La bourse ferme dans 30 min
  • CAC 40

    7 212,57
    +69,57 (+0,97 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 310,41
    +38,22 (+0,89 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1404
    -0,0012 (-0,10 %)
     
  • Gold future

    1 818,40
    +1,90 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    37 268,23
    -911,15 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 019,75
    -5,98 (-0,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,92
    +0,10 (+0,12 %)
     
  • DAX

    15 951,02
    +67,78 (+0,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 610,70
    +67,75 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 333,52
    +209,24 (+0,74 %)
     
  • HANG SENG

    24 218,03
    -165,29 (-0,68 %)
     
  • GBP/USD

    1,3649
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Les ventes de voitures d'occasion explosent, mais pourront-elles circuler?

·2 min de lecture

En novembre, l’occasion progressait de 5%, contre une baisse de 3,2% pour le neuf. Et, si l’on se réfère à 2019 avant la pandémie, le contraste est encore plus flagrant : l’occasion a crû sur onze mois de 4%, le neuf a plongé de 25%. Mais les municipalités veulent... interdire de circulation les voitures âgées !

Les immatriculations de voitures neuves peinent, le marché de l’occasion explose. Sur onze mois, les transactions de modèles usagés ont progressé en France de 9,3% (à 5,5 millions d’unités), selon le site Autoscout 24, contre une hausse de 2,5% à peine pour les voitures zéro kilomètre (à 1,5 million). Sur le seul mois de novembre, l’occasion progressait de 5%, contre une baisse de 3,2% pour le neuf. Et, si l’on se réfère à 2019 avant la pandémie, le contraste est encore plus flagrant : l’occasion a crû sur onze mois de 4%, le neuf a plongé de 25%. Le va du coup "battre son record à six millions de véhicules", contre 5,5 millions l’an dernier et 5,8 millions en 2019, pronostique Olivier Flavier, directeur auto du site Leboncoin.

Le pouvoir d’achat des gens ne va pas grimper

Le manque de véhicules neufs à cause de la crise des semi-conducteurs a certes conjoncturellement reporté les acheteurs potentiels vers des occasions récentes, ce qui a favorisé la progression de ces transactions. Mais, aujourd’hui, "on manque de ces modèles", note Laurent Potel, dirigeant du site Reezocar. Dès lors, l’explication du succès de l’occasion s’explique par des raisons plus structurelles. Et le primat de r. "Il y a un fort attentisme, car les clients ne savent pas quoi acheter devant les incertitudes sur les futures règles d’utilisation de la voiture, règles et objectifs changeant en permanence", indique ainsi Florent Menegaux. Le patron de Michelin constate ainsi que les pénuries n’expliquent pas à elles seules la chute du neuf. Il y a " la réalité d’une demande très faible" pour le neuf, car "les gens ne savent pas s’il pourront rouler avec un diesel, s’ils pourront recharger une électrique". D’où, en attendant de voir plus clair, un investissement plus modeste sur des voitures usagées. Et ce, d’autant que de fortes incertitudes pèsent sur la cote de revente des modèles thermiques dans deux ou trois ans.

A ce phénomène s’ajoute ", qui obligent à acheter un véhicule, mais pour lequ[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles