La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 956,93
    -199,76 (-0,58 %)
     
  • Nasdaq

    11 927,22
    -186,57 (-1,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0716
    -0,0015 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    21 364,99
    -456,57 (-2,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    527,13
    -9,76 (-1,82 %)
     
  • S&P 500

    4 120,99
    -43,01 (-1,03 %)
     

"Qui veut être mon associé ?" sur M6: 11 expressions pour tout comprendre

Pierre Olivier/M6

Dès la première diffusion de la troisième saison début janvier, l'émission phare de M6 consacrée aux entrepreneurs a connu un succès d'audience. Voici onze mots de l'univers de l'entreprise à connaître pour ne rien rater de "Qui veut être mon associé ?".

Un record d'audience. Pour le premier épisode de la troisième saison diffusé le mercredi 4 janvier, "Qui veut être mon associé?" (ou "QVEMA" pour les habitués des réseaux sociaux) a rassemblé 1.89 million de téléspectateurs sur M6. C'est le meilleur lancement de l'émission.

Cette audience représente également 10,1 % d'audience sur le public âgé de 4 ans et plus. Et l'ex footballeur international Blaise Matuidi n'est pas encore apparu dans l'émission. Sa présence dans le jury est attendue pour l'épisode qui sera diffusé le 25 janvier, ce qui laisse présager de meilleures audiences pour la chaîne.

En attendant, voici le jargon qu'il faut maîtriser pour tout comprendre au deuxième volet de l'émission diffusée ce mercredi 11 janvier.

lire aussi. "Qui veut être mon associé ?" : que sont devenus les anciens participants ?

  • Investisseur

C'est le principe même de l'émission et, par conséquent, le mot qu'il faut maîtriser sur le bout des doigts afin d'en saisir le concept. Dans le jury, six investisseurs potentiels écoutent les candidats leur présenter leur entreprise. Leur objectif est qu'un ou plusieurs membres du jury participe financièrement au développement de leur start-up.

C'est le point commun de tous les candidats face à eux : ils ont besoin d'argent pour développer leur société. Ils font donc une proposition initiale aux membres du jury qui ont alors trois options : l'accepter, faire une contre-proposition ou ne pas donner suite.

Une fois que les deux parties s'entendent sur un montant donné pour acquérir une part de l'entreprise, on peut alors qualifier le membre du jury avec qui l'accord a été conclu "d'investisseur". C[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi