La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    39 098,69
    -1 967,16 (-4,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Veolia Environnement : CHIFFRES CLES AU 31 MARS 2021

·34 min de lecture

(DONNEES IFRS NON AUDITEES)

FORTE CROISSANCE DE L’ACTIVITE ET DES RESULTATS AU PREMIER TRIMESTRE 2021 PAR RAPPORT A 2020

CHIFFRES DU PREMIER TRIMESTRE 2021 EGALEMENT SENSIBLEMENT SUPERIEURS A CEUX DU PREMIER TRIMESTRE 2019

VEOLIA A RETROUVE SON RYTHME DE CROISSANCE PRE-CRISE SANITAIRE ET LE LEVIER OPERATIONNEL SUR SES RESULTATS

OBJECTIFS 2021 PLEINEMENT CONFIRMES

LE 11 AVRIL, VEOLIA A SIGNE UN ACCORD DE RAPPROCHEMENT AVEC LE GROUPE SUEZ ET DEVIENDRA AINSI LE CHAMPION MONDIAL DE LA TRANSFORMATION ECOLOGIQUE

  • CHIFFRE D’AFFAIRES DE 6 807 M€ EN CROISSANCE DE +4%1PAR RAPPORT AU T1 2020 ET +2,8%1, COMPARE AU T1 2019

  • EBITDA DE 1 078 M€, EN FORTE PROGRESSION DE +13,6%1 PAR RAPPORT AU T1 2020, ET +7,5%1, COMPARE AU T1 2019

  • EBIT COURANT DE 469 M€, EN FORTE CROISSANCE DE +22,7%1

  • RESULTAT NET COURANT PART DU GROUPE DE 188 M€, EN HAUSSE DE +59,8%1

Regulatory News:

Antoine Frérot, Président Directeur Général du Groupe a déclaré : « Comme nous nous y étions engagés, nos performances sont très sensiblement au-dessus de celles réalisées en 2019 : Veolia démarre 2021 sur les chapeaux de roue. Dans un contexte encore difficile au niveau mondial, Veolia annonce en effet un excellent rythme de croissance de l’activité et des résultats notamment grâce à notre mix clients diversifié, nos solutions face aux nouveaux polluants et notre empreinte internationale. Par ailleurs, notre gestion stricte des coûts nous a permis de retrouver un fort effet de levier opérationnel et d’enregistrer ainsi une croissance de notre EBITDA de plus de 13% par rapport au premier trimestre 2020 et de 7,5% comparé au premier trimestre 2019. Nous sommes donc en avance par rapport aux objectifs de l’année 2021. Je confirme que cette année sera une très belle année pour Veolia en termes de croissance d’activité aussi bien que de résultats. Ces excellentes performances soulignent de surcroît un moment historique pour notre Groupe. Le 11 avril, nous avons en effet signé un accord de rachat du Groupe Suez, qui va nous permettre de donner naissance au champion mondial incontesté de la transformation écologique. Ce rapprochement, qui devrait être finalisé d’ici la fin de l’année, nous ouvre de formidables perspectives à un moment où les préoccupations environnementales n’ont jamais été aussi fortes. »

1 Variation à changes constants

*******************************

  • Chiffre d’affaires de 6 807 M€ contre 6 675 M€ au T1 2020, soit une croissance de +2,0% en données courantes, de +4,0% à change constant et de +3,0% à périmètre et change constants.

La croissance du chiffre d’affaires au cours du premier trimestre s’est poursuivie à un rythme soutenu grâce à un bon dynamisme commercial, freiné par un niveau d’activité de construction un peu inférieur à 2020 et des volumes de déchets commerciaux et industriels toujours en partie pénalisés par la crise sanitaire et des prix de nos services bien orientés (effet de +61 M€ soit +0,9% sur le chiffre d’affaires).

La hausse du prix des matières recyclées (+80 M€) due essentiellement à la hausse du prix des papiers après la forte baisse enregistrée au début de l’année 2020 et la hausse du prix des énergies (+29 M€) à la fois de l’électricité et de la chaleur ont au total eu un effet +1,6% sur le chiffre d’affaires.

Le climat a eu un effet favorable de 67 M€.

Les variations des changes ont eu un impact défavorable de -132 M€ sur le chiffre d’affaires du premier trimestre (-2% sur le chiffre d’affaires), principalement sur les monnaies d’Amérique Latine (-33 M€), le dollar américain (-42 M€) et les monnaies d’Europe Centrale et Orientale (-34 M€). L’effet périmètre est positif de +65 M€, avec pour principal élément les acquisitions réalisées en Europe Centrale en partie compensée par la cession de Sade Telecom en France.

Comparé au premier trimestre 2019, le chiffre d’affaires est également en croissance de +2,8% à change constant.

A change constant, les variations enregistrées au cours des 3 premiers mois de l’exercice 2021 ressortent comme suit :

  • En France, l’activité a progressé de +5,7%. Le chiffre d’affaires de l’Eau est en progression de 0,8%. Les volumes ont crû de 1,2% et les tarifs de 0,7%. Ces bonnes tendances ont été en partie compensées par la fin du contrat de traitement des eaux usées de Toulouse. L’activité Déchets a enregistré un très fort rebond, avec une hausse de +11,2% par rapport au T1 2020 mais également de +7,2% par rapport au T1 2019, avec des volumes en hausse de 1,6% et des prix en progression sur le même rythme grâce au maintien d’une stricte discipline tarifaire. Ces bonnes tendances ont été amplifiées par la hausse des prix des matières recyclées.

  • L’Europe hors France est en forte croissance de +9,0%. L’Europe Centrale et Orientale enregistre une très forte hausse de +23,5% avec une activité Energie en hausse de +32% grâce à des prix de chaleur et d’électricité en hausse, de bons volumes grâce à un effet climat favorable et l’intégration de nouveaux actifs à Prague et à Budapest. L’Eau est en repli de 3% principalement sous l’effet de volumes en baisse de 2% du fait d’une activité touristique à l’arrêt. Le Royaume-Uni et l’Irlande sont en retrait de 6,2%, pénalisés par la pousuite d’un faible niveau d’activité dans les déchets industriels et commerciaux. Les PFI continuent d’offrir une très bonne disponibilité (95%). L’Europe du Nord est en hausse de +5,0% grâce à de bonnes performances en Allemagne, aux Pays-Bas et dans les pays nordiques. Le chiffre d’affaires de L’Europe du Sud est en fort rebond (+10%) grâce au redémarrage des activités de services industriels.

  • Le Reste du monde est en légère croissance (+0,6%) mais de +5,9% par rapport au T1 2019, corrigé de la cession de l’activité de chauffage aux Etats-Unis. L’Asie est en croissance de +3,4% tirée par la Chine, en progression de +12%. L’Amérique du Nord est en repli de 2,9% notamment sous l’effet du climat défavorable au Texas. L’Amérique Latine est en croissance de +7,4% toujours portée par l’effet des hausses tarifaires. La zone Pacifique est en repli de 5,8% avec des volumes de déchets industriels et commerciaux en baisse. L’Afrique et le Moyen-Orient ont enregistré une hausse de +1,6%.

  • Les activités mondiales sont en hausse de +1,7%. Les déchets dangereux ont retrouvé la croissance (+1,9%) avec le maintien de la discipline tarifaire. Veolia Water Technologies est en croissance de +2,1% et la SADE est stable hors cession du pôle Télécom.

Par activité, à périmètre et change constants : dans l’Eau, le chiffre d’affaires est stable (-0,1%). Les déchets ont progressé de +3,4%, avec des volumes de déchets toujours en repli de -0,9% mais une très bonne tenue des prix en hausse de +1,7% et l’effet des prix des matières recyclées (+3,2%). L’Energie est en forte hausse (+7,7%) sous l’effet de prix bien orientés et d’une météo favorable.

  • EBITDA de 1 078 M€ contre 970 M€ au T1 2020, soit une croissance de +11,2% en données courantes, de +13,6% à change constant et de +8,7% à périmètre et change constants.

    • L’effet périmètre est favorable de 48M€ (Actifs en Europe Centrale). L’effet change est négatif de 23 M€.

    • L’évolution de l’EBITDA est soutenue par la bonne orientation des prix des services, une météo favorable (23M€), l’impact des prix des recyclats (16M€) et l’effet positif des réductions de coûts (92 M€) qui permettent d’absorber largement l’effet de pincement prix de -52 M€.

  • EBIT Courant de 469 M€ contre 392 M€ au T1 2020, soit +19,6% à change courant et +22,7% à change constant.

    • Les variations de change ont un effet défavorable de 12 M€.

    • L’EBIT courant est en forte croissance sous l’effet de la forte progression de l’EBITDA. Les dotations aux amortissements (y compris remboursements des actifs financiers opérationnels) sont quasiment stables, à 528 M€. Le solde provisions, ajustements de juste valeur et plus-values de cessions industrielles est en sensible baisse, à -27 M€ contre +3 M€ au T1 2020. La contribution du résultat net courant des co-entreprises et entreprises associées s’établit à 11 M€.

  • Forte croissance du résultat net courant part du Groupe, à 188 M€, en hausse de +59,8% et de +64% hors plus-values financières.

    • Le coût de l’endettement financier net est en sensible baisse, à -86 M€ contre -112 M€ au T1 2020, grâce à une amélioration des conditions de financement et une meilleure rémunération des liquidités.

    • Les plus-values sont de 2M€ contre 4M€ au T1 2020.

    • Le taux d’impôt courant s’est établit à 27%.

  • L’endettement Financier Net ressort à 13 509 M€ au 31 mars 2021, contre 13 217 M€ au 31 décembre 2020.

L’endettement financier net a bénéficié de la discipline en termes d’investissements, en repli de 7% à 426 M€ et d’une très bonne maîtrise de la variation saisonnière du Besoin en Fonds de Roulement, en amélioration de 314 M€, de -794 M€ au T1 2020 à -480 M€ au T1 2021, grâce à une forte discipline en termes de collecte du cash.

**********

  • Perspectives* (avant intégration de Suez) pleinement confirmées

    En dépit de la poursuite de la crise sanitaire sur la première partie de l’exercice, Veolia devrait plus que compenser les effets défavorables de 2020 et prévoit de réaliser une forte croissance de ses résultats

    • Chiffre d’affaires supérieur à 2019

    • Economies de coûts de 350 M€ : 250 M€ au titre du plan d’efficacité récurrent et 100 M€ d’économies complémentaires non récurrentes au titre du plan Recover & Adapt

    • EBITDA supérieur à 4 Mds€, soit une croissance supérieure à +10 %

    • Endettement Financier Net ramené en-dessous de 12 Mds€ à fin 2021 et leverage ratio inférieur à 3x

    • Objectif du retour à la politique de distribution pré-crise au titre de 2021

* à change constant

****************

  • Le 11 avril 2021, Veolia et Suez ont conclu un accord de rapprochement par lequel Veolia lancera une Offre Publique d’Achat sur le Groupe SUEZ au prix de 20,5€ par action dividendes attachés, afin de créer le champion mondial de la transformation écologique.

Cette opération est porteuse d’un projet très ambitieux : En combinant les très solides compétences de Suez et de Veolia, cette opération sera en mesure d’accélérer significativement le développement du nouvel ensemble face à une concurrence grandissante, et permettra au secteur en France, en Europe et dans le monde de faire face aux enjeux environnementaux du XXIe siècle.

Veolia reprendra la majeure partie des activités de Suez hors de France et renforcera en particulier son empreinte géographique en Espagne, aux Etats-Unis, en Amérique Latine, en Australie et au Royaume-Uni.

Le nouveau Groupe génèrera un chiffre d’affaires de 37 Mds€ en année pleine, avec un effectif de 230.000 employés.

Cette opération sera créatrice de valeur dès 2022 pour les actionnaires de Veolia grâce notamment à des synergies opérationnelles et d’achats estimées à 500 millions d’euros et aura un effet relutif de 40 % en 2024 sur le Bénéfice net courant par Action y compris coût de la dette hybride et avant amortissement de l’allocation du prix d’acquisition (purchase price allocation).

Le 14 mai, la signature d’un accord définitif entre les conseils d’administration de Veolia et de Suez fera entrer le projet dans une phase comprenant deux volets :

- L’obtention de l’accord des différentes autorités de la concurrence compétentes

- La finalisation d’une Offre Publique d’Achat, visant à acquérir les 70,1% du capital restant de Suez

**********

Le groupe Veolia a pour ambition de devenir l’entreprise de référence de la transformation écologique. Présent sur les cinq continents avec près de 179 000 salariés, le Groupe conçoit et déploie des solutions utiles et concrètes pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie qui participent à changer radicalement la donne. Au travers de ses trois activités complémentaires, Veolia contribue a■ développer l’accès aux ressources, a■ préserver les ressources disponibles et a■ les renouveler.

En 2020, le groupe Veolia a servi 95 millions d’habitants en eau potable et 62 millions en assainissement, produit près de 43 millions de mégawattheures et valorisé 47 millions de tonnes de déchets. Veolia Environnement (Paris Euronext : VIE) a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires consolidé de 26,010 milliards d’euros. www.veolia.com

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée à Euronext Paris et le présent communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, les risques liés aux termes et conditions figurant habituellement dans les accords de cession, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passée, présentes et futures, de même que les autres risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers. Veolia Environnement n’a pas l’obligation ni ne prend l’engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement (www.veolia.com) copie des documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers.

Ce communiqué de presse contient des indicateurs non strictement comptables (« non GAAP »). Ces indicateurs non GAAP pourraient être définis différemment des indicateurs similaires publiés par d’autres groupes, et ne doivent pas se substituer aux indicateurs préparés en conformité avec les normes IFRS.

Informations financières au 31 mars 2021

A] Chiffres clés

Variations 2020 / 2021

(en millions d’euros)

31 Mars 2020

31 Mars 2021

en courant

à change

constant

à périmètre

et change

constants

Chiffre d’affaires

6 675

6 807

2,0%

4,0%

3,0%

EBITDA

970

1 078

11,2%

13,6%

8,7%

Marge d'EBITDA

14,5%

15,8%

EBIT Courant (1)

392

469

19,6%

22,7%

16,5%

Résultat net courant – part du Groupe

121

188

54,7%

59,8%

65,0%

Résultat net courant – part du Groupe

hors plus ou moins-values de cessions financières nettes d’impôt

117

186

58,7%

64,0%

69,5%

Investissements industriels nets

-458

-426

Free cash-flow net

-595

-127

Endettement financier net

11 531

13 509

  1. Y compris la quote-part de résultat net courant des co-entreprises dans le prolongement des activités du Groupe et entreprises associées

Les principaux impacts de change sur les chiffres clés sont les suivants :

%

(M€)

impact change vs 31 Mars 2020

Chiffre d’affaires

-2,0%

-132

EBITDA

-2,4%

-23

EBIT Courant

-3,1%

-12

Résultat net courant

-5,1%

-6

Endettement financier net

+1,0%

131

B] Compte de Résultat

  1. Chiffre d’affaires consolidé du Groupe

1.1 Chiffre d’affaires par segment opérationnel

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe s’élève à 6 807 millions d’euros au 31 mars 2021 contre 6 675 millions d’euros au 31 mars 2020, soit une évolution de +4,0% à change constant et de +3,0% à périmètre et change constant.

A fin mars 2021, le chiffre d’affaires du Groupe confirme la dynamique de croissance avec le rebond de l’activité commerciale et la reprise d’activité observée depuis le quatrième trimestre 2020. Les effets prix matières sur les recyclats, les impacts tarifaires positifs ainsi qu’un effet climat favorable permettent de compenser l’impact limité et maîtrisé de la résurgence de l’épidémie de COVID 19 sur l’ensemble des géographies.

Variations 2020 / 2021

(en millions d’euros)

31 Mars 2020

31 Mars 2021

en courant

à change

constant

à périmètre

et change

constants

France

1 305,2

1 379,3

5,7%

5,7%

5,7%

Europe, hors France

2 590,3

2 785,1

7,5%

9,0%

4,2%

Reste du monde

1 693,7

1 647,6

-2,7%

0,6%

0,0%

Activités mondiales

1 063,6

995,1

-6,4%

-5,0%

1,7%

Autres

21,9

0,5

-97,7%

-

-

Groupe

6 674,6

6 807,4

2,0%

4,0%

3,0%

Le chiffre d’affaires en France bénéficie de la solidité de l’activité dans l’eau municipale et du rebond post covid dans les déchets. Il ressort en progression de 5,7% à change constant par rapport au 31 mars 2020 :

- Le chiffre d’affaires de l’eau est en hausse de +0,8% à change constant par rapport au 31 mars 2020, avec des volumes d’eau distribués en augmentation de +1,2% par rapport à 2020, une indexation tarifaire positive (+0,7%), et une activité travaux en hausse (retournement en 2021 de l’arrêt des travaux à mi-mars 2020) qui compensent l’impact de la perte du contrat de Toulouse.

- L’activité déchets progresse de +11,2% à change constant par rapport au 31 mars 2020, et bénéficie d’effets volume favorables (premier trimestre 2020 impacté par la crise sanitaire), de la poursuite de politique tarifaire dans la collecte et le traitement et de l’évolution des cours de matières recyclées.

L’Europe hors France est en progression de +9,0% à change constant par rapport au 31 mars 2020 et bénéficie dans l’énergie de l’intégration de nouvelles entités en Europe centrale et orientale et d’un effet climat favorable avec un hiver particulièrement rigoureux, d’une bonne résistance dans les activités eau et déchets malgré le renouvellement de périodes de confinement au Royaume-Uni, en Allemagne, en République tchèque et en Roumanie.

- En Europe centrale et orientale, le chiffre d’affaires s’établit à 1 208 millions d’euros et croît de +23,5% à change constant par rapport au 31 mars 2020. Cette hausse est principalement portée par :

  • Un impact périmètre de 158 millions d’euros avec l'intégration des nouvelles activités acquises fin 2020 en Hongrie dans la cogénération (BERT), la distribution de chaleur en République Tchèque (Prague Rive Droite) et la propreté en Russie (MAG) ;

  • Un effet climat favorable de 57 millions d’euros (République Tchèque et Pologne)

  • Des indexations tarifaires en hausse dans l’énergie, notamment en Pologne

- Au Royaume-Uni et en Irlande, belle résistance de l’activité avec un chiffre d’affaires qui s’établit à 546 millions d’euros. La progression de l’activité incinération (hausse des volumes traités) et la hausse des prix des matières recyclées permettent de compenser la baisse des volumes de collecte commerciale et industrielle liée au strict confinement mis en place au Royaume-Uni depuis le début d’année et la baisse des tonnages enfouis.

- En Europe du Nord, le chiffre d’affaires de 701 millions d’euros progresse de +0,6% à change constant et de +5,0% à périmètre et change constant par rapport au 31 mars 2020. La hausse est principalement tirée aux Pays-Bas par une progression de l’activité travaux dans l’énergie et dans les Pays Nordiques par le développement de l’activité recyclage, dont la progression du prix des matières permet de compenser les effets de la crise sanitaire dans l’activité de nettoyage industriel. En Allemagne, le chiffre d’affaires progresse de +6,2% à périmètre constant, impacté par la forte hausse du prix des matières recyclées, un impact favorable du climat dans l’énergie et des volumes de déchets en progression sur la fin du trimestre.

Dans le Reste du Monde, les géographies affichent une hausse de +0,6% à change constant par rapport au 31 mars 2020. Cette évolution est contrastée selon les zones:

- Progression du chiffre d’affaires en Amérique Latine de +5,1% à périmètre et change constant, qui montre une bonne résilience face à la résurgence de la crise sanitaire (en particulier au Brésil et au Chili). Cette progression est portée notamment par des indexations tarifaires favorables en Argentine (inflation locale), en Colombie, en Equateur et au Mexique, des gains de contrats industriels au Mexique et au Pérou, et des volumes en hausse.

- Le chiffre d’affaires en Asie progresse de +3,4% à change constant. La croissance est portée principalement par une forte augmentation du chiffre d’affaires en Chine (+12,1%) qui bénéficie de hausse de volumes de déchets dangereux et de l’extension du réseau de chaleur de Harbin dans l’énergie, ainsi que de la progression de l’activité en Inde.

- En Afrique Moyen-Orient, l’activité progresse de +1,6% à change constant avec le gain de nouveaux contrats, des indexations tarifaires positives au Moyen–Orient et une progression de l’activité en Afrique de l’Ouest qui compensent la baisse de l’activité travaux au Maroc liée à la pandémie.

- En Amérique du Nord, le chiffre d’affaires s’établit à 393 millions d’euros soit une baisse de -2,9% à change constant par rapport à l’exercice précédent. Dans les déchets dangereux, l'activité est pénalisée par des volumes en retrait par rapport à l'année dernière lié à la pandémie et à une tempête hivernale majeure qui a entrainé l'arrêt de certains sites de clients au Texas.

- Dans le Pacifique le chiffre d’affaires est en baisse de -5,8% à change constant. La fin du contrat de construction de l’usine de Springvale, la baisse des volumes dans les déchets liée à l’impact de la crise sanitaire et la cession d’un actif dans l’énergie expliquent cette diminution.

Le chiffre d’affaires du segment des Activités mondiales recule de -5,0% à change constant par rapport au 31 mars 2020 en raison de la cession de l'activité Sade Telecom fin 2020. A change et périmètre constant, ce segment progresse de + 1,7% par rapport au 31 mars 2020:

- L’activité des déchets dangereux en Europe est marquée par une progression de +1,9% à change constant sur le trimestre et fait preuve d’une grande résilience malgré les mesures sanitaires qui pèsent sur les volumes de recyclage des huiles usagées que compensent les augmentations tarifaires et un bon niveau de l’activité assainissement très fortement impactée au premier trimestre 2020.

- L’activité de Veolia Water Technologies progresse de +2,1% à change constant avec la progression de l’activité technologie aux Etats-Unis qui compense la baisse de la contribution des projets de dessalement (fin de chantier du contrat Al Dur). Le montant de prise de commandes de VWT est stable.

- La SADE – qui a cédé son activité Télécom en fin d’année 2020 (impact périmètre -74 millions d’euros) est en retrait de -27,4% à change constant mais de -0,5% à périmètre et change constant. L’activité commerciale est dynamique en France tandis que certains projets à l’international sont légèrement décalés en raison des contraintes sanitaires actuelles.

1.2 CHIFFRE D’AFFAIRES PAR METIER

Sur le premier trimestre 2021 et dans un contexte de troisième vague de pandémie, l’activité du Groupe par métier est marquée par une résilience des activités dans l’Eau (-0,1% à périmètre et change constant), une reprise de l’activité dans les Déchets (+3,4% à change constant) et une forte croissance dans l’Energie (+13,8% à change constant hors impact climat).

Variations 2020 / 2021

(en millions d’euros)

31 Mars 2020

31 Mars 2021

en courant

à change

constant

à périmètre

et change

constants

Eau

2 645,3

2 502,9

-5,4%

-3,4%

-0,1%

dont Eau exploitation

2 023,9

1 962,6

-3,0%

-1,1%

-0,5%

dont Technologie et Construction

621,4

540,3

-13,1%

-11,0%

0,9%

Déchets

2 469,9

2 515,7

1,8%

3,4%

3,4%

Energie

1 559,3

1 788,8

14,8%

17,4%

7,7%

Groupe

6 674,6

6 807,4

2,0%

4,0%

3,0%

Chiffre d’affaires Eau

Le chiffre d’affaires dans l’eau est stable à -0,1% à périmètre et change constants par rapport à 2020.

Dans l’eau exploitation, l’activité est en légère baisse de -0,5% à périmètre et change constants avec une stabilité des volumes de -0,1% partiellement compensée par des indexations tarifaires positives (+0,8%) :

- Le chiffre d’affaires de la France progresse à périmètre et change constant de +0,8% par rapport au 31 mars 2020, avec des volumes qui continuent à progresser (+1,2%) et des indexations tarifaires favorables (+0,7%).

T1

2019

T2

2019

T3

2019

T4

2019

2019

T1

2020

T2

2020

T3

2020

T4

2020

2020

T1

2021

Volumes Eau France

+1,1%

+1,1%

+1,0%

+0,7%

+0,7%

-0,1%

+0,3%

+0,8%

+0,8%

+0,8%

+1,2%

Tarifs Eau France

+1,2%

+1,4%

+1,4%

+1,4%

+1,4%

+1,5%

+1,5%

+1,5%

+1,5%

+1,5%

+0,7%

- En Europe hors France (-0,4% à change constant), les hausses des indexations de prix en Europe centrale (+3,1%) compensent partiellement la baisse des volumes en République tchèque liée à la crise sanitaire impactant la fréquentation touristique et la fin des travaux de construction et maintenance en Roumanie.

- L’activité reste en léger retrait dans le Reste du Monde (-1,3% à change constant), liée notamment à la fin de chantiers de construction dans le Pacifique et à une baisse de volumes d’eau traités auprès des clients industriels aux États-Unis.

Par ailleurs, l’activité travaux et construction progresse de +0,9% à perimètre et change constant par rapport à 2020. Cette progression est imputable aux bonnes performances de l’activité technologie et services en Amérique du Nord ainsi qu’à la montée en puissance des unités mobiles.

Chiffre d’affaires Déchets

Le chiffre d’affaires de l’activité Déchets progresse de +3,4% à change constant par rapport au 31 mars 2020. L’activité déchets bénéficie d’un effet prix sur les matières recyclées (+3,2%) et d’impacts positifs d’augmentation tarifaire (+1,7%) qui compensent des volumes en baisse (-0,9%) mais en amélioration continue depuis trois trimestres.

T1

2019

T2

2019

T3

2019

T4

2019

2019

T1

2020

T2

2020

T3

2020

T4

2020

2020

T1

2021

Volumes Déchets

+2,6%

+1,1%

+2,0%

+0,4%

+1,5%

-1,8%

-14,7%

-2,6%

-1,8%

-5,2%

-0,9%

Tarifs Déchets

+2,7%

+2,3%

+3,5%

+1,1%

+2,4%

+2,4%

+1,9%

+1,6%

+2,3%

+2,0%

+1,7%

- En France, le premier trimestre dans les déchets solides (+11,2% à périmètre constant) est marqué par la progression des volumes +1,6% et des tonnages traités en incinération en hausse (malgré la période de confinement), le maintien d'une discipline tarifaire et l’évolution favorable du prix des matières recyclées.

- Dans l’Europe hors France, les volumes commerciaux et industriels sont en retrait et particulièrement impactés par les mesures de confinement au Royaume-Uni sur le premier trimestre. Cette baisse est toutefois partiellement compensée par des effets prix très favorables sur les matières recyclées et une évolution favorable des tarifs des prestations.

- Les activités de déchets dans le Reste du Monde profitent de la progression de l’activité déchets dangereux en Asie, des effets prix positifs en Amérique latine et de la bonne tenue des activités déchets en Amérique du Nord malgré un épisode climatique rigoureux au premier trimestre.

Chiffre d’affaires Energie

Le chiffre d’affaires de l’activité Energie est en progression de +17,4% à change constant par rapport au 31 mars 2020, et de +7,7% à périmètre et change constant, retraité d’un impact périmètre de +151 millions d’euros qui comprend l’intégration des activités de réseau de chaleur de la Rive Droite de Prague et des installations de cogénération de la ville de Budapest.

La forte résilience du métier s’appuie sur un effet climat très favorable sur ce trimestre (+3,6%) en Europe centrale et orientale, un effet prix en hausse (+1,6% tiré par les augmentations tarifaires en Pologne) et des volumes en hausse (+1,0%) notamment en Italie (effet rebond de la crise sanitaire qui avait fortement impacté l’activité énergie au premier trimestre 2020).

1.3 Analyse de la variation du chiffre d’affaires groupe

L’évolution du chiffre d’affaires peut s’analyser comme suit par principaux effets :

L’effet change de -132 millions d’euros (-2% du chiffre d’affaires) reflète principalement la variation des devises en Amérique du Nord et du Sud (-72 millions d’euros) et en Europe centrale (-34 millions d’euros)1

L’effet périmètre de 65 millions d’euros comprend notamment en Europe Centrale l’impact de l’intégration du réseau de chauffage urbain de Prague Rive Droite (82 millions d’euros), les installations de cogénération à Budapest (66 millions d’euros) et dans les Activités Mondiales la cession des activités de Réseaux Télécoms de la SADE (-74 millions d’euros).

L’impact du prix des énergies et des matières recyclées s’élève à +109 millions d’euros. Il est porté par une forte augmentation du prix des matières recyclées (+80 millions d’euros dont 68 millions d’euros sur le papier) et des prix des énergies en Europe (dont l’Europe Centrale et Orientale qui bénéficie de la hausse des tarifs de chaleur en Pologne et en Allemagne avec des impacts favorables sur les tarifs d’électricité).

L’effet Commerce / Volumes / Travaux s’élève à -38 millions d’euros et inclut notamment des volumes de travaux en baisse en Asie avec la fin de contrats de construction au Japon.

Les effets prix favorables (+61 millions d’euros) sont liés principalement à des indexations tarifaires de +1,7% dans les déchets, et de +0,8% dans l’eau (notamment en France avec +0,7% et en Europe centrale et orientale de +3,1%).

2. EBITDA

Au 31 mars 2021, l’EBITDA consolidé du Groupe s’élève à 1 078 millions d’euros, soit une variation de +13,6% à change constant par rapport au 31 mars 2020. Le taux de marge s’établit à 15,8% au premier trimestre 2021 contre 14,5% au premier trimestre 2020 et 15,2% au premier trimestre 2019.

Par effet, l’évolution de l’EBITDA entre 2020 et 2021 peut s’analyser comme suit :

L’impact change sur l’EBITDA est négatif et s’élève à -23 millions d’euros. Il reflète principalement les variations défavorables des devises en Amérique du Nord et du Sud (-9 millions d’euros) et en Europe centrale (-10 millions d’euros)2.

L’effet périmètre de +48 millions d’euros concerne principalement l’impact de l’acquisition du réseau de chaleur de Prague Rive droite et de l’unité de cogénération à Budapest en 2020.

Les effets commerce et volumes sont défavorables à hauteur de -4 millions d’euros. La baisse des travaux sur certaines géographies et des volumes de déchets industriels en Europe a un impact limité en marge grâce à la contribution notamment de la hausse des volumes de déchets dangereux en Asie.

L’impact climat énergie est positif à hauteur de 23 millions d’euros et impacte essentiellement la zone Europe centrale et orientale.

Les prix des énergies et des matières recyclées ont un impact favorable sur l’EBITDA à hauteur de +24 millions d’euros (contre +21 millions d’euros au 31 mars 2020 ) dont +16 millions d’euros dans les recyclats et +8 millions d’euros dans l’énergie.

L’impact effet prix, net de l’inflation et autres, est de -52 millions d’euros.

La contribution des plans d’économies de coûts s’élève à +92 millions d’euros. Elle comprend notamment la contribution du plan Recover & Adapt3 pour 24 millions d’euros et du plan d’efficacité pour 68 millions d’euros qui porte principalement sur l’efficacité opérationnelle (à hauteur de 52%) et les achats (38%) et concerne l’ensemble des géographies : la France (20%), l’Europe hors France (35%), le Reste du monde (21%), les Activités mondiales (9%) et le Siège (15%).

Plans d’économies (incl. R&A)

Impact EBITDA

(en millions d’euros)

Objectif

2021

Réalisation

Mars 2021

Gains bruts

350

92

3. EBIT COURANT

L’EBIT Courant consolidé du Groupe au 31 mars 2021 s’établit à 469,1 millions d’euros, en forte progression de 22,7% à change constant par rapport au 31 mars 2020.

Les éléments de passage de l’EBITDA à l’EBIT courant au 31 mars 2021 par rapport au 31 mars 2020 sont les suivants :

(en millions d’euros)

31 Mars 2020

31 Mars 2021

EBITDA

969,5

1 078,1

Dépenses de renouvellement

-60,9

-65,2

Amortissements1

-535,4

-527,8

Provisions, juste valeur et autres

3,0

-26,8

Quote-part du résultat net courant des co-entreprises et entreprises associées

16,1

10,8

EBIT Courant

392,3

469,1

1 Y compris remboursement des actifs financiers opérationnels

L’amélioration de l’EBIT courant de 89 millions d’euros soit +22,7% à change constant par rapport au 31 mars 2020 provient principalement de l’augmentation de l’EBITDA (+131 millions d’euros à change constant), d’une quasi stabilité du montant des amortissements, compensée partiellement par une hausse des provisions de crédit carbone impactée par la hausse des cours de valorisation en 2021.

La quote-part du résultat net courant des co-entreprises et entreprises associées est en léger retrait.

L’effet change sur l’EBIT courant est négatif de -12 millions d’euros et reflète principalement la variation des devises en Europe Centrale et Orientale (-5 millions d’euros) et en Argentine4.

4. RÉSULTAT FINANCIER COURANT

Coût de l’endettement financier net

Le coût de l'endettement financier net s’établit à -85,7 millions d'euros au 31 mars 2021, par rapport à -112,3 millions d'euros au 31 mars 2020. Cette baisse importante du coût de l’endettement du Groupe est liée aux conditions de refinancement favorables des émissions obligataires en 2020 et 2021 et à la baisse du coût de transformation des dettes en devises.

Le coût de la dette brute en Euro s’établit à 1,92% au 31 mars 2021 contre 2,88% au 31 mars 2020.

Le taux de financement du Groupe (incluant les impacts IFRS 16) s'établit ainsi à 2,77% au 31 mars 2021 contre 4,87% au 31 mars 2020.

Autres revenus et charges financiers

Les autres revenus et charges financiers courants s’élèvent à -34,5 millions d’euros au 31 mars 2021, contre -43,2 millions d’euros au 31 mars 2020.

Ils incluent les intérêts sur passifs du domaine concédé (IFRIC 12) pour -19,0 millions d’euros, les intérêts de la dette IFRS 16 pour -7,4 millions d’euros et les effets de désactualisation des provisions pour -4,3 millions d’euros.

Les plus-values sur cessions financières comptabilisées sur l’année 2021 s’élèvent à 1,5 millions d’euros. Au 31 mars 2020, les plus-values de cession financières courantes s’élevaient à 4,0 millions d’euros.

5. CHARGE D’IMPOT COURANTE

La charge d’impôt courante s’élève à -92,8 millions d’euros au 31 mars 2021, contre -61,9 millions d’euros au 31 mars 2020.

Le taux d’impôt courant au 31 mars 2021 s’élève à 27,4% (27,5% au 31 mars 2020 ).

6. RÉSULTAT NET COURANT

Le résultat net courant attribuable aux propriétaires de la société mère s’établit à 188 millions d’euros au 31 mars 2021 contre 121 millions d’euros au 31 mars 2020. Hors plus ou moins-values de cessions financières nettes d’impôts, le résultat net courant attribuable aux propriétaires de la société mère progresse de +64% à change constant, à 186 millions d’euros contre 117 millions d’euros au 31 mars 2020.

C] ÉVOLUTION DU FREE CASH FLOW ET DE L’ENDETTEMENT FINANCIER NET

Le Free cash-flow net s’élève à -127 millions d’euros au 31 mars 2021 contre -595 millions d’euros au 31 mars 2020, soit une amélioration de 468 millions d’euros.

L’évolution du free cash-flow net par rapport au 31 mars 2020 reflète :

- l’augmentation de l’EBITDA portée par le rebond de l’activité dans nos principaux métiers dans la lignée du quatrième trimestre 2020 et l’intensification des efforts d’efficacités opérationnelles et commerciales

- des investissements industriels nets en baisse de 7,0% en courant (-7,4% à change constant) à 426 millions d’euros, comprenant :

  • des investissements de maintenance à hauteur de 182 millions d’euros (soit 3% du chiffre d’affaires);

  • des investissements de croissance sur le portefeuille existant de 186 millions d’euros (contre 180 millions au 31 mars 2020);

  • des investissements discrétionnaires qui s’élèvent à 58 millions d’euros en baisse de -11 millions d’euros par rapport à 2020.

- La forte amélioration de l’évolution saisonnière du besoin en fond de roulement qui s’élève à -480 millions d’euros contre une dégradation de -794 millions d’euros en mars 2020.

L’endettement financier net s'établit à 13 509 millions d'euros, contre 13 217 millions d’euros au 31 décembre 2020.

Par rapport au 31 décembre 2020, la variation de l’endettement financier net est principalement portée par :

- la génération du free cash-flow net de l’exercice à hauteur de -127 millions d’euros;

- des investissements financiers nets à hauteur de 41 millions d’euros (y compris frais d’acquisition et endettement entrant) qui incluent notamment l’impact de l’acquisition d’une unité d’engrais organiques en France.

L’Endettement financier net est par ailleurs impacté par un effet de change défavorable de -131 millions d’euros au 31 mars 2021 par rapport au 31 décembre 20205.

1 Principaux impacts change par devises : dollar américain (-42 millions d’euros), zloty polonais (-19 millions d’euros), peso argentin (-15 millions d’euros), livre sterling (-9 millions d’euros), real brésiliens (-9 millions d’euros), peso mexicain (-4 millions d’euros), yen japonais (-9 millions d’euros), couronne tchèque (-6 millions d’euros), dollar australien (+18 millions d’euros).
2 Impacts change par devises : zloty polonais (-6 millions d’euros), dollar américain (-4 millions d’euros), peso argentin (-3 millions d’euros), peso colombien (-1 millions d’euros), couronne tchèque (-2 millions d’euros), forint hongrois (-1 million d’euros), livre sterling (- 2 millions d’euros), dirham Emirats Arabes Unis (-2 millions d’euros).
3 Programme de mesures d’adaptation mis en place en 2020 pour générer des gains supplémentaires sur les coûts opérationnels
4 Impacts change par devises : zloty polonais (-4 millions d’euros), peso argentin (-2 millions d’euros), dirham Emirats Arabes Unis (-2 millions d’euros), couronne tchèque (-1 millions d’euros), livre sterling (-1 millions d’euros)
5 Principalement porté par des impacts défavorables sur la livre sterling (-53 millions d’euros), le dollar américain (-42 millions d’euros), le dollar de Hong-Kong (21 millions d’euros) et dans une moindre mesure par le dollar canadien (-9 millions d’euros).

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20210504006350/fr/

Contacts

Relations Presse Groupe
Laurent Obadia
Sophie Gaucher
Tél : + 33 (0)6 79 42 12 06

Relations Investisseurs & Analystes
Ronald Wasylec - Ariane de Lamaze
Tél. : + 33 (0)1 85 57 84 76 / 84 80