait rester à un niveau élevé sur l’ensemble de l’exercice, soutenue par un environnement macro-économique qui devrait rester favorable au secteur de la construction. Dans ce contexte, le Groupe s’attend à une stabilité des volumes et une hausse de prix marquée afin de compenser la hausse des coûts de l’énergie, et notamment de l’électricité ;

  • En Suisse, les activités Ciment et Béton & Granulats devraient bénéficier d’un secteur de la construction porteur. Comme en France, le Groupe s’attend à une nette progression des coûts de l’électricité compensée par des hausses de prix de vente ;

  • Aux États-Unis, l’activité devrait poursuivre sa croissance tant en termes de volumes que de prix. La mise en place du plan de relance de l’économie tel que présenté par le gouvernement américain devrait se faire progressivement ressentir à partir du second semestre de cette année. Sur ce marché, le Groupe devrait bénéficier au cours du second semestre de la montée en puissance du nouveau four de l’usine de Ragland ;

  • Au Brésil, le niveau d’activité et de profitabilité enregistré en 2021 constitue une base de comparaison élevée, sur un marché qui devrait néanmoins rester favorablement orienté. Dans ce contexte, le Groupe s’attend à des volumes globalement stables sur l’ensemble de l’exercice, et une poursuite des hausses de prix ;

  • En Inde, l’environnement macro-économique et sectoriel devrait rester favorable. Dans un contexte de prix qui resteront très volatils, la forte progression des coûts de l’énergie ne devrait être que partiellement compensée ;

  • Au Kazakhstan, en dépit d’une base de comparaison élevée, le contexte de marché devrait rester favorable et les performances du Groupe devraient de nouveau s’améliorer ;

  • En Turquie, la situation devrait poursuivre son amélioration progressive en 2022 mais restera soumise à l’évolution de la devise et des taux d’intérêts. La très forte hausse des prix devrait permettre de compenser l’augmentation des coûts de l’énergie et d’améliorer la rentabilité opérationnelle ;

  • En Égypte, dans un contexte sectoriel qui s’améliore progressivement, les performances du Groupe restent conditionnées par le maintien des mesures mises en place par le Gouvernement afin de rétablir un environnement de marché rationnel ;

  • En Afrique de l’Ouest, l’activité devrait rester dynamique dans le Ciment soutenu par un environnement sectoriel favorablement orienté, bien que tempéré par le blocage des prix par les autorités au Sénégal. Il est à noter que la situation géopolitique au Mali devrait progressivement s’améliorer compte tenu de la réouverture récente des frontières. L’activité Granulats au Sénégal devrait poursuivre son redressement.

Réunion de présentation et conférence téléphonique

Dans le cadre de cette publication, le groupe Vicat organise le 28 juillet 2022 une conférence téléphonique d’information en anglais à 15h00, heure de Paris (14h00 heure de Londres et 09h00 heure de New York).

Pour participer en direct, composez l’un des numéros suivants :

France : +33 (0) 1 70 37 71 66
UK : +44 (0) 33 0551 0200
US : +1 212 999 6659

Cette conférence téléphonique sera également retransmise via webcast à partir du site www.vicat.fr. Un enregistrement de la conférence téléphonique sera immédiatement disponible pour retransmission à partir du site internet de Vicat ou en cliquant ici.

La présentation qui servira de support à cet évènement sera accessible à partir du site internet de Vicat ou en cliquant ici dès 10h00.

Prochain évènement :

Publication du chiffre d’affaires du troisième trimestre 2022, le 03 novembre 2022.

À propos du groupe Vicat

Le groupe Vicat emploie près de 9 500 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 3,123 milliards d'euros en 2021, provenant de ses activités de production de Ciment, de Béton & Granulats et Autres Produits & Services. Le Groupe est présent dans 12 pays : France, Suisse, Italie, États-Unis, Turquie, Égypte, Sénégal, Mali, Mauritanie, Kazakhstan, Inde et Brésil. Le groupe Vicat, groupe familial, est l'héritier d'une tradition industrielle débutée en 1817 avec l'invention du ciment artificiel par Louis Vicat. Créé en 1853, le groupe Vicat exerce aujourd’hui 3 métiers principaux que sont le Ciment, le Béton Prêt à l'Emploi (BPE) et les Granulats, ainsi que des activités complémentaires à ces métiers de base.

Groupe Vicat – Information financière– Annexes

Définition des indicateurs alternatifs de performance "IAP" :

  • Les données à périmètre et change constants permettent de déterminer l’évolution organique d’agrégats chiffrés entre deux périodes et de les comparer en neutralisant les impacts liés aux variations de taux de change et du périmètre de consolidation. Elles sont déterminées en appliquant aux chiffres de la période en cours, les taux de change et le périmètre de consolidation de la période antérieure.

  • Le chiffre d’affaires opérationnel d’un secteur géographique (ou d’une activité) correspond au chiffre d’affaires réalisé par le secteur géographique en question (ou l’activité) sous déduction du chiffre d’affaires intra-secteur (ou intra-activité).

  • Valeur Ajoutée : elle est égale à la valeur de la production diminuée des consommations intermédiaires.

  • Excédent Brut d’Exploitation : il est égal à la valeur ajoutée, diminuée des charges de personnel, des impôts et taxes (hors impôts sur les résultats et impôts différés).

  • EBITDA (Earning Before Interest, Tax, Depreciation and Amortization) : il se calcule en sommant l’Excédent Brut d’Exploitation et les autres produits et charges ordinaires.

  • EBIT : (Earning Before Interest and Tax) : il se calcule en sommant l’EBITDA et les dotations nettes aux amortissements, provisions et dépréciations ordinaires.

  • Capacité d’autofinancement : elle est égale au résultat net avant prise en compte des charges nettes calculées sans impact sur la trésorerie (soit principalement les dotations nettes aux amortissements et provisions, les impôts différés, les résultats de cession et les variations de juste valeur).

  • Cash-flow libre : il est égal aux flux nets opérationnels après déduction des investissements industriels nets de cessions.

  • L’endettement financier net représente la dette financière brute (composée du solde des emprunts auprès d’investisseurs et des établissements de crédit, de la dette résiduelle sur contrats de location financement, du solde des autres emprunts et dettes financières hors options de vente et de la trésorerie passive), nette de la trésorerie et équivalents de trésorerie, y inclus la réévaluation des dérivés de couverture et de la dette.

  • Le Gearing est un ratio relatif à la structure financière correspondant à l’endettement net / capitaux propres consolidés.

  • Le Leverage est un ratio relatif à la rentabilité correspondant à l’endettement net / EBITDA consolidé.

Compte de résultats par activités

Activité Ciment

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et
taux de change
constants)

Volumes (milliers de tonnes)

13 457

14 069

-4,3%

CA Opérationnel

1 095

938

+16,7%

+17,3%

CA Consolidé

937

804

+16,6%

+16,5%

EBITDA

192

215

-10,5%

-10,7%

EBIT

105

139

-24,7%

-22,9%

Le chiffre d’affaires Ciment progresse sensiblement sur le premier semestre 2022, soutenue par une très nette hausse des prix de vente qui a permis de compenser la baisse des volumes vendus, principalement en Turquie.

Cette hausse sensible des prix n’a permis à ce stade que de partiellement compenser la très forte inflation des coûts de production, notamment de l’énergie, au cours du premier semestre, ainsi que certains coûts non récurrents aux États-Unis, en France et en Inde. Dans ce contexte, l’EBITDA est en baisse sur l’exercice. La marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel recule à 17,3%.

Activité Béton & Granulats

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et
taux de change
constants)

Volumes Béton (milliers de m3)

4 957

5 119

-3,2%

Volume Granulats (milliers de tonnes)

12 049

11 941

+0,9%

CA Opérationnel

675

585

+15,4%

+14,8%

CA Consolidé

659

569

+15,8%

+14,7%

EBITDA

63

70

-9,7%

-10,0%

EBIT

18

27

-33,9%

-32,6%

En ligne avec la hausse de l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel de l’activité Béton & Granulats est en nette augmentation sur le semestre. Cette performance résulte d’une solide progression des prix de vente. Si les volumes de béton sont en légère baisse, les volumes de granulats progressent.

Dans ce contexte, et compte tenu de la hausse sensible des coûts de production, l’EBITDA de cette activité est en baisse, et la marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel est en repli de -260 points de base à 9,3%.

Activité Autres Produits & Services

(En millions d’euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Variation
(publiée)

Variation
(à périmètre et
taux de change
constants)

CA Opérationnel

226

249

-9,0%

+8,2%

CA Consolidé

158

187

-15,1%

+5,4%

EBITDA

14

16

-11,6%

+3,3%

EBIT

6

5

+16,5%

+15,0%

L’activité Autres Produits et Services est en hausse sur le semestre.

L’EBITDA progresse de +3,3% à périmètre et change constants, avec une marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel quasi stable (-20 points de base) à 6,2% sur ce premier semestre 2022.

Principaux états financiers de l’exercice 2022

L’ensemble des états financiers du premier semestre 2022 sont disponibles, ainsi que les annexes, sur le site internet de la société : www.vicat.fr

Compte de résultat consolidé

(en milliers d'euros)

Notes

30 juin 2022

30 juin 2021

Chiffre d'affaires

4

1 754 520

1 559 667

Achats consommés

(1 202 784)

(992 025)

Valeur ajoutée

551 737

567 642

Charges de personnel

5

(260 382)

(250 214)

Impôts, taxes et versements assimilés

(35 688)

(34 644)

Excédent brut d'exploitation

255 666

282 784

Autres produits et charges ordinaires

6

13 217

17 248

EBITDA

268 884

300 032

Dotations nettes aux amortissements, provisions et dépréciations ordinaires

7

(140 389)

(128 844)

EBIT

128 495

171 188

Autres produits et charges non ordinaires

6

116

(17 592)

Dotations nettes aux amortissements, provisions et dépréciations non ordinaires

7

(540)

7 483

Résultat d’exploitation

128 071

161 079

Coût de l’endettement financier net

(2 333)

(16 647)

Autres produits financiers

16 677

7 403

Autres charges financières

(24 074)

(8 519)

Résultat financier

8

(9 730)

(17 763)

Quote-part dans les résultats des sociétés associées

4 439

3 154

Résultat avant impôt

122 780

146 470

Impôts sur les résultats

9

(34 971)

(44 589)

Résultat net consolidé

87 810

101 881

Part attribuable aux intérêts minoritaires

10 027

8 339

Part attribuable au Groupe

77 783

93 542

Résultat par action (en euros)

Résultat net part du groupe de base et dilué par action

1,73

2,08

État du résultat global consolidé

(en milliers d'euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Résultat net consolidé

87 810

101 881

Autres éléments non recyclables au compte de résultat :

Réévaluation du passif net au titre des prestations définies

89 612

8 656

Impôt sur les éléments non recyclables

(18 579)

(2 336)

Autres éléments recyclables au compte de résultat :

Ecarts de conversion

106 490

29 862

Couverture des flux de trésorerie

(1 776)

1 075

Impôt sur les éléments recyclables

505

(278)

Autres éléments du résultat global (après impôt)

176 252

36 979

Résultat global

264 062

138 860

Part attribuable aux intérêts minoritaires

18 909

12 826

Part attribuable au Groupe

245 153

126 034

État de la situation financière consolidée

Actif

(en milliers d'euros)

Notes

30 juin 2022

31 décembre 2021

Goodwill

10.1

1 235 018

1 157 232

Autres immobilisations incorporelles

10.2

186 018

173 653

Immobilisations corporelles

10.3

2 415 855

2 169 041

Droits d'utilisation relatifs aux contrats de location

10.4

192 053

195 112

Immeubles de placement

32 202

32 218

Participations dans des entreprises associées

104 114

92 774

Actifs d'impôts différés

104 033

68 012

Créances et autres actifs financiers non courants

11

250 145

219 241

Total des actifs non courants

4 519 437

4 107 283

Stocks et en-cours

12.1

552 643

429 243

Clients et autres débiteurs

12.2

615 301

436 219

Actifs d'impôts exigibles

11 497

6 947

Autres créances

218 928

206 475

Trésorerie et équivalents de trésorerie

13.1

481 034

527 393

Total des actifs courants

1 879 404

1 606 277

TOTAL DE L'ACTIF

6 398 841

5 713 560

Passif

(en milliers d'euros)

Notes

30 juin 2022

31 décembre 2021

Capital

179 600

179 600

Primes

11 207

11 207

Auto-contrôle

(48 864)

(52 018)

Réserves consolidées

2 948 344

2 800 579

Réserves de conversion

(474 092)

(579 950)

Capitaux propres part du Groupe

2 616 195

2 359 418

Intérêts minoritaires

279 899

246 681

Total capitaux propres

14

2 896 094

2 606 099

Provisions retraite et autres avantages postérieurs à l’emploi

15.1

24 018

108 529

Autres provisions

15.2

114 396

104 974

Dettes financières et options de vente

16.1

1 588 965

1 291 434

Obligations locatives

16.1

151 906

159 883

Impôts différés passifs

306 499

219 800

Autres passifs non courants

25 459

23 927

Total des passifs non courants

2 211 242

1 908 547

Provisions

15.2

11 214

10 381

Dettes financières et options de vente à moins d'un an

16.1

410 455

371 119

Obligations locatives à moins d'un an

16.1

57 439

55 502

Fournisseurs et autres créditeurs

17

502 417

459 647

Passifs d'impôts exigibles

19 157

27 558

Autres dettes

290 823

274 707

Total des passifs courants

1 291 505

1 198 914

Total des passifs

3 502 747

3 107 461

TOTAL CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS

6 398 841

5 713 560

État des flux de trésorerie consolidés

(en milliers d'euros)

Notes

30 juin 2022

30 juin 2021

Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles

Résultat net consolidé

87 810

101 881

Quote-part dans les résultats des sociétés mises en équivalence

(4 439)

(3 154)

Dividendes reçus des sociétés mises en équivalence

2 345

1 073

Charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l'activité :

- amortissements et provisions

140 124

121 010

- impôts différés

1 315

5 261

- plus ou moins values de cession

(1 959)

(3 437)

- gains et pertes latents liés aux variations de juste valeur

(12 662)

62

- autres (1)

5 445

17 128

Capacité d'autofinancement

217 979

239 824

Variation du besoin en fonds de roulement

(242 102)

(122 035)

Flux nets de trésorerie générés par les activités opérationnelles (2)

18.1

(24 123)

117 789

Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement

Décaissements liés à des acquisitions d'immobilisations :

- immobilisations corporelles et incorporelles

(182 507)

(177 339)

- immobilisations financières

(21 481)

(8 839)

Encaissements liés à des cessions d'immobilisations :

- immobilisations corporelles et incorporelles

4 031

7 033

- immobilisations financières

1 463

657

Incidence des variations de périmètre

(40 034)

9 915

Flux nets de trésorerie liés aux opérations d'investissement

18.2

(238 528)

(168 573)

Flux de trésorerie liés aux opérations de financement

Dividendes versés

(78 820)

(73 974)

Augmentations / Réductions de capital

Emissions d’emprunts

16

373 269

151 673

Remboursements d’emprunts

16

(33 129)

(29 315)

Remboursements des dettes locatives

16

(28 815)

(25 865)

Acquisitions d'actions propres

(11 525)

(11 543)

Cessions – attributions d'actions propres

13 346

14 073

Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement

234 326

25 049

Incidence des variations de cours des devises

2 475

3 848

Variation de la trésorerie

(25 850)

(21 887)

Trésorerie et équivalents de trésorerie nets à l'ouverture

13.2

430 442

359 159

Trésorerie et équivalents de trésorerie nets à la clôture

13.2

404 700

337 271

'(1) :
'- Dont effet de l'application d'IAS 29 au 30 juin 2022 pour (4,3) millions d'euros (cf. Note 1.1)

'(2) :
'- Dont flux de trésorerie provenant des impôts sur le résultat : (45,2) millions d’euros au 30 juin 2022 et (45,5) millions d’euros au 30 juin 2021.
'- Dont flux de trésorerie provenant des intérêts décaissés et encaissés : (18,1) millions d’euros au 30 juin 2022 dont (4,8) millions d'euros au titres des frais financiers sur contrats IFRS16 et (14,9) millions d’euros au 30 juin 2021 dont (5,6) millions d'euros au titres des frais financiers sur contrats IFRS16.

État de variation des capitaux propres consolidés

(en milliers d'euros)

Capital

Primes

Auto -
contrôle

Réserves
consolidées

Réserves
de conversion

Capitaux
propres part
du Groupe

Intérêts
minoritaires

Total
capitaux
propres

Au 1er janvier 2021

179 600

11 207

(53 587)

2 679 297

(640 130)

2 176 387

234 306

2 410 693

Résultat annuel

93 542

93 542

8 339

101 881

Autres éléments du résultat global (2)

9 066

23 426

32 492

4 487

36 979

Résultat global

102 608

23 426

126 034

12 826

138 860

Dividendes distribués

(66 187)

(66 187)

(7 876)

(74 063)

Variation nette des actions propres

1 808

507

2 315

2 315

Variations de périmètre et acquisitions complémentaires

(13 327)

(13 327)

(3 057)

(16 384)

Autres variations

(2 701)

(2 701)

( 90)

(2 791)

Au 30 juin 2021

179 600

11 207

(51 779)

2 700 197

(616 704)

2 222 521

236 109

2 458 630

Au 1er janvier 2022

179 600

11 207

(52 018)

2 800 579

(579 950)

2 359 418

246 681

2 606 099

Résultat annuel

77 783

77 783

10 027

87 810

Autres éléments du résultat global (2)

61 511

105 859

167 370

8 882

176 252

Résultat global

139 294

105 859

245 153

18 909

264 062

Dividendes distribués

(72 613)

(72 613)

(8 981)

(81 594)

Variation nette des actions propres

3 154

(1 378)

1 776

1 776

Variations de périmètre et acquisitions complémentaires

(6 889)

(6 889)

(3 170)

(10 059)

Ajustements liés à l'application d'IAS 29 (1)

85 201

85 201

10 894

96 095

Autres variations

4 149

4 149

15 566

19 715

Au 30 juin 2022

179 600

11 207

(48 864)

2948 343

(474 091)

2 616 195

279 899

2 896 094

'(1) Les incidences de l'application d'IAS 29 sont détaillées dans la note 1.1

'(2) Stock par nature des autres éléments du résultat global :
Les autres éléments du résultat global comprennent pour l’essentiel les écarts de conversion cumulés à la clôture depuis fin 2003. Pour mémoire, en application de l’option offerte par IFRS1, les écarts de conversion accumulés avant la date de transition aux IFRS ont été reclassés en report à nouveau à cette date.

Les réserves de conversion Groupe se ventilent comme suit par devises au 30 Juin 2022 et 2021 :

(en milliers d'euros)

30 juin 2022

30 juin 2021

Dollar américain

89 486

19 754

Franc suisse

246 646

186 194

Livre turque

(349 470)

(304 901)

Livre égyptienne

(133 478)

(124 233)

Tengué kazakh

(112 088)

(95 164)

Ouguiya mauritanien

(4 904)

(8 837)

Réal brésilien

(56 999)

(82 556)

Roupie indienne

(153 284)

(206 961)

TOTAL

(474 091)

(616 704)

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20220727005457/fr/

Contacts

Contacts Relations Investisseurs :
Stéphane Bisseuil :

Tél. + 33 (0)1 58 86 86 05
stephane.bisseuil@vicat.fr

Contacts Presse :
Karine Boistelle-Adnet
Tél. +33 (0)4 74 27 58 04
karine.boistelleadnet@vicat.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles