La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 139,49
    -89,55 (-0,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Versailles, Cour des comptes ou renseignement: Emmanuel Macron fait traîner les nominations

Ludovic MARIN / AFP

Le président fait traîner les nominations, multipliant les intérims à la tête d’organismes publics, dans la culture, la diplomatie ou encore à Bercy. Histoire d’affirmer son pouvoir et son influence.

Les rumeurs sur son départ bruissent depuis des mois, mais Catherine Pégard reste de marbre: la présidente du Château de Versailles vient d’inaugurer une exposition sur Louis XV, demeuré sur le trône un demi-siècle. Son règne à elle s’est en principe achevé le 2 octobre, au bout de onze ans. Elle avait déjà été maintenue de manière dérogatoire en mars 2021, malgré la limite d’âge - la loi le permet si c’est "à titre intérimaire". Vingt mois plus tard, l’intérim s’éternise au-delà de la "durée raisonnable" évoquée dans la jurisprudence administrative. Pire, son troisième et dernier mandat est maintenant terminé. "Les pouvoirs publics tirent sur la corde juridique et fragilisent l’établissement vis-à-vis des mécènes", déplore un haut fonctionnaire.

Aucun candidat n'a trouvé grâce aux yeux d'Emmanuel Macron

Une situation ubuesque qui ne semble guère émouvoir l’Elysée: aucun candidat n’a encore trouvé grâce aux yeux d’Emmanuel Macron, que La Tribune de l’Art surnomme le "roi de l’intérim". Il faut dire que, dans le domaine de la culture, c’est un festival. Le Château de Versailles a ainsi battu le record de la Villa Médicis, qui était restée sans directeur pendant dix-huit mois. Le palais de Tokyo avait, lui, subi une vacance de sept mois et le musée du quai Branly-Jacques Chirac, de cinq mois. L’an passé, Jean-Luc Martinez espérait jusqu’au bout rester à la tête du Louvre, avant de se voir opposer un refus. Cela n’a pas empêché l’exécutif de le maintenir en poste à titre intérimaire, jusqu’à l’arrivée de Laurence des Cars. Plus absurde, l’actuel patron d’Universcience (Palais de la découverte et Cité des sciences) a aussi dû assurer son propre intérim… avant d’être renouvelé. L’Elysée voulait garder le poste au chaud pour y recaser l’ex-ministre Agnès Buzyn, finalement partie sous d’autres cieux.

Lire aussiLa stratégie de Catherine Pégard pour faire revenir les touristes français à Versailles

Ministres court-circuités

"Les institutions culturelles ont besoin de visibil[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi