Publicité
Marchés français ouverture 5 h 4 min
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • Nikkei 225

    40 368,04
    -729,65 (-1,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,0937
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    17 755,24
    +15,83 (+0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 122,50
    -1 012,82 (-1,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 337,91
    -4,41 (-0,33 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     

Verrue plantaire : quels sont les traitements les plus efficaces ?

iStock

Première chose à savoir : les verrues ne sont pas rares. L'Assurance Maladie estime qu'environ 20 % des Français auront (ou ont actuellement) des verrues ; 20 % à 30 % des enfants âgés de 5 à 15 ans souffriront (ou souffrent actuellement) de verrues plantaires.

Une verrue se définit comme une " tuméfaction bénigne cutanée " : elle est provoquée par une infection virale au papillomavirus humain – le plus souvent, le coupable est un virus HPV de type 1, 2 ou 3. Le virus HPV pénètre dans la peau abîmée, et les premiers symptômes apparaissent après un temps d'incubation de plusieurs mois.

Si les verrues peuvent se manifester à plusieurs endroits du corps (au niveau des mains, du visage, des muqueuses génitales et anales...), les verrues plantaires se forment plutôt sur la plante des pieds et sur les zones d'appui (avant-pied, talon...). Il en existe 2 types :

À savoir. Comme le précise l'Assurance Maladie, " les verrues plantaires surviennent souvent après une contamination virale dans une salle de sport, une douche collective ou une piscine. Elles surviennent plus facilement après une baignade dans une eau chauffée, qui ramollit la couche de corne des pieds. Les surfaces rugueuses autour des bassins et sur les tremplins des piscines favorisent les lésions de la peau et l’infection par le virus ".

PUBLICITÉ

Le médecin généraliste peut prescrire plusieurs traitements pour venir à bout d'une verre plantaire / de verrues plantaires multiples :

Outre les traitements " traditionnels ", certaines (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite