La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 135,06
    +18,82 (+0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 174,66
    +13,10 (+0,31 %)
     
  • Dow Jones

    33 507,50
    -158,80 (-0,47 %)
     
  • EUR/USD

    1,0575
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    1 864,60
    -14,00 (-0,75 %)
     
  • Bitcoin EUR

    25 609,47
    +79,88 (+0,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    579,66
    +0,90 (+0,15 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,77
    -0,94 (-1,02 %)
     
  • DAX

    15 386,58
    +63,08 (+0,41 %)
     
  • FTSE 100

    7 608,08
    +6,23 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    13 219,32
    +18,02 (+0,14 %)
     
  • S&P 500

    4 288,05
    -11,65 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    31 857,62
    -14,88 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    17 809,66
    +436,66 (+2,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,2201
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Un ver vivant de 8 cm découvert dans le cerveau d’une femme, une première mondiale

La presse internationale se fait l’écho d’une première mondiale quelque peu “insolite” : la découverte d’un ver parasite long de 8 cm dans le cerveau d’une patiente australienne.

Une femme de 64 ans originaire de Nouvelle Galles du Sud, en Australie, a été admise fin janvier 2021 dans un hôpital de Canberra du fait de douleurs abdominales, diarrhées, toux sèche, fièvre et sueurs nocturnes. En 2022, d’autres symptômes, d’ordre neurologiques cette fois (pertes de mémoire et état dépressif) ont conduit la patiente à reprendre le chemin de l’hôpital, pour y subir des examens. C’est là qu’une IRM (imagerie par résonance magnétique) a mis en évidence des anomalies cérébrales nécessitant une intervention chirurgicale.

C’est alors que l’équipe médicale découvre quelque chose de complètement inattendu : un ver long de 8 cm. “Oh mon Dieu, vous ne croiriez pas ce que je viens de trouver dans le cerveau de cette dame – il est vivant et se tortille”, a ainsi déclaré le Dr Hari Priya Bandi, neurochirurgien, au téléphone avec son confrère le Dr Sanjaya Senanayake, médecin spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital de Canberra.

Un parasite habituellement retrouvé chez des pythons

Cette surprenante découverte a incité l’équipe à se réunir afin de déterminer de quel type d’ascaris lombricoïde (ver parasite intestinal) il s’agissait, mais...

Lire la suite