Publicité
Marchés français ouverture 1 h 59 min
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 025,03
    -531,84 (-1,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 252,32
    -224,69 (-1,22 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 075,03
    -624,09 (-0,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 463,46
    -21,23 (-1,43 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     

Vers une pénurie de carambars dans les supermarchés ?

Vers une pénurie de carambars dans les supermarchés ? (AFP via Getty Images)

Un conflit social paralyse la production de carambars faisant fondre le stock de l’usine de Marcq-en-Barœul, dans le Nord.

Les carambars pourraient rapidement venir à manquer dans les étals de supermarchés. En raison d’un conflit social opposant les salariés de l’usine de Marcq-en-Barœul (Nord) à leur direction, les stocks de bonbons commencent à diminuer dangereusement. Inquiets par les conditions de leur transfert prévu à Bondues, à six kilomètres de leur lieu de travail actuel, les employés du site de Marcq-en-Barœul s’arrêtent épisodiquement de travailler depuis maintenant deux mois.

VIDÉO - Entreprises : grève à l’usine Carambar

Des pertes jusqu’à 800 euros par mois

Les équipes du site nordiste réclament le maintien de leurs salaires pour venir travailler à l'usine Lutti de Bondues où ils sont attendus. “Le déménagement ne nous pose pas de problème, mais la perte de salaire, si ! Ils ferment l’usine, ils nous licencient, puis nous reprennent à Bondues en supprimant une partie de nos primes. Nous allons perdre en moyenne 22 % de notre rémunération, précise pour Le Monde David Poure, délégué FO, syndicat majoritaire au sein de l’usine de Marcq-en-Barœul, construite en 1899. Selon les représentants du personnel cités par BFM, les salariés pourraient perdre entre 300 et 800 euros par mois sur leur fiche de paie.

Les salariés de l’usine de Marcq-en-Barœul sont en grève depuis novembre
Les salariés de l’usine de Marcq-en-Barœul sont en grève depuis novembre

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir toutes les infos utiles pour votre quotidien

PUBLICITÉ

Pour tenter de faire plier la direction, les ouvriers attelés à la fabrication des bonbons ralentissent la production afin d’assécher les stocks. Pour l’instant, les deux parties campent sur leurs positions et aucune issue n’a été trouvée. Toujours est-il que le mouvement de grève vide les réserves de manière vertigineuse. La production hebdomadaire est passée en quelques semaines de 120 tonnes de Carambars à 16 tonnes.

Ce contenu peut également vous intéresser :