La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 811,23
    -222,43 (-1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Veolia réclame 100.000 euros au propriétaire d’un logement squatté

PIXABAY

Être propriétaire, avoir bien préparé sa retraite pour bénéficier d'une rente non négligeable, et se retrouver finalement avec une ardoise énorme… C'est la mésaventure d'un octogénaire de région parisienne que nous décrit Le Parisien. L'homme est propriétaire d'un immeuble à Saint-Ouen, plus précisément un petit pavillon à plusieurs étages. Locataire dans un premier temps dans les années 1960, il s'endette ensuite pour racheter les murs, alors qu'il tient le commerce au rez-de-chaussée. 400 euros par mois, l'investissement vaut la peine en vue de la retraite. Composé de cinq lots, il permettait à son propriétaire de bénéficier ensuite de solides revenus (environ 3.500 euros, selon nos confrères).

Mais en 2008, la famille veut revendre l'immeuble. Un compromis est signé avec un investisseur immobilier, sauf que le propriétaire s'aperçoit que trois des logements sont squattés. Un an après, malgré des discussions, les squatteurs sont toujours présents et les lieux se dégradent. S'il diligente une procédure d'expulsion en 2019, la crise sanitaire passe par là et les squatteurs restent. Le propriétaire ne reçoit aucun centime. Entre-deux, il signale à Veolia (le géant de l'eau) que son immeuble est occupé illégalement, afin notamment de couper l'eau pour faire fuir les intrus. Le fournisseur d'eau refuse, au nom de la loi.

Problème, le 24 mai dernier, il reçoit une facture d'eau plus que salée par courrier recommandé : presque 100.000 euros (97.852 euros) et une mise en demeure de payer (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Logement : quels travaux sont à la charge du locataire, ou du bailleur ?
Leur immeuble est envahi par les cafards, les locataires dénoncent un "enfer"
Record pour la vente d'un immeuble sur les Champs-Elysées
Airbnb : la réglementation contre l'expansion des meublés de tourisme au Pays basque est finalement autorisée
La surprenante méthode d'un étudiant pour trouver un logement